Une exposition rend à la Médina son rôle pionnier de foyer de création
APS
SENEGAL-CULTURE

Une exposition rend à la Médina son rôle pionnier de foyer de création

Dakar, 12 oct (APS) – L’exposition "De Lods à Docta, Médina la cité Muse", dont le vernissage a eu lieu mardi à la Galerie nationale d’art, à Dakar, est un voyage dans le temps, montrant le rôle majeur que le quartier de la Médina, en tant qu’espace et lieu de vie, a joué dans la création et le renouvellement de l’expression artistique contemporaine au Sénégal. 
 
Entre peinture, photos, sculpture, les œuvres de quelque 33 artistes de différentes générations y sont exposées dans une scénographie et une articulation réfléchies, qui portent la signature du commissaire de l’évènement, Wagane Guèye, pour qui cette entreprise peut être considérée comme "une ébauche de quelque chose de plus grand". 
 
Le fait que l’exposition – à voir jusqu’u 31 octobre - parte de Pierre Lods, que le président Léopold Sédar Senghor avait fait venir dans les années 1960, et se "prolonge" par Docta, figure de proue de l’art du graffiti depuis une vingtaine d’années, illustre la dimension de laboratoire et de lieu d’innovation que la Médina a constituée non seulement pour les artistes visuels, mais aussi pour de nombreux autres arts (littérature, architecture, musique, etc.). 
 
"C’est une histoire que je tenais à retracer. Je me suis posé beaucoup de questions sur ce personnage qu’est Lods, dont le nom revient souvent dans les écrits sur l’art. C’est un personnage emblématique et surprenant dont Senghor a compris et saisi la permissivité", a expliqué Wagane Guèye. 
 
Il a relevé que, à plusieurs points de vue (politique, musical, sportif…), avec des artistes comme Amadou Ba, Zulu Mbaye, Amadou Kré Mbaye, Bassirou Sarr, Mansour Ciss Kanakassy, Amadou Sow, Kassim Mbaye, Mouhamadou Ndoye Douts…– qu’il expose – et d’autres acteurs, la cité de la Médina a posé "les fondements de la société contemporaine sénégalaise". 
 
En parcourant l’exposition, le visiteur "entend" certainement les bruits et échos de rues et lieux de mémoire ayant vibré au rythme des bals populaires, des séances de sabar animées par Doudou Ndiaye Rose et Vieux Sing Faye, vestiges et témoins du dynamisme culturel d’un quartier qui a donné naissance à des mouvements, des parcours d’hommes et de femmes ayant eu des destins singuliers. 
 
L’approche géographique de l’exposition "De Lods à Docta, Médina la cité Muse" permet aussi d’appréhender le concentré de mémoires sociales, politiques, culturelle, religieuse – le quartier doit son nom à El Hadji Malick Sy, figure emblématique de la Tidjaniya. 
 
Et la proximité entre artistes, dans les mêmes cercles géographiques, a créé des connexions, des influences qui perpétuent un "esprit" permettant à Docta de faire partir ses créations de son domicile médinois. 
 
C’est donc à une "aventure de la création artistique" qu’invite le commissaire de l’exposition Wagane Guèye, qui a remercié les artistes ayant adhéré au projet, rendant à la cité ce qu’ils lui doivent. 
 
"Tous les artistes n’ont pas voulu avoir cette reconnaissance au quartier. Comme si, aujourd’hui qu’ils entament des arrières internationales – ils ont du mal à rendre à cette cité se côté muse", dit Guèye, relevant que la Médina a été, pour d’autres, "le quartier d’accueil, d’envol". 
 
Wagane Guèye qui n’exclut pas de "remonter" l’exposition, a dit que ce qui l’anime, "c’est l’existant". D’être né à Dakar, d’avoir grandi dans un cadre culturel, d’avoir eu cette curiosité, d’avoir assisté à plein de choses dans les années 1970-80, d’avoir eu la chance de voir Doudou Ndiaye Rose jouer pour sa mère, il tire "un fond culturel très important qui peut aider à aller vers l’universel". Avec comme point de départ, le fécond foyer de la Médina. 
 
ADC/OID