Une affaire de faux médicaments tient en haleine les journaux
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Une affaire de faux médicaments tient en haleine les journaux

Dakar, 20 avr (APS) - L’affaire des faux médicaments saisis récemment à la Patte d’Oie, à Dakar, revient en force dans les quotidiens, parmi divers autres sujets ayant retenu l’attention des journaux parvenus mardi à l’APS.

Les avocats des mis en cause, El Hadj Diouf, Amadou Aly Kane et Aboubacry Barro, "sont montés au créneau pour laver leurs clients à grande eau", lundi, au cours d’une conférence de presse, rapporte le quotidien Kritik’.
 
La défense a "brandi des documents signés par la Direction de la pharmacie pour attester de la bonne foi de leurs clients", note le journal. Et de relever que Me El Hadj Diouf, en particulier, évoque à ce sujet "une grande cabale pour écarter un concurrent".
 
L’avocat qualifie au passage les accusations contre leurs clients de "mensongères". "De tout le produit qui a été saisi, seuls 5% sont des médicaments", précise-t-il dans des propos rapportés par Lii quotidien.
 
Le reste de la saisie consiste en des seringues, rouleaux de coton, masques, gels, bottes, gants, bandages, entre autres consommables, selon Me El Hadj Diouf. 
 
Libération relève les omissions de ce dernier pour évoquer de "curieuses découvertes" faites par les enquêteurs de la Sûreté urbaine lors d’une perquisition qui a permis de mettre la main notamment sur des solutés ne disposant pas d’une autorisation de commercialisation sur le marché sénégalais.

La promesse d’un ’’combat de glad
iateurs’’ dans l’affaire des faux médicaments 

Cela n’empêche pas les avocats de dénoncer "le +caractère non fondé+ de l’arrestation" de leurs clients, dont un médecin pharmacien de nationalité sénégalaise, rapporte Le Témoin quotidien.

"Accusations et contre-accusations", affiche sur le même sujet le quotidien Enquête. "Ce sera un combat de gladiateurs. Il y aura une bataille judiciaire de feu parce que l’affront est immense", déclare Me Diouf cité à la une de Vox Populi.
 
Le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr "est imprudent en parlant de crime, quel crime ? On les défie avec la Direction de la pharmacie de nous montrer un seul faux médicament", poursuit l’avocat dont les propos sont relayés par le même journal.
 
Les quotidiens traitent dans le même temps de politique, plusieurs d’entre eux s’intéressant aux prochaines élections locales, à l’image de Tribune, selon lequel la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY), regroupant le pouvoir et ses alliés, se dirige "vers l’implosion entre Louga-Thiès-Kaolack-Ziguinchor-Kolda".
 
"La guerre de leadership au sein de Benno, qui est ravivée par la perspective des élections locales, mène à l’implosion de la coalition présidentielle dans des localités comme Kaolack, Thiès, Louga, Ziguinchor, Kolda, où les responsables ne se font pas de cadeau", écrit Tribune.
 
L’Info assure que le président Macky Sall, après avoir mis Khalifa Sall "sur la paille, débauché ses alliés et affaibli Taxawu Ndakaru", coalition de l’édile déchu, "est tout près de porter l’estocade finale et mettre Dakar dans son escarcelle".
 
Une "offensive finale" que certains quotidiens semblent relativiser, dont Sud Quotidien, qui parle plutôt de candidatures de substitution aux locales. Dakar, par exemple, est "à la merci des ...bleus !", selon le journal.

Le parti présidentiel "doit se battre" pour gagner les locales à Ziguinchor et Mbacké 


’’Alors qu’un mystère total entoure toujours la date de tenue des locales, les prochaines élections municipales et départementales s’annoncent comme celles de toutes les incertitudes à Dakar’’, analyse Sud Quotidien.

Il ajoute : "Les prétendants classiques à la conquête de la capitale sénégalaise, Khalifa Sall et autres Amadou Bâ, plombés par leur +disgrâce+ politique, le terrain se révèle propice pour des candidats de substitution tous des bleus, à l’instar de Abdoulaye Diouf Sarr et autres Barthélémy Dias, qui montrent de plus en plus le bout du nez".
 
Il s’y ajoute que le président Sall est "sans garantie à Ziguinchor et Touba", assure Walfquotidien, selon lequel le parti présidentiel "doit se battre pour gagner la bataille de Ziguinchor mais aussi de Mbacké", souligne le journal.
 
"Les élections locales qui se profilent à l’horizon ne promettent rien à ce parti miné par une crise de légitimité qui peut faire espérer les partis de l’opposition", juge Walfquotidien.
 
Le quotidien L’As délivre une analyse globale de la situation, faite par un membre du Collectif des organisations de la société civile pour les élections (OSCE).

"Les hommes politiques sénégalais ne voient pas plus loin que le bout de leur nez", dit Valdiodio Ndiaye, directeur résident de l’Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique (EISA).

            La République ’’en danger’’


Dans l’entretien qu’il a accordé à L’As, M. Ndiaye revient sur des points de blocage ou de crispation sur la scène politique sénégalaise, de la questions des prochaines locales à celle du troisième mandat, en passant par le dialogue national. ’’Valdiodio Ndiaye savonne la classe politique’’, résume le journal.

Suivant le même ordre d’idées, Lii quotidien peint le Sénégal comme un pays en danger, se faisant l’écho d’un "ndogou-débat" sur le thème : "La République à l’épreuve des tensions politiques et sociales".
 
L’Observateur, pour rassurer un peu, signale que depuis les violences enregistrées au Sénégal début mars, le président Macky Sall "a opéré un changement dans son style de management", se traduisant par une "vigilance accrue dans la gestion des dossiers de l’Etat et une réanimation de l’appareil politique (...)".
 
Au titre des divers, Le Témoin quotidien fait état d’une spéculation foncière dans les cimetières, de Saint-Lazare à Yoff, des familles réservant "des caveaux pour le repos éternel de leurs membres".
 
Le Quotidien indique que la canicule du ramadan au Fouta, la zone nord du Sénégal, induit une "ruée vers Dakar" la capitale, qui se caractérise par des températures plus clémentes. "Les plus jeunes disputent les places des bus aux personnes âgées", relève le journal.
 
Le Soleil revient dans un dossier sur le vol de bétail dans le département de Goudomp, dans la zone méridionale du Sénégal. "Les racines d’un fléau transfrontalier", peut-on lire en première page de ce journal.

BK/ASG