La radicalisation de Khalifa Sall en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La radicalisation de Khalifa Sall en exergue

Dakar, 7 mars (APS) – Les quotidiens reçus mardi à l’APS s’intéressent pour l’essentiel à la politique, notamment à la radicalisation du discours de Khalifa Sall, dont l’audition devant le juge d’instruction sur le dossier de la caisse d’avance de la mairie de Dakar a été reportée, ainsi qu’à la crise au Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition).

Le maire de Dakar est poursuivi pour détournement de deniers publics, escroquerie et faux et usage de faux, des accusations qu’il rejette, estimant qu’il s’agit d’un dossier purement politique.
 
Khalifa Sall et ses co-inculpés devraient faire face au Doyen des juges ce lundi dans l’affaire de la caisse d’avance de la ville de Dakar, informe le quotidien l’As. Mais le journal signale que "les conseils du maire de Dakar ont réussi à faire décaler le face-à-face tant redoutée entre les mis en cause et le doyen des juges Samba Fall".
 
Mais, s’empresse-t-il de préciser, vu qu’"en matière de deniers publics, le juge est lié par les réquisitions du procureur de la République, Khalifa Sall et Cie se voient déjà en prison".
 
"Conscients de cela, Khalifa Sall a donné le feu vert à ses militants à descendre dans la rue pour s’opposer à ce qu’il considère comme une tentative de liquidation politique", écrit l’As. En Une, le journal relève que "Khalifa se radicalise", après le report de son audition devant le Juge d’instruction à ce mardi.
 
Sur ce report de l’audition de Khalifa Sall, Le Quotidien soutient que "le maire de Dakar voudrait prendre le temps de préparer éventuellement un cautionnement pour éviter un mandat de dépôt".
 
Selon ce journal, c’est l’autre version du report de son audition de lundi par le Doyen des juges", même si ses avocats "disent vouloir préparer leur défense’’. 
 
"Sentant certainement la terre se brûler sous ses pieds, Khalifa Sall choisit de faire feu de tout bois", note Le Quotidien qui ajoute qu’il a lancé lundi un mot d’ordre à ses partisans en leur demandant d’investir la rue et les médias.
 
"Khalifa Sall durcit le ton", renchérit Sud Quotidien, mettant en exergue cette déclaration du maire de Dakar : "Désormais, j’appelle à la résistance, seule arme qui peut faire face au régime. Qu’ils comprennent que les coups donnés seront rendus."
 
"Menacé de prison, Khalifa Sall sur le pied de guerre", relève à son tour WalfQuotidien. "Candidat aux prochaines élections législatives, le leader de la coalition +Taxawu Dakar+ ne compte pas se laisser tuer politiquement sans réagir", poursuit le journal.
 
Il signale qu’il a adressé sur sa page Facebook "une sévère mise en garde à Macky Sall et a demandé à ses partisans de faire face à l’oppression". 

Dans des propos rapportés par WalfQuotidien, il prévient : "Il appartient à Macky Sall de faire régner la paix ou d’engager la guerre !".
 
"Khalifa Sall dos au mur", écrit La Tribune, soulignant que les choses se précisent pour le maire de Dakar qui a "demandé à ses militants de descendre dans les rues, de se battre et de prendre leurs responsabilités".
 
"Sauf paiement intégral de 1,8 milliard de francs CFA ou contestations sérieuses, le maire de Dakar risque gros", avertit L’Obs avec ce titre en Une : ‘’Khalifa Sall en salle d’attente’’.
 
En politique toujours, les quotidiens ont mis en exergue la crise au sein du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition).
 
Le Témoin quotidien relève que l’ancien président Abdoulaye Wade a adressé une lettre en date du 6 mars au Comité directeur de son parti qui se réunissait lundi pour renouveler sa confiance à Oumar Sarr, le coordonnateur national du PDS à la suite de sa tournée nationale.
 
Farba Senghor, ancien ministre, un des frondeurs du PDS parle "de fausse lettre" et accuse Oumar Sarr et Me Amadou Sall d’être "des faussaires", ajoute le journal.
 
A propos de ces contestations au PDS, Le Quotidien écrit que "Wade zappe la fronde et confirme Oumar Sarr", tandis que dans Vox Populi, le secrétaire général du PDS "qualifie les insurgés d’ennemis de l’intérieur".
 
Pour sa part, Le Soleil s’intéresse à la tournée économique du chef de l’Etat, Macky Sall, dans les régions de Louga, Saint-Louis et Matam. Le président Sall se trouve mardi à Podor, où il procédera à l’inauguration de plusieurs infrastructures de développement.


ASB/ASG/MS