L’étude de l’OFNAC sur la corruption bouscule les autres sujets
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

L’étude de l’OFNAC sur la corruption bouscule les autres sujets

Dakar, 22 déc (APS) - Les journaux reçus vendredi à l’APS abordent divers sujets dont, en priorité, des réactions après la publication des résultats de l’étude sur la perception et le coût de la corruption au Sénégal commanditée par l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC).



"Corruption dans la Police et la Gendarmerie : Aly Ngouille Ndiaye incinère l’étude de l’OFNAC", mentionne Le Quotidien à sa Une.
 
Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye a profité de l’incinération de drogues saisies cette année par la Police pour réagir à l’étude de l’OFNAC qui indique que la "Police et la Gendarmerie" sont en tête du peloton des secteurs touchés.
 
L’OFNAC et le PNUD ont publié mercredi les résultats d’une étude sur la perception et le coût de la corruption au Sénégal, réalisée par le cabinet Synchronix (mai-juillet 2016) sur un échantillon de 2 336 individus répartis dans sept catégories de cibles, sur l’ensemble du territoire national. 
 
Il s’agit du grand public, du secteur de l’administration publique, du secteur privé, de la justice, de l’Assemblée nationale, des médias, de la société civile et des partenaires techniques et financiers.
 
Pour Le Quotidien, le ministre l’Intérieur n’est pas "convaincu" par les conclusions de l’étude.

Le Témoin lui renseigne qu’accusées d’être les "corps les plus corrompus du Sénégal", la Police et la Gendarmerie +déchirent+ le rapport de l’OFNAC.
 
Loin de cette polémique, l’Enquête parle de "loi de l’omerta" sur le séjour de l’émir du Qatar Cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani au Sénégal. L’émir du Qatar a quitté Dakar jeudi matin, après une visite de 24 heures. 
 
Le président sénégalais Macky Sall et le septième souverain le plus riche du monde se sont entretenus le même jour.
 
Le Sénégal et le Qatar ont signé plusieurs accords de coopération dans divers domaines.
 
Face à l’absence d’informations sur ce séjour, l’Enquête écrit que la visite de l’émir du Qatar "laisse tout le monde sur sa faim".
 
Dans Sud quotidien, le journaliste-analyste politique, Yoro Dia croît comprendre que l’émir du Qatar "ne se déplacera jamais au Sénégal pour …Karim".
 
Le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, s’est installé au Qatar après son élargissement de prison. Il avait été condamné dans le cadre de la traque des biens mal acquis.
 
Dans son entretien avec Sud quotidien, Yoro Dia indique que le "dossier de Karim Wade n’est pas une priorité" dans le cadre de la visite de l’émir du Qatar.
 
L’Observateur, pour sa part, revient sur le débat sur la traque des biens mal acquis relancé par l’ancien Premier ministre, Aminata Touré, écrivant que "Mimi crée des ennuis à Macky".
 
Selon ce journal de la Médina, les avocats de l’Etat sont "prêts à engager la bataille pour être payés sur la base des 200 milliards" recouvrés, selon Aminata Touré.
 
De son côté, l’AS quotidien évoque les affaires judiciaires du rappeur Baba Ndiaye alias "Ngaaka Blindé" arrêté en début de semaine par la Police pour détention de faux billets de banque estimés à six millions de Francs CFA. 
 
"Les aveux renversants de Ngaaka Blindé", écrit l’AS quotidien sur l’audition du rappeur et ses acolytes.
 
Le journal écrit que le rappeur a soutenu devant les policiers que les "faux billets étaient destinés à une prestation artistique à Mbour". Le rappeur, du coup, "blanchit ses +amis+ et assume tout", rapporte l’AS quotidien qui renseigne que "Ngaaka blindé" et ses quatre co-accusés ont fait l’objet d’un retour de parquet.
 
Pianotant sur un autre registre, Vox populi consacre un dossier sur l’utilisation abusive de stimulants sexuels, en relevant que c’est "la mort au bout de plaisir…".
 
Crise cardiaque, artères bouchées sont, pour Vox populi, "les risques qu’encourent les usagers des stimulants et autres aphrodisiaques".
 
Il ajoute que "les hommes sont plus exposés que les femmes, surtout après 50 ans".
 
Le Soleil lui consacre sa manchette sur la célébration de la journée du tirailleur sénégalais, relatant l’histoire des "7000 tirailleurs tombés à la bataille du chemin des dames" pendant la première guerre mondiale.



BHC/PON