L’autorisation de réunions d’organisations d’obédience maçonnique et la politique au menu des quotidiens
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

L’autorisation de réunions d’organisations d’obédience maçonnique et la politique au menu des quotidiens


Dakar, 28 avr (APS) – L’arrêté préfectoral autorisant la tenue de réunions par toutes organisations nationales ou internationales d’obédience maçonnique dans le département de Dakar et la politique comptent parmi les sujets abordés par les journaux parvenus ce samedi à l’APS.



 


"Le Sénégal ouvre ses portes aux francs-maçons" affiche à sa Une Vox Populi informant que ‘’les francs-maçons d’Afrique et du monde entier peuvent désormais tenir leur rencontre au Sénégal. En effet, l’arrêté interdisant les réunions nationales ou internationales d’obédience maçonnique à Dakar a été tout simplement abrogé par le préfet de Dakar Alioune Badara Sambe".


L’As, sur l’abrogation de l’interdiction des rencontres maçonniques, titre : "Le préfet de Dakar déroule le tapis rouge aux
francs-maçons". Le journal rappelle que "dans un arrêté datant du 31 janvier 2018, le préfet de Dakar avait interdit la tenue de réunions (publique ou privée) ‘par toute organisation nationale ou internationale d’obédience maçonnique’. Mais contre toute attente, les autorités administratives ont fait volte-face en abrogeant cette mesure. Ce qui n’a pas été du goût du ‘Collectif non à la franc-maçonnerie’ qui prépare déjà une riposte".


Sur le même sujet, L’Observateur rapporte les propos du préfet de Dakar Alioune Badara Sambe que "ils (francs-maçons) sont libres de le faire (se réunir), mais cela ne veut pas dire qu’ils seront autorisés à tenir leur rencontre à Dakar", allusion faite à la rencontre du Rehfram initialement prévue les 2 et 3 février dernier et qui n’avait pas été autorisée.


La politique qui a la peau dure, ne se laisse pas submerger et reprend sa place de choix dans les parutions du weekend avec Sud quotidien qui invite ses lecteurs à une réflexion sur "la politique de la chaise vide face aux initiatives de l’Etat", laissant entendre que "l’opposition boycotte, Macky déroule". Le journal a, à cet effet, sollicité l’éclairage du Dr Maurice Soudieck Dione, enseignant-chercheur à l’UGB de Saint-Louis, qui estime qu’"il y a eu une rupture de confiance entre le pouvoir et l’opposition qui…".


Enquête lui partage "le plan de bataille de l’opposition" qui envisage de dérouler "des journées de résistance nationale, toutes les semaines, à partir de vendredi prochain".


La Cloche qui s’est arrêté sur la situation sociale avec "la santé en grève de 72 heures, lundi, crise scolaire, contestations politiques", titrant : "Macky face aux mots…de désordre". On peut lire en page intérieure du journal que "les politiques et syndicalistes sont décidés à donner du fil à retordre à l’Etat du Sénégal. A quelques mois de la présidentielle de 2019, les différents acteurs ne résonnent plus que par la réclamation ou alors, c’est la dénonciation, la contestation, la condamnation…".
 


La disparition du bassiste du Super Etoile, Habib Faye, survenue mercredi dernier à Paris à la suite d’une maladie occupe aussi les journaux. "Inhumation, ce matin d’Habib Faye", "Sa dernière interview avec Enquête" (Enquête) ; "Habib, le retour d’avant l’adieu" (L’Obs) qui relate l’arrivée hier à l’AIBD de la dépouille mortelle du guitariste ; "Trop d’émotions à l’arrivée de la dépouille de Habib Faye" (Vox Populi).


Le Soleil est quant à lui revenu sur la visite officielle de Jose Carlos de Almeida Fonseca, président de la République du Cap-Vert, mettant à sa Une les propos de l’hôte du Sénégal qui dit : "Nos pays sont deux démocraties exemplaires".

PON