Thiès : un ingénieur souhaite la construction de routes au Sénégal sans contentieux
APS
SENEGAL-EDUCATION-FORMATION

Thiès : un ingénieur souhaite la construction de routes au Sénégal sans contentieux

La thèse axée sur le thème : « le module complexe E et l’impact du granulat sur la prédiction des modules dynamiques des enrobés bitumeux » a été préparée au Laboratoire des Chaussées et Matériaux Bitumineux de l’École de Technologie Supérieure.


Selon lui, cette thèse est soutenue dans un contexte marqué par un déficit budgétaire du Fond d’entretien routier Autonome au Sénégal (FERA) et par la raréfaction des granulats routiers marquée par l’épuisement annoncé de la carrière de basalte à Diack.


Mouhamed Aïdara a aussi précisé que « le dimensionnement de routes durables à moindre coût et la valorisation de nouveaux matériaux locaux sont devenus nécessaires pour renverser la tendance de ces routes à contentieux que l’on constate souvent au Sénégal ».


Proposant le quartzite de Bakel comme solution de substitution, Il a soutenu que les études menées en 2012 et 2015 ont montré que ce matériau, comme le basalte de Diack, donne de bons résultats et est un module réversible pour la réalisation de bonnes routes.


Il a souligné que « l’Afrique peut compter sur ses valeureux fils, compétents et engagés pour la réalisation d’infrastructures routières durables qui participent au développement et à l’émergence économique du Sénégal, en particulier et du continent, en général ».


Apres le BAC et 13 années d’études, Mouhamed Aïdara, est un produit des Universités Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), de Thiès (UFR SI) et de Montréal, au Canada où il a acquiert une spécialité en géosciences et géotechnique des routes. Il a dit avoir une « forte » ambition de servir l’Afrique dans sa globalité, pour son développement.

BD