La nouvelle plainte contre Aliou Sall et Frank Timis en vedette
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La nouvelle plainte contre Aliou Sall et Frank Timis en vedette

Dakar, 25 juil (APS) – Les quotidiens reçus jeudi à l’APS, s’intéressent entre autres sujets, à la nouvelle plainte contre Aliou Sall, le frère du président Macky Sall et l’homme d’affaires roumain Frank Timis, impliqués dans l’affaire Pétro-Tim portant sur des allégations de corruption dans l’octroi de contrats pétrogaziers au Sénégal.

 
Kritik rapporte que "les plénipotentiaires du Congrès de la renaissance démocratique (CRD) ont décidé d’ouvrir un autre front juridique en parallèle à l’information judiciaire déclenchée par le Procureur de la République".
 
"Très sceptiques sur la procédure en cours au niveau de la DIC où deux de ses membres, Abdoul Mbaye et Mamadou Lamine Diallo, ont eu à répondre aux enquêteurs de la BAG, ils ont décidé de corser la note avec une plainte avec constitution de partie civile auprès du Premier Cabinet d’instruction près le Tribunal de Grande instance de Dakar", informe le journal dans ses colonnes.
 
Les membres de cette plateforme, explique Kritik, "après avoir commis Me Ibrahima Diawara, ont déposé une plainte pour faux et usage de faux en écriture publique contre X, faux et usage de faux contre Frank Timis, Woon Joon Kwang, Aliou Sall (…)".
 
Cette affaire est partie d’un documentaire publié le 3 juin dernier par la chaîne publique britannique BBC, dont l’enquête intitulée "Sénégal : Scandale à 10 milliards", défraie la chronique depuis plus d’un mois, alimentant notamment le débat politique.
 
La BBC affirme démontrer comment la société de Frank Timis s’était vu retirer puis réattribuer une autorisation d’exploration après l’accession au pouvoir du président actuel Macky Sall, à l’appui de ses soupçons de corruption.
 
Le gouvernement a battu en brèche ces allégations, qualifiant notamment le reportage de la BBC d’un "tissu de contrevérités […] destinées volontairement à manipuler l’opinion et jeter le discrédit sur le gouvernement et l’État du Sénégal". Le procureur de la République a ouvert une enquête sur cette affaire.
 
Sur cette nouvelle plainte contre Aliou Sall et Frank Timis, Tribune note, dans sa manchette, que "TAS (Thierno Alassane Sall) et Cie contournent le Procureur". La publication renseigne que "le Congrès de la renaissance démocratique +And Dekkil Bokk+, composé entre autres de Thierno Alassane Sall, de Mamadou Lamine Diallo ou encore Abdoul Mbaye, ont préféré +contourné+ l’appel à témoins lancé par le Procureur de la République Serigne Bassirou Guèye dans l’affaire Petro-Tim".
 
En effet, renseigne Tribune, "ils ont déposé une plainte au Premier Cabinet d’instruction près le Tribunal de Grande instance de Dakar contre Aliou Sall et Frank Timis pour faux et usage de faux et complicité de détournement de deniers publics".
 
Sur l’Affaire Pétro-Tim, L’As nous apprend que "Frank Timis et Aliou Sall [sont] sous le coup d’une plainte", tandis que Le Quotidien annonce une "plainte contre Aliou Sall et Frank Timis". La dernière publication ajoute qu’"Abdoul Mbaye et Lamine Diallo ont saisi le juge d’instruction".
 
Bref, commente Source A dans son billet du jour, "des évènements malheureux ont beau s’abattre sur Ndoumbèlane, mais ils ne peuvent clore le débat autour du pétrole et du gaz. C’est dire que+Cow li dara fayuko+ (Ce contentieux autour du présumé scandale a la peau dure)". 
 
En politique, Vox Populi affiche à sa Une, "Barth ouvre la porte des retrouvailles socialistes". Le maire de Mermoz Sacré-Cœur déclare dans la même publication : "Il n’y a pas besoin de se disputer, mais l’héritage de Senghor personne ne pourra l’écrire sans nous". Barthélémy Dias déclare dans des propos rapportés par Vox Populi que "le PS a été créé pour conquérir et exercer le pouvoir, pas se métamorphoser en mouvement de soutien".
 
Sud quotidien s’intéresse au "dialogue national inclusif" lancé "en grande pompe" le 28 mai dernier par le président de la République Macky Sall et titre : "Famara (Ibrahima Sagna), au point mort !".
 
"Alors que le dialogue politique sous l’égide du général à la retraite Mamadou Niang est en plein régime avec la onzième rencontre au niveau de la commission cellulaire de concertation sur le processus électoral, le dialogue national est au point zéro", écrit le journal.
Sud quotidien indique que "Famara Ibrahima Sagna, bien que nommé par décret présidentiel le 3 juillet dernier, est bloqué par une cérémonie d’installation officielle par le président Macky Sall".
 
Enquête met en exergue la dernière réforme institutionnelle qui a abouti à la suppression du poste de Premier ministre. "Compétent, rigoureux et à cheval sur les principes, le Secrétaire général du gouvernement (Jean Simon Ndiaye) est-il devenu l’homme fort ?", s’interroge le journal. Selon Enquête, "La longue absence de l’ancien Premier ministre Mahammed Boun Abdallah, le propulse au-devant de la scène". 
 
Sur la dernière CAN en Egypte, le président Macky Sall annonce que "la participation des Lions sera évaluée", écrit le quotidien national Le Soleil, ajoutant qu’il a demandé à son gouvernement de "mettre en œuvre le Plan stratégique de développement du football".


ASB/PON