La presse quotidienne commente le message du chef de l’Etat aux jeunes
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La presse quotidienne commente le message du chef de l’Etat aux jeunes

Dakar, 23 avr (APS) - La presse quotidienne commente à l’unisson le message lancé par le chef de l’Etat aux jeunes sénégalais, jeudi, lors de son dialogue avec eux, à l’occasion du conseil présidentiel sur l’emploi et l’insertion.
 
De cette rencontre qui s’était ouverte jeudi matin à Diamniadio, Le Soleil retient surtout la promesse faite par le président Sall que l’Etat continuera de rester aux côtés des jeunes. ‘’L’Etat ne vous abandonnera pas’’, affiche en manchette le quotidien national en citant le chef de l’Etat.
 
Le journal relève que la rencontre avec les jeunes a permis de ‘’diagnostiquer, sans langue de bois, la question de l’emploi. Il note aussi qu’il a ‘’réitéré sa volonté de relever le défi’’. 
 
Le journal informe que le programme d’urgence pour l’insertion et l’emploi des jeunes vise la création de 443.000 emplois et auto-emplois’’.
 
Selon Le Quotidien, le chef de l’Etat a profité de ce débat avec les jeunes pour valider ce programme d’un coût total de 540 milliards, mais dont la mise en œuvre requiert des ‘’réformes majeures’’.
 
Kritik’ informe que le président Sall, qui a validé ce programme, a demandé au gouvernement de ‘’le finaliser avant le 30 avril’’. Le journal souligne que ce dernier a "été instruit de faire vite avec l’assurance réaffirmée du chef de l’Etat de prendre en charge les coûts exorbitants de ce programme d’urgence’’.
 
L’As considère que c’est ‘’la formule miracle de Macky pour les jeunes’’. Le journal indique que ‘’le data center de Diamniadio favorisera l’éclosion de plus de 4600 entreprises pour générer plus de 17 mille emplois’’. Il rappelle en même temps le recrutement, dès le mois de mai, de 65.000 jeunes.
 
L’Info avertit que le fast-track et la tolérance zéro seront de rigueur dans la mise en œuvre des directives présidentielles pour ce programme baptisé ‘’Xëyu ndaw ni’’ et qu’il considère comme la ‘’trouvaille de Macky’’.
 
Mais selon Sud Quotidien, en plus s’être engagé à donner des emplois aux jeunes, le président Sall ‘’promet de faire régner l’ordre à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), suite aux derniers affrontements entre étudiants qui ont eu lieu au sein du campus social’’. De même a-t-il promis la poursuite du programme de retrait des enfants de la rue, estimant que concernant la mendicité des enfants, les gens qui font du trafic doivent être arrêtés’’. Le journal en conclut que ‘’Macky sort la carotte et le bâton’’.
 
Enquête met surtout en exergue sa sortie sur les manifestations survenues au mois de mars à la suite de l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko pour trouble à l’ordre public, dans le cadre de l’affaire dite Adji Sarr, du nom de la masseuse qui a porté plainte contre l’homme politique pour ‘’viols répétés et menaces de mort’’. 
 
Selon le journal, ‘’il met en garde ceux qui seraient tentés de reproduire de tels actes’’. ‘’Après avoir contenu sa colère depuis les émeutes qui ont secoué tout le Sénégal, Macky Sall a explosé, hier, face aux jeunes venus des 14 régions du Sénégal et de la Diaspora’’, note ce quotidien.
 
Et selon Vox Populi, ‘’dans l’exaltation des valeurs et le retour aux sources auxquelles il appelle les jeunes, le président de la République en profite pour envoyer un message fort à Ousmane Sonko’’.
 
Au sujet des récentes émeutes, il déclare notamment : ‘’Si le Sénégal n’était pas une grande démocratie (…) le bilan aurait été catastrophique. Il n’est pas possible dans un pays de se réveiller et de tout détruire, de tout allumer comme ça sans conséquences.’’
 
Et d’ajouter : ‘’quelque démocrates que nous soyons, il y a des limites que tout le monde doit respecter. Il ne faut pas croire un seul instant que l’Etat est faible. Ce serait une grave erreur.’’
 
Ces mises garde du chef de l’Etat font aussi la une de L’Observateur selon qui il ‘’ne digère toujours pas les émeutes du 3 au 8 mars dernier’’. Selon le quotidien du Groupe Futurs Médias, il a ‘’sonné la fin de la récréation’’, en décidant de ‘’mettre un terme à toute pagaille dans le pays, en limitant des barrières à ne plus franchir’’.
 
Dans le même sillage, Libération retient que selon Macky Sall, ‘’ce qui s’est passé ne se reproduira plus’’.

ASG