L’immunité parlementaire de Khalifa Sall, parmi les sujets en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

L’immunité parlementaire de Khalifa Sall, parmi les sujets en exergue

Dakar, 26 oct (APS) - Plusieurs sujets font la Une des quotidiens parvenus jeudi à l’APS, parmi lesquels la question de la levée de l’immunité parlementaire du maire de Dakar Khalifa Sall, en détention depuis mars dernier mais élu député à l’issue des législatives du 30 juillet dernier.
 
Libération annonce que le procureur de la République "actionne l’Assemblée nationale" pour la levée de l’immunité parlementaire de l’édile de Dakar, en détention pour des soupçons de mauvaise gestion depuis le 7 mars dernier.
 
Khalifa Sall, même en prison, a pourtant été investi par une des deux grandes coalitions de l’opposition, à savoir "Manko Wattu Senegaal", dont il était même la tête de liste nationale. 
 
Il n’a cependant pas pu participer à la rentrée de la 13e législature, n’ayant pas bénéficié d’une liberté provisoire pour participer à cette séance solennelle, ni pour occuper provisoirement son siège de député en attendant éventuellement son procès.
 
Selon Libération, le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye "a demandé au président de l’Assemblée nationale la levée de l’immunité parlementaire de Khalifa Sall. Une commission ad hoc va statuer sur cette demande que les avocats du maire de Dakar qualifient de +contradiction+".
 
La conférence des présidents de l’Assemblée nationale s’est même "réunie hier (mercredi) pour examiner la demande de levée de l’immunité parlementaire" de M. Sall, alors que les responsables de sa coalition "préparent la riposte", rapporte Vox Populi.
 
Pour ne pas en finir avec le cocktail politique et affaires judiciaires, L’Observateur revient sur la gestion de Cheikh Kanté au Port autonome de Dakar (PAD), qui aurait été mis à genou sous le mandat de celui qui a désormais en charge le suivi du Plan Sénégal émergent (PSE).
 
"Je ne suis pas un voleur ; j’ai toujours fait des bénéfices durant mes 5 années de gestion", déclare-t-il à la Une de ce journal, avant d’ajouter : "Si on me reproche d’avoir recruté des Sénégalais, je l’assume".
 
Les détracteurs de l’ancien DG du PAD lui reprochent un "recrutement non maîtrisé", pour avoir signé, lors de ses 11 derniers jours à ce poste, 388 permanents et 28 agents temporaires.
 
"Les affaires politico-financières envoient le Sénégal au nirvana de l’impunité. De l’affaire Petro-Tim au scandale Bictogo en passant par les cartes biométriques ou encore la gestion du Port de Dakar, tout se passe comme si la capacité d’indignation des Sénégalais s’est envolée, à cause notamment de l’absence de sanctions", commente Walfquotidien.
 
Enquête s’intéresse lui aux "mal lotis de la République", faisant référence aux institutions et ministères sans locaux. "La formation du gouvernement Dionne II, le 7 septembre dernier, n’est pas sans conséquence pour certains ministères qui peinent à être bien logés", explique le journal.
 
Le Quotidien L’As, un peu dans le même sens, revient sur la dernière réunion du secrétariat exécutif national (SEN) de l’Alliance pour la République (APR), soulignant qu’à cette occasion, le moral des troupes du parti au pouvoir "a été sapé (...) par certains passages du discours du président Macky Sall".
 
A ses partisans, il a soutenu qu’il "n’était mû que par ses deux mandats. Suffisant pour doucher l’ardeur des apéristes de lait, à l’image de Luc Sarr, qui pensaient que l’APR avait des ambitions qui transcendent Macky Sall".
 
Au nombre des sujets évoqués par la livraison du jour de la presse quotidienne, figure le démarrage des activités de la compagnie Air Sénégal SA. "Macky accélère le décollage", affiche ainsi le journal Le Quotidien à ce sujet.
 
"Malgré les retards notés dans le processus d’obtention de son permis d’exploitation aérienne, la nouvelle direction de la compagnie nationale Air Sénégal SA est décidée à tenir les délais imposés par la volonté présidentielle d’ouvrir l’aéroport de Diass le 7 décembre par un vol de la compagnie aérienne nationale", relève le journal.
 
Si l’on en croit Le Quotidien, le nouveau directeur général d’Air Sénégal SA et son équipe "se sont mis à l’œuvre d’arrache-pied, en faisant fi des critiques", en vue d’arriver à cet objectif. 
 
Sujet de l’ordre de l’insolite à la Une du Témoin quotidien. "Inédit, du matos sans propriétaire" à l’hôpital de Fann, à Dakar, affiche le journal, évoquant des 4x4, camions et motos sanitaires oubliés dans cet établissement sanitaire.
 
"Au moment où nos structures sanitaires sont dans le dénouement le plus total, une impressionnante logistique composée de véhicules 4x4, de motos et de camions frigorifiques +est oubliée+ depuis 2 ans à l’hôpital Fann", rapporte le journal. 
 
Sud Quotidien annonce que le Grand cadre de syndicats d’enseignants a décidé de déposer ce jour un préavis de grève pour amener le gouvernement à respecter les accords déjà signés avec les structures centrales concernées et à "la signature du décret portant intégration des élèves-maîtres".
 
Walfquotidien évoque la réunion convoquée à Niamey, au Niger, par la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la création d’une monnaie unique au sein de cet espace d’intégration, une rencontre à laquelle n’a pas participé le chef de l’Etat sénégalais, en visite officielle en Afrique du sud au même moment.
 
"Macky fuit le débat", pour ne pas "contrarier le moins du monde la France", sans compter que le président sénégalais accorde aux compatriotes d’Emmanuel Macron, son homologue français, "les marchés parmi les plus juteux du pays", estime le journal.
 
 

BK/PON