Divers sujets à la une des quotidiens
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Divers sujets à la une des quotidiens

 
Dakar, 20 juil (APS) - Les quotidiens parvenus mercredi à l’APS traitent de divers sujets, parmi lesquels le Conseil interministériel délocalisé à Dakar, la "volte-face" de l’Etat dans l’affaire dite du ‘’Protocole de Rebeuss’’ et le démantèlement d’un réseau de trafic d’individus vers les pays arabes.
 
Le gouvernement sénégalais a démarré mardi, à Rufisque, son quatorzième Conseil interministériel consacré à la région de Dakar. Cette réunion se tient en prélude du Conseil des ministres prévu ce mercredi à Pikine.
 
"823 milliards de FCFA pour soigner Dakar", écrit L’Observateur à sa une, précisant que c’est le porte-parole du gouvernement Seydou Guèye qui a dévoilé le plan concocté par l’équipe du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne "pour mettre la région de Dakar sur la voie de l’émergence’’.
 
Selon Seydou Guèye, cité par le quotidien du Groupes futurs médias (GFM, privé), ces 455 milliards "sont déjà prévus et consignés dans le Plan triennal d’investissement 2016-2018". 
 
"Le reste de ce financement sera soumis au Président Macky Sall lors du Conseil des ministres qui se tient aujourd’hui (mercredi) à Pikine", a-t-il ajouté dans la même parution.
 
Sud quotidien évoque la même réunion, s’intéressant pour sa part au bilan officiel des conseils des ministres délocalisés révélé par le ministre auprès du Premier ministre, porte-parole du Gouvernement Seydou Guèye.
 
D’après M. Guèye, l’état de réalisation des engagements souscrits par le gouvernement lors des réunions de conseils des ministres délocalisés dans les 13 régions s’élève à 2872 milliards de FCFA.
 
Seydou Guèye a indiqué, dans le même journal qu’à la date du 31 août 2015, ces réalisations se chiffraient à 1573 milliards, soit 55% des engagements de réalisations souscrits à l’occasion de ces conseils décentralisés.
 
Sud Quotidien s’est également intéressé à la ’’volte-face’’ de l’Etat dans l’enquête sur le ‘’Protocole de Rebeuss’’, désignant un arrangement portant sur une affaire politico-financière dans laquelle l’ancien Premier ministre Idrissa Seck est accusé d’avoir détourné 74 milliards de francs CFA.
 
"Coup de théâtre ! La réouverture du supposé ou réel dossier du protocole de Rebeuss, annoncé en grande pompe, avec notamment des auditions de Samuel Sarr et autre Birahim Seck, a été finalement suspendue", rapporte le quotidien.
 
Sud Quotidien, qui cite ses sources, renseigne que "ce tâtonnement serait lié aux conséquences qu’allaient produire les auditions sans toutefois préciser lesquelles".
 
"Ces déballages allaient-ils mouiller de plus hautes autorités de l’Etat d’alors ou actuellement au pouvoir ? Mystère !", s’interroge Sud Quotidien. Toujours est-il que "le procureur de la République, selon toujours nos sources, a été sommer d’arrêter les auditions jusqu’à nouvel ordre", ajoute le journal.
 
Le Quotidien, plus catégorique, écrit à sa une : "Le Protocole de Rebeuss refermé. Macky arrête Sidiki" (le ministre de la justice).
 
"Le chef de l’Etat n’a pas compris cette instruction de la chancellerie qui a demandé au parquet de s’autosaisir de l’affaire des 74 milliards de FCFA. A son retour de Kigali, où il a participé au sommet de l’Union africaine, Macky Sall a demandé à son garde des Sceaux de laisser le dossier dans les limbes de l’oubli", pointe ce journal.
 
Le Quotidien note que ce faisant, "il a désavoué son ministre de la Justice qui n’a su mesurer les enjeux qui l’entourent". Selon la même parution, "en mettant en marche la machine judiciaire, le procureur de la République allait se retrouver dans une voie sans issue qui aurait condamné le régime aux railleries des hommes politiques et de la société civile". 
 
Selon La Tribune, ’les motifs de l’annulation n’ont pas été rendus publics, mais l’on parle de report pour justifier le coup de frein que connaît l’auto-saisine".
 
L’As, de son côté, tente d’analyser les raisons de "cette reculade" de l’Etat sénégalais. Le journal, citant des sources, indiquent que les auditions de l’ancien ministre de l’Energie, Samuel Sarr, et de Birahim Seck du Forum civil devant la Sûreté urbaine, ont été suspendues pour ne pas occulter le programme politique du président de la République qui tient le conseil des ministres délocalisé dans la banlieue dakaroise.
 
Sur cette polémique née du ‘’Protocole de Rebeuss’’, Walf quotidien souligne que "Idy (Idrissa Seck) est en passe de devenir le leader de l’opposition’’. Le journal, qualifiant ce sujet de serpent de mer, indique qu’elle fait l’affaire de l’ancien maire de Thiès.
 
Walf quotidien écrit que cette affaire "a propulsé Idrissa Seck au centre des débats et a fait de lui le principal opposant au chef de l’Etat Macky Sall".
 
Pour le reste, les quotidiens font leurs choux gras du démantèlement, par la Division des investigations criminelles (DIC), d’un réseau de trafic de sénégalaises vers les pays arabes.
 
"La DIC frappe au cœur de la mafia", titre à sa une Libération, selon qui 8 suspects ont été arrêtés dans cette affaire, deux étrangers sont recherchés. 
 
Le quotidien est revenu sur la manière dont les candidates au voyage étaient réduites à la condition d’esclaves une fois dans les pays arabes, ajoutant que la comédienne Bébé Aïcha figure parmi les victimes du réseau.
 
Selon L’As, huit individus ont été arrêtés pour trafic de personnes au Koweït et en Arabie-Saoudite. La Dic "démantèle un réseau d’esclavagistes", signale cette publication.
 
ASB/BK