Divers sujets au menu de la presse quotidienne
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Divers sujets au menu de la presse quotidienne

Dakar,11 jan (APS) – La presse quotidienne s’intéresse à divers sujets dont la demande d’extradition vers la Guinée de Toumba Diakité, l’ancien aide de camp de Moussa Dadis Camara, la crise post-électorale en Gambie et l’inauguration du stade Alassane Djigo de Pikine par le président Sall.
 
"Les jours de Aboubacar Sidiki dit +Toumba+ sont-ils comptés ? ", s’interroge le journal Enquête. "En tous les cas, ajoute-t-il, la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar lui a donné hier (mardi) un ticket favorable à son extradition sollicitée par l’Etat guinéen."
 
Le commandant Diakité a été arrêté le 16 décembre dernier à Dakar par la section de recherches de Dakar, "conformément à une entraide judiciaire formulée par les autorités guinéennes".
 
Il s’était caché au Sénégal depuis 5 ans. L’ancien aide de camp de Moussa Dadis Camara, en fuite depuis décembre 2009, est soupçonné d’avoir tiré et blessé l’ex-président autoproclamé.
 
Il était également à l’époque, le chef de la garde présidentielle, les bérets rouges qui sont accusés d’être responsables des massacres perpétrés dans le stade de Conakry, le 28 septembre 2009. Le militaire faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international.
 
"Maintenant, le dernier mot revient au chef de l’Etat Macky Sall qui doit prendre un décret en ce sens", informe Enquête qui ajoute que l’ex aide de camp de l’ancien président guinéen Dadis Camara ne veut pas encore rentrer dans son pays pour des raisons de sécurité.
 
"Les mêmes personnes sont toujours aux affaires. Je veux qu’on me laisse ici et qu’on me mette en liberté provisoire, jusqu’à ce que les conditions d’une extradition soient réunies", a-t-il demandé au juge lors de son audience, rapporte le journal.
 
Pour sa part, Vox Populi indique qu’il revient désormais au président Macky Sall d’autoriser ou non l’extradition de Toumba Diakité vers son pays, la Guinée Conakry.
 
"En effet, explique-t-il, la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar, saisie sur la question, a rejeté hier [mardi], la demande de l’annulation de la procédure d’extradition introduite par Toumba, en donnant un avis favorable.’’
 
"Si le chef de l’Etat se fonde sur cet avis, nous attaquerons son décret pour excès de pouvoir", a menacé son avocat, Me Baba Diop, dont les propos sont rapportés par Vox Populi.
 
La presse quotidienne s’intéresse aussi au report, jusqu’au mois de mai prochain, de l’examen du recours du président sortant Yahya Jammeh devant la Cour suprême gambienne pour contester la victoire de son adversaire, Adama Barrow.
 
"Le recours de Jammeh renvoyé. Le +MAI+ de la Cour suprême", écrit le Quotidien en usant de calembour, le tout illustré d’une photo du président Jammeh.
 
"La farce continue à Banjul. La Cour suprême qui statuait hier sur le recours de Yahya Jammeh, prolonge un suspense haletant : elle a annoncé qu’elle ne pourrait vider ce contentieux qu’en mai en raison de l’indisponibilité du président de la haute juridiction gambienne", précise le même journal.
 
Il ajoute que "la médiation conduite par le président Nigerian Muhammadu Buhari, qui était attendue ce matin (mercredi) à Banjul est renvoyée jusqu’à vendredi. Soit à une semaine de l’ultimatum fixé à Jammeh par la CEDEAO pour qu’il quitte le pouvoir".
 
"La Cour suprême maintient Jammeh", relève La Tribune selon qui elle ne pourra pas statuer avant plusieurs mois sur le recours du président sortant, faute de juges disponibles.
 
A en croire ce journal, des journalistes sénégalais qui étaient en Gambie pour la couverture de la session de la Cour suprême, ce mardi, "ont été conduits manu militari au commissariat de Banjul avant d’être conduits à la sortie de la ville".
 
Sud Quotidien écrit que la Cour suprême gambienne joue les prolongations. Il ajoute que "le parti de Jammeh, l’APRC, avait appelé ses partisans au rassemblement. Et ce fut une démonstration de force. Et peut-être que c’est un tournant dans ce bras de fer où le peuple de Jammeh semble s’être trouvé un nouvel ennemi : le Sénégal".
 
L’inauguration du stade Alassane Djigo de Pikine, dans la banlieue de Dakar par le président de la République, Macky Sall, figure parmi les sujets traités par la presse quotidienne. Les travaux de réhabilitation de cette infrastructure sportive sont estimés à un milliard 300 millions de francs.
 
"Le chef de l’Etat pense que le nouveau joyau architectural contribuera à davantage faire éclore les talents immenses des jeunes pikinois", écrit Le Soleil. A cette occasion, il a annoncé la construction imminente des stades de Kaffrine, Kédougou et Sédhiou, ajoute-t-il.
 
"En visite à Pikine, Macky inonde la banlieue…de promesses’’, relève Le Témoin quotidien, soulignant qu’’’il a eu droit à une très gigantesque mobilisation populaire".
 
"En plus d’une grande mosquée de 3500 places, il promet la reconstruction totale du marché Syndicat, ainsi que l’élargissement de la route des Niayes en deux fois trois voies", renseigne le même journal.

ASB/ASG