Divers sujets au menu de la presse quotidienne
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Divers sujets au menu de la presse quotidienne

Dakar, 9 fev (APS) - La visite du chef de l’Etat en Mauritanie, le procès du maire de Dakar, le processus électoral et les incidents survenus à Niano, sont les sujets phares dans les quotidiens reçus vendredi à l’Agence de presse sénégalaise (APS).

Le Soleil met en exergue la visite du chef de l’Etat en Mauritanie et affiche à sa Une "L’apaisement". 

Le président Macky Sall a été accueilli, jeudi, par son homologue Mohamed Abdel Aziz, selon le journal qui note "des échanges constructifs et fructueux" entre les délégations ministérielles sénégalaise et mauritanienne durant cette visite prévue bien avant le dernier incident mortel.

La visite du Président Sall intervient après une manifestation organisée le 29 janvier par des populations de Saint-Louis, pour protester contre la mort d’un jeune pêcheur tué par balle par des garde-côtes mauritaniens, alors qu’il pêchait dans les eaux mauritaniennes. 

Ces dernières années, d’importantes découvertes de gaz ont été faites à la frontière entre les deux pays, dont celle concernant le champ gazier "Grand Tortue/Ahmeyim", mis à jour en janvier 2016 et considéré comme "le plus important gisement" en Afrique de l’Ouest, avec des réserves estimées à 450 milliards de m3. Il est à cheval sur la frontière sénégalo-mauritanienne.

Dans le cadre du procès de Khalifa Sall, Vox populi note que le leader de Rewmi Idrissa Seck "envoie Macky au fond de la caisse" et estime que "les magistrats devront l’appeler pour qu’ils disent comment il a touché à la caisse d’avance".

Interrogé par le tribunal, mardi, le maire de Dakar a fait dans le "déballage" en déclarant : "[...] en 2012, c’est Macky Sall lui-même qui m’avait parlé de ces fonds (politiques) et m’avait sollicité. C’est pourquoi nous sommes surpris qu’après 21 ans de fonctionnement de cette caisse qu’on puisse nous traduire devant cette juridiction".

Sur ce procès pour, entre autres, "détournement de deniers publics" pour un montant de 1,8 milliards de francs CFA de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar, Tribune titre : "L’Etat démasqué et pris au piège". 

"(….) La journée d’hier a été aussi et surtout marquée par la révélation de taille et documentée faite par Me François Sarr (avocat de la défense). Selon lui, les fonds politiques existent bel et bien dans la nomenclature budgétaire de l’Etat du Sénégal", écrit le journal.

"Devant le tribunal, il a brandi le décret 2012-673 du 22 décembre 2012 publié au Journal officiel de la République du Sénégal. Ces fonds politiques sont logés sous la rubrique 6495", ajoute Tribune.

Et le journal d’ajouter : "Pour la défense de Khalifa Sall, cette +découverte+ est un point important dans la suite du procès en regard des affirmations répétées par la partie civile et par le parquet, convaincus que les fonds politiques étaient une +invention+ qui ne figurait pas dans l’organisation budgétaire de l’Etat du Sénégal".

L’As met en relief le partenariat économique entre la Chine et le Sénégal et affiche à sa Une : "Pékin injecte 104 milliards". "L’Empire du milieu et le Sénégal ont encore procédé à la signature d’accords et échanges de lettres dont les montants vont atteindre 104 milliards 800 millions de francs CFA. Un projet d’accès à la télévision par satellite est également au programme et va concerner 300 villages du Sénégal", informe le journal.

Enquête s’intéresse aux concertations sur le processus politique et titre : "Les raisons d’un échec". Le journal observe "le véto" de la majorité sur le bulletin unique et 5 autres points qui divisent les acteurs de ce processus. 

Pointant "un dialogue de sourds", la publication écrit : "L’issue des concertations sur le processus électoral augure, d’ores et déjà, le même chaos qui a marqué l’organisation des élections législatives du 30 juillet 2017 que l’opposition considère toujours jusqu’ici comme une non-élection".

Concernant le processus électoral, L’Observateur note que le pouvoir et l’opposition "sont dos à dos". "Les négociations sur le processus électoral ont pris fin depuis le 2 février. La majorité, l’opposition et les Non Alignés ont trouvé quelques points d’accord, mais les divergences demeurent", souligne le journal.

Il ajoute : "Principal nœud de discorde, la question du parrainage. La caution et le bulletin unique restent également en suspens. Le rapport final devrait être livré dans les prochains jours".

Selon Sud Quotidien, "la majorité lâche du lest" et relève que "le principal point de blocage des concertations nationales autour du processus électoral a été finalement levé au dernier round de négociations entre acteurs du dialogue politique".

"Le parrainage des candidats à la présidentielle cède, par consensus, la place à la rationalisation des candidatures et des partis politiques. Une manière certainement pour la majorité présidentielle de lâcher du lest pour mieux rebondir (….)", observe Sud.

Le Quotidien revient sur les heurts entre douaniers sénégalais et pèlerins de Médina Gounass, à Vélingara et titre : "Feu sans frontière".

"C’est une situation dramatique. Des heurts, qui ont opposé des douaniers en poste à Niano et des pèlerins bissau-guinéens qui auraient refusé de payer des passavants pour accéder au territoire sénégalais ont fait 1 mort et des 3 blessés du côté des fidèles de Thierno Amadou Baldé qui organisait sa ziara annuelle mercredi à Médina Gounass", écrit Le Quotidien.

OID/ASB