L’augmentation des bourses et le domicile de Me Wade à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

L’augmentation des bourses et le domicile de Me Wade à la Une

Dakar, 29 mai (APS) – La hausse annoncée des bourses des étudiants, la baisse des tickets de restauration et le domicile du Point E de Me Abdoulaye Wade qui ferait l’objet procédure de saisie sont les principaux sujets à la Une des quotidiens reçus mardi à l’APS.
 
"Hausse des bourses, baisse des prix des tickets de restauration, Macky Sall soulage les étudiants", affiche à sa Une Le Soleil qui parle de "mesures fortes prises par le chef de l’Etat". Macky Sall a reçu lundi la Coordination des étudiants du Sénégal.
 
Les bourses passent à 20 mille, 40 mille et 65 mille francs CFA contre, respectivement, 18 mille (demi-bourse), 36 mille (entière) et 60 mille (3e cycle). Les tickets de restaurant passent de 75 à 50 francs CFA, pour le petit-déjeuner, et de 150 à 100 francs CFA, pour le déjeuner et le dîner. 
 
Selon Vox Populi, "la moisson a été bonne pour les étudiants qui ont pris part à l’audience accordée par le chef de l’Etat (…). Malgré le boycott de l’UGB, de la Fac de médecine de l’UCAD, ces étudiants des autres facultés de l’UCAD, de Thiès, de Ziguinchor, de Bambey et de l’UVS ont obtenu gain de cause sur la baisse des tickets de restaurant, l’augmentation des bourses, entre autres".
 
Selon L’As, "Macky gâte les étudiants" tandis que pour L’Observateur, "Macky Sall met la bourse pleine aux étudiants". A sa Une, Sud Quotidien affiche : "Macky Sall +comble+ les étudiants".
 
Le Quotidien titre : "Le dessert de Macky aux étudiants". Et dans un billet intitulé "Dessert de campagne", le journal écrit : "Les étudiants qui ont pris l’habitude de prendre leur +ndogou+ au palais de la République depuis la mort de l’étudiant Fallou Sène ont été hier copieusement servis en termes de dessert de campagne".
 
"C’est à la limite si le président n’a pas agréé à toutes leurs revendications. De quoi être perturbé avant les élections. Très loin du menu ordinaire du tirailleur moyen, +non Sénégalais+, comme disait l’Autre. Dommage qu’il ait fallu, une fois de plus que du sang coule pour que l’on obtienne cela", ajoute Le Quotidien.
 
Enquête qualifie ces augmentation et baisse de "Sukëru Koor implosif", car "le mouvement étudiant est sorti disloquer des différentes rencontres au Palais". Ceux qui ont boycotté ces rencontrent contestent la légitimité du groupe reçu par Macky Sall.
 
Selon La Cloche, "Macky Sall +gâte+ les étudiants". En même temps, ce journal relève que Me Wade "est prêt à tout pour ne pas perdre" sa maison du Point E qui aurait fait l’objet d’une procédure de saisie dans le cadre du procès pour enrichissement illicite qui a valu à son fils Karim une condamnation.
 
Enquête se fait l’écho de la sortie de Me Wade sur "la menace de saisie de sa maison du Point E". L’ex-chef de l’Etat déclare dans un communiqué : "Macky Sall devra d’abord marcher sur mon cadavre.
 
Walfadjri note que "noir de colère, Wade menace" Macky Sall. "Il faudra auparavant qu’il marche sur mon cadavre. J’ai commis des avocats pour lui faire un procès pour injures et diffamation à Dakar et aux Etats-Unis", déclare Wade dans des propos rapportés par Walf.
 
Selon Vox Populi, "Wade porte plainte contre Macky". "L’ancien président va ester en justice à Dakar et à Houston (USA) contre son successeur pour +diffamation et injures+. A l’origine de son courroux, la saisie de sa maison du Point E par un huissier. Il s’attache les services des avocats sénégalais, américains et français", note le journal.
 
Toutefois, dans Vox, Me Yérim Thiam, avocat de l’Etat dément Me Wade et précise : "Le domicile dont il s’agit n’a été ni saisi, ni fait l’objet d’une quelconque procédure. L’acte signifié au dernier domicile connu de Karim Wade est au point E est un commandement de payer".
 
Libération parle de "la grosse manipulation de Wade". La publication explique : "L’avocat Me Jean Kamaté était bien au Point E parce que c’est la dernière adresse connue de Karim Wade et il devait notifier à la personne trouvée sur place le commandement visant le fils de l’ancien président de la République".
 
"Le bien du Point E étant au nom exclusif de Me Abdoulaye, il n’a été jamais été question de le saisir (….)", ajoute Libération qui affiche à sa Une : "Wade, maître ès….intox".


OID/ASB