La suppression de la Primature et la répartition des services de l’Etat en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La suppression de la Primature et la répartition des services de l’Etat en exergue

Dakar, 12 avr (APS) - Les quotidiens dakarois parvenus ce vendredi à l’APS s’intéressent pour l’essentiel au projet de suppression du poste de Premier ministre et au décret de répartition des services de l’Etat.
 
Le quotidien national Le Soleil, qui a choisi de consacrer sa manchette au premier sujet, annonce que ‘’22 articles sur 108 seront modifiés’’, dans le cadre de la réforme de la Constitution pour la suppression de la Primature.
 
Le journal précise que ‘’dans les trois semaines qui suivront la prochaine réunion du Conseil des ministres, le 17 avril prochain, le Sénégal entrera dans une nouvelle ère marquée par un régime politique de type présidentiel avec un chef de l’Etat s’appuyant sur deux leviers pour exercer : un Secrétariat général de la Présidence de la République […] et un Secrétaire du Gouvernement […]’’.
 
Mais si l’on en croit Le Quotidien, ce sont plutôt 18 articles qui seront retouchés. Le journal publie même la liste exhaustive de ces dispositions de la Constitution qui devraient être modifiées. 
 
Mais pour L’Observateur, ce projet suscite déjà la controverse. ‘’Changement de régime politique : déjà la guerre’’, titre le journal selon qui ‘’le projet de loi divise l’Assemblée nationale’’.
 
Vox Populi note que selon Babacar Gaye, porte-parole du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition), avec la suppression annoncée du poste de Premier ministre, ‘’il ne restera à l’opposition que la rue’’ pour ‘’donner son avis sur les questions politiques’’.
 
Le quotidien L’As estime qu’à la lecture du décret portant répartition des services de l’Etat, ‘’certains ministres pourraient être gagnés par un énorme sentiment de frustration et de regret’’. Le journal détaille ses incongruités et relève que ‘’la baraka est du côté de Mansour Faye […] qui va se retrouver à gérer tous les grands projets de l’Etat tels que le PUDC, le PUMA, Promovilles et la DGPSSN’’. 
 
C’est aussi le sentiment du quotidien ‘’Kritik’’’ qui estime que c’est l’ancien ministre de l’Hydraulique qui ‘’décroche le jackpot’’. Le journal relève que de ‘’tous les ministères-anciens et nouveaux- c’est celui du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale qui sort du lot’’.
 
Parlant du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, scindée en deux entités, le quotidien Enquête estime que c’est Abdoulaye Daouda Diallo qui ‘’s’en sort avec le gros lot’’ au vu du décret de répartition des services. ‘’Sans surprise, il a la Direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor, la Direction générale des Douanes, la Direction générale des Impôts et Domaines, la Direction générale du Budget ainsi que la Direction générale du Secteur financier’’.
 
C’est lui qui ‘’contrôlera’’ aussi, entre autres structures, le Fonds spécial de soutien au secteur de l’énergie (Fse), l’Observatoire de la qualité des services financiers’’. Le journal en conclut que c’est donc lui ‘’le nouvel homme fort’’. Tout le contraire d’Amadou Ba, ‘’l’un des principaux perdants’’ avec le nouveau gouvernement, soutient le journal. 
 
Les quotidiens dakarois évoquent aussi la situation à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis, dont les enseignants sont en colère après le déversement d’eaux usées, par des étudiants, dans le bureau du recteur. ‘’L’UGB perd le Nord’’, titre le Quotidien selon qui le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (SAES) ‘’boycotte les cours’’. 
 
Vox Populi décrit à son tour une ‘’situation très tendue à Gaston Berger’’ et indique que l’Assemblée de l’université ‘’donne carte blanche au Recteur pour sévir’’.
 
Le Témoin alerte sur une ‘’pénurie de pièces de monnaie sur le marché’’, notant que ‘’boutiquiers, pharmaciens, receveurs de bus et autres agents économiques éprouvent toutes les difficultés à trouver des pièces de monnaie’’.

ASG