Le déguerpissement de familles d’anciens militaires et d’autres sujets en Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le déguerpissement de familles d’anciens militaires et d’autres sujets en Une


Dakar, 1er oct (APS) – L’opération de délogement de familles d’anciens militaires des maisons qu’elles occupaient à Ouakam, un quartier de Dakar, fait les choux gras de la presse quotidienne. Elle n’occulte cependant pas d’autres sujets.


‘’L’armée lance l’assaut sur Terme Sud’’, affiche ainsi en Une le quotidien L’AS qui raconte que la Cité Terme Sud, situé à Ouakam a été le théâtre d’échauffourées qui ont démarré tôt le matin.


‘’Tout est parti d’une sommation faite par la Direction de surveillance et de contrôle de l’occupation des sols (DSCOS) aux 79 familles de quitter les logements qu’elles occupent illégalement. Cette assignation fait suite à la décision rendue par la Cour suprême. Ayant reçu notification dans la soirée de mardi, de quitter les lieux, les familles d’anciens militaires ont eu hier matin un réveil particulièrement mouvementé’’, souligne le journal dans ses colonnes.


Tirant le bilan de cette opération de déguerpissement musclé, Le Quotidien fait savoir que 89 personnes ont été arrêtées et 4 gendarmes blessés alors que 79 familles vont dormir à la belle étoile.


‘’Toutes les voies de recours épuisées, la Comico a repris ses terres à Terme Sud où vivaient d’anciens militaires à la retraite’’, rapporte la publication en soulignant que ‘’l’armée a imposé sa loi’’.


‘’Violences et larmes à Terme Sud Ouakam’’, affiche de son côté Vox Populi qui évoque un bilan de 8 arrestations et de 2 gendarmes blessés. Le journal donne également la parole aux protagonistes, notamment un ancien militaire qui déclare : ‘’On nous a sacrifiés, après que l’on se soit sacrifié pour le pays’’.


Le journal Kritik’ déplore une ‘’bataille déshonorante de Terme Sud’’ et soutient que le site en question est prédestiné aux militaires du fait de sa position géographique ’’mais n’y ont droit que les hauts gradés’’.


‘’Une injustice qui a fini par accoucher de déchirures entre frères d’armes. Les familles d’anciens militaires expulsées, hier, après l’affrontement avec des gendarmes sont désormais dans la désolation’’, résume le journal.

D’autres journaux ont orienté leurs centres d’intérêt à d’autres sujets à l’image de Sud Quotidien qui évoque la promotion de la bonne gouvernance en agitant la quête de réforme des organes de contrôle de l’Etat.


Selon le journal, face à une forte demande de transparence de la gouvernance économique et financière sur fond de crise de légitimité du service public, émanant de la société civile et des pays donateurs, les organes de contrôle de l’Etat font souvent l’objet de mauvais procès.


‘’En réalité, les inspecteurs et autres magistrats semblent faire correctement leur travail de contrôle. Le hic réside cependant dans l’usage des rapports produits par ces corps, d’où la nécessité et l’urgence de procéder à certaines réformes pour que ces organes puissent garder de leur superbe’’, analyse le quotidien du groupe Sud communication.

Les sujets économiques ne sont pas en reste. L’Observateur par exemple s’intéresse à la situation de la compagnie aérienne nationale Air Sénégal ‘’dans une zone de turbulence.


Le journal soutient que son avion A330 Neo est immobilisé sur une base militaire par la compagnie portugaise Hi Fly depuis bientôt six mois, tandis que l’un de ses deux ATR est cloué à cause d’un incident survenu lors d’un atterrissage à Ziguinchor qui a endommagé le sabot de queue.


Pendant ce temps, Le Soleil jette son dévolu sur les infrastructures portuaires en publiant une interview du directeur général du Port autonome de Dakar, Aboubacar Sadikh Bèye. Celui-ci annonce que le PAD va pour la première fois solliciter le marché financier régional en utilisant sa propre signature.


Mettant en avant l’actualité politique, Walf Quotidien semble vouloir trancher le débat récemment agité sur le choix du chef de l’opposition en décrétant à sa Une : ‘’Ousmane Sonko, chef de l’opposition !


Pour ce journal, le leader de PASTEF a réussi à s’imposer comme le seul interlocuteur du pouvoir.

 


AKS