La presse dresse le bilan du Plan décennal de gestion des inondations
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La presse dresse le bilan du Plan décennal de gestion des inondations

Dakar, 29 juin (APS) - La presse quotidienne fait le bilan du Programme décennal de gestion des inondations à la faveur de la restitution, lundi, des conclusions de la mission d’information mise sur pied par l’Assemblée nationale, à la suite des pluies diluviennes survenues au mois de septembre dernier.
 
‘’La mission parlementaire titre un bilan satisfaisant’’, affiche Le Soleil en manchette au sujet de ce programme pour lequel plus de 511 milliards de francs CFA ‘’ont été dépensés’’, soit un taux d’exécution de 66, 65 % sur un budget prévisionnel de plus de 766 milliards.
 
‘’En plus des milliards dans les égouts avec l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS), d’autres continuent d’être engloutis dans les eaux’’, constate pour sa part Sud Quotidien, au lendemain de la présentation du rapport à l’Assemblée nationale.
 
Evaluant lui aussi la lutte contre les inondations, Vox Populi écrit que ‘’sur 392 sites inondés, 311 [ont été] traités’’. Selon le journal, la mission, composée de 15 députés, a ‘’effectué des visites de terrain dans les 14 régions du Sénégal pour évaluer le plan décennal (2021-20222) de lutte contre les inondations’’.
 
Un programme qui, selon Lii Quotidien, comporte des ‘’défaillances’’. Le journal constate que ‘’les progrès’’ réalisés ‘’cachent une forêt de dysfonctionnements’’, expliquant que ‘’les missionnaires de l’Assemblée nationale ont constaté beaucoup d’anomalies liées à l’exécution’’ du programme. 
 
Dans L’As, le ministre des Collectivités territoriales, Oumar Guèye, assure que ‘’les populations ne prendront pas des bateaux cette année’’. Le journal souligne que face aux députés, il a indiqué que ‘’toutes les dispositions ont été prises par le gouvernement pour parer à d’éventuels dégâts’’.
 
Revenant sur l’adoption lundi de la loi sur le terrorisme, Vox Populi livre les éclaircissements du ministre de la Justice, Malick Sall. Le journal informe que selon lui, ‘’les infractions relatives aux actes de terrorisme existent déjà dans le Code pénal. Elles sont intégrées dans notre législation par la loi 2007-01- du 12 février 2007, à travers l’article 279-1’’. 
 
Et dans des propos repris par Le Quotidien, Malick Sall, déclare qu’’’aucun manifestant n’a jamais été arrêté pour terrorisme’’.
 
En tout cas, pour Sud Quotidien, ‘’le tollé suscité par l’adoption au niveau de la représentation parlementaire de la très controversée loi sur le terrorisme n’est pas sur le point de s’estomper’’. Le journal explique que ‘’l’opposition parlementaire et les députés non-inscrits envisagent de solliciter instamment l’arbitrage du Conseil constitutionnel, afin d’invalider cette loi jugée +liberticide+’’.
 
A ce propos, L’Observateur annonce que le dépôt de ce recours est prévu ce mercredi. ‘’ (…) le texte est déjà préparé et il ne reste qu’à le déposer’’, indique le journal, citant un haut responsable de l’opposition, sous le couvert de l’anonymat.
 
Sur un autre plan, L’info prévient que ‘’la visite du chef de l’Etat à Thiès est partie pour enregistrer une véritable bataille de représentativité entre les différentes composantes de la coalition présidentielle, mais aussi entre les responsables apéristes eux-mêmes’’. 
 
Le journal écrit que ‘’les partisans d’Idrissa Seck’’, devenu un allié du président Sall, ont ‘’à cœur de démontrer qu’ils sont les maîtres de Thiès et mieux légitimer leurs ambitions lors des prochaines locales’’. Il ajoute que ‘’du côté de l’APR [Alliance pour la République, au pouvoir], le challenge sera de tenir la dragée haute’’.
 
‘’Pour les préparations de la visite du Président Macky Sall à Thiès, les membres de son camp n’ont pas parlé le même langage. Entre des problèmes de préséance, de partage de fonds pour l’accueil, apéristes et rewmistes qui ne sont pas tombés d’accord, pourraient se chamailler devant leur mentor qu’ils accueillent aujourd’hui’’, alerte Tribune.
 
De son côté, Kritik’ indique que l’ancien Premier ministre Idrissa Seck ‘’marque son territoire’’ pour cette visite du président Sall à Thiès. Selon le journal, ‘’Macky Sall peut rêver d’une marée humaine’’ dans cette ville ‘’où le maître des lieux, Idrissa Seck, a déployé toute sa science politique pour battre les records d’affluence et certifier sur le terrain son leadership incontesté dans la cité du refus’’.
 
Mais selon Le Témoin, ‘’Thiès, la ville rebelle, est sous haute tension (…)’’. Le journal note qu’’’en plus de la coalition de jeunes de l’opposition qui compte’’ accueillir le chef de l’Etat ‘’à sa manière, des militants se disant de la première heure de l’Alliance pour la République (APR) et des étudiants de l’Université Iba Der Thima (UIDT) veulent aussi faire voir rouge à leur hôte’’.
 
Libération fait état de la saisie, les 6 et 27 juin, de 16, 7 tonnes de haschich dans les eaux sénégalaises.

ASG