Thiès : l’UFR Sciences de l’ingénieur de l’université obtient 100% de réussite au CAMES
APS
SENEGAL-EDUCATION- FORMATION

Thiès : l’UFR Sciences de l’ingénieur de l’université obtient 100% de réussite au CAMES

Les trois heureux candidats de l’UFR SI font partie des 20 admis aux postes de professeurs titulaires, maîtres de conférences et maîtres-assistants sur les 23 dossiers présentés pour l’année académique 2015-2016 par l’Université de Thiès qui obtient ainsi un taux de réussite de 86 % au CAMES.


Selon Dr Mapathé Ndiaye« ces résultats obtenus au comité consultatif interafricain du conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) consacrent la qualité de l’enseignement et de la recherche à l’Université de Thiès ».


Dr Mapathé Ndiaye a fait cette remarque à la clôture des délibérations pour l’année académique 2015-2016 qui a enregistré la soutenance de 55 projets de fin d’études d’étudiants de l’UFR Sciences de l’ingénieur dont 19 mémoires d’ingénieurs en génie civil et urbain, 15 mémoires d’ingénieurs géotechniciens et 21 mémoires d’ingénieurs géomètre-topographes.


Le directeur de l’UFR SI de l’université Thiès a en outre relevé qu’une « prouesse a été notée cette année avec un bon déroulement de l’année académique 2016, le respect du calendrier universitaire grâce la détermination du corps enseignant et du personnel administratif ».


Il a indiqué que tous les sujets de mémoires de projets d’études présentés par les étudiants, ont été axés sur des études de cas pratiques en rapport avec les besoins de développement, comme le cas du pôle urbain de Diamniadio, des thèmes sur les matériaux de construction, l’interaction sol structures.


Au niveau des sujets soutenus en géotechnique et en topographie, des thèmes portant sur l’exploitation minière, la caractérisation et la modélisation des terrains, le dimensionnement routier et ferroviaire, l’érosion côtière, lutte contre les inondations, l’assainissement, les études d’évaluation et restructuration foncière et l’utilisation des drones en topographie, entre autres, ont été consacrés aux mémoires de projets d’études des étudiants, a relevé Dr Ndiaye.


Selon lui, le profil de la formation de l’UFR SI de l’université de Thiès, insiste sur l’adéquation formation/emploi, qui mène plus facilement à l’embauche. Il a noté que pour ces soutenances, les jurys étaient composés d’enseignants-chercheurs et d’environ 25 pour cent de professionnels en activité au niveau des entreprises et autres services.


L’UFR SI reçoit tous les ans des étudiants de différentes nationalités en provenance de la sous–région, notamment du Burkina, du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Mali, de la Mauritanie, Maroc, du Niger, du Tchad et du Togo, a dit Dr Ndiaye,


estimant que cela « démontre son caractère d’université sous régionale ».


Le directeur de l’UFR SI a également signalé que l’ambition de son unité de formation « est de démocratiser la formation d’ingénieur au Sénégal pour combler le gap par rapport à la masse critique d’ingénieurs dont le pays a besoin pour son développement et son émergence ».


Malgré toutes ces performances enregistrées depuis sa création il y a 7 ans, l’UFR SI de l’université de Thiès, n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière, pour accueillir le maximum de demandes qui s’élèvent chaque année à environ 400, alors que sa capacité d’accueil se limite à 100 étudiants, a ajouté Dr Ndiaye.


Il a néanmoins soutenu l’existence d’espoirs, ajoutant que les nouveaux locaux de l’UFR SI en construction à l’université de Thiès permettront de disposer d’assez d’espace pour accueillir un plus grand nombre d’étudiants, pour répondre positivement à la demande en formation.


Selon lui, « le corps professoral de l’UFR SI s’est résolument engagé à mener un travail de qualité, aussi bien les enseignants permanents que les vacataires, pour assurer aux étudiants une formation de qualité » qui leur permettra d’être recrutés comme ingénieurs par les grandes entreprises du pays.


Dr Mapathé Ndiaye, est un ingénieur géologue de formation spécialisé en géophysique exploration et de sub-surface. Il a fait des études à l’université Cheikh Anta Diop (UCAD), puis à l’université de Genève où il a soutenu une thèse de doctorat en 2007. Il s’est engagé à traduire en une formation d’excellence d’ingénieur la vision de l’UFR SI et de son défunt directeur, Pr Meïssa Fall.

BD