L’actualité judiciaire, principal thème au menu des quotidiens
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

L’actualité judiciaire, principal thème au menu des quotidiens

Dakar, 16 fév (APS) - Plusieurs sujets sont au menu de la livraison de jeudi de la presse quotidienne, parmi lesquels le verdict de l’affaire Ndiaga Diouf et les recommandations du chef de l’Etat Macky Sall concernant l’amélioration de l’efficacité du système judiciaire.
 
 
Le tribunal de grande instance de Dakar va rendre jeudi son verdict dans l’affaire Ndiaga Diouf, du nom de ce jeune homme tué en décembre 2011 lors d’une tentative de saccage de la mairie de Mermoz Sacré-Cœur à la vielle de l’élection présidentielle de 2012.
 
Le maire de Mermoz Sacré-Cœur, le député Barthélémy Dias, est poursuivi dans cette affaire, de même que deux autres agents de sa mairie. Ils ont comparu en mi-janvier dernier pour "coups mortels et complicité de coups mortels".
 
Des militants du Parti démocratique sénégalais (PDS), actuellement dans l’opposition mais au pouvoir à l’époque des faits, également cités dans cette affaire, ont de même comparu pour "association de malfaiteurs, menaces de mort et participation à un rassemblement illicite".
 
Le procureur avait requis 10 ans de prison contre le maire de Mermoz-Sacré-Cœur et cinq pour ses deux agents, contre deux ans de prison pour les militants du PDS.
 
"Barth retient son souffle", titre le journal l’AS, selon lequel l’avenir politique de Barthélémy Dias pourrait être scellé par ce verdict, alors même que le maire de Sacré-Cœur et son homologue de Dakar Khalifa Sall sont en délicatesse avec la direction de leur formation politique, le Parti socialiste.
 
MM. Dias et Sall défendent une ligne politique différente de la direction du PS avec à sa tête Ousmane Tanor Dieng, présenté comme un soutien convaincu du président Macky Sall et de son parti, l’Alliance pour la République (APR), au sein de la coalition Bennoo Bokk Yakaar regroupant le pouvoir et ses alliés.
 
Le maire de Dakar Khalifa Sall, qui peut compter comme Barthélémy Dias parmi ses soutiens, serait lui plutôt dans une perspective de briguer la présidentielle de 2019, une optique qui l’amènerait à s’éloigner davantage du PS ou de sa direction actuelle tout au moins.
 
"Jour de vérité pour Barthélémy Diass", affiche Walfquotidien, évoquant différents scénarii pouvant découler du prononcé de ce verdict.
 
Vox populi s’entend avec Walfquotidien sur la même manchette qui barre également la Une du premier quotidien nommé qui rappelle que le procureur avait requis 10 ans de prison contre le maire de Mermoz Sacré-Cœur.
 
"Khalifa (Sall) devant ses responsabilités", estime La Tribune via sa manchette, en analysant qu’une éventuelle condamnation de Barthlémy Dias aurait des conséquences sur "les dissidents" du PS.
 
Le Soleil et Sud quotidien, loin de ce sujet, sont revenus sur le communiqué du Conseil des ministres tenu mercredi, mettant en exergue la demande du président Macky Sall au gouvernement concernant la nécessité d’améliorer "l’efficacité du système judiciaire".
 
"Macky +confirme+Dème", écrit Sud quotidien, en allusion à la démission du juge Ibrahima Hamidou Dème du Conseil supérieur de la magistrature, une décision qui "n’a pas laissé indifférent’’ le président de la République, commente le journal.
 
Dans sa lettre de démission, M. Dème dénonce le recours, par le ministre de la Justice, de la procédure dite de "la consultation à domicile". 
 
Celle-ci consiste en "une saisine individuelle des membres du Conseil supérieur de la magistrature pour recueillir leur avis sur les propositions formulées", ce qui selon lui "ne garantit ni la transparence, ni le respect du principe constitutionnel de l’inamovibilité du juge".
 
Selon Sud quotidien, Macky Sall a engagé en Conseil des ministres le gouvernement à "améliorer l’efficacité du système judiciaire du Sénégal dans le respect scrupuleux de la Constitution".
 
Le Soleil également revient sur la même question, relative à l’amélioration du système judiciaire, avant d’annoncer une visite du président Macky Sall en mars dans la vallée du fleuve Sénégal.
 
Le journal Le Témoin annonce que l’Etat ’’joue l’apaisement’’, après les "violentes émeutes" intervenues à Kédougou, la capitale sud-est du Sénégal, suite à la mort d’un orpailleur tué par balle lors d’une altercation avec des agents des douanes.
 
Le journal rapporte que le chef de l’Etat a offert trois millions de francs CFA à la famille de la victime, répondant au nom de Yamadou Sagna. Macky Sall demande aussi l’ouverture d’une enquête, selon cette publication.
 
Sur le même sujet, L’Observateur revient sur le film de ces "évènements sanglants de Saraya", ajoutant que "l’Etat prend des engagements fermes" pour apaiser la situation.
 
BHC/BK/PON