Sokhna Aïda Diallo continue d’alimenter la chronique des journaux
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Sokhna Aïda Diallo continue d’alimenter la chronique des journaux

Dakar, 24 oct (APS) - Les quotidiens parvenus jeudi à l’APS s’intéressent notamment aux suites de la fatwa prononcée par le khalife général des mourides contre l’une des veuves du guide des "thiantacounes" Sokhna Aïda Diallo, plusieurs journaux faisant état de l’exfiltration de cette dernière de la ville de Touba, dans la nuit de mardi à mercredi.

Sokhna Aïda Diallo, qui dispute le khalifat des thiantacounes au fils aîné du guide cette branche du mouridisme, "a été exfiltrée de Ngabou par la gendarmerie", rapporte le journal Le Quotidien.
 
Selon le journal, celle qui s’est "auto-intronisée guide des thiantacounes, a été exfiltrée par la gendarmerie à cause de la présence de nombreux talibés, qui voulaient la rappeler à l’ordre."
 
"Cette affaire fait suite à la déclaration de Serigne Mountakha Mbacké", khalife général des mourides, lequel "a quasiment annoncé son bannissement de la communauté mouride", ajoute Le Quotidien.
 
Le Témoin quotidien relève que "la belle et fortunée veuve de Cheikh Béthio Thioune cristallise les passions", mais si elle est "adulée" par certains talibés, celle que le journal présente comme "l’égérie des thiantacounes" ne manque pas non plus de détracteurs.
 
"Après la fatwa du khalife général des mourides, certains fidèles avaient nourri le dessein de s’en prendre à elle", rapporte L’Observateur. Le journal revient sur le film de l’exfiltration de Sokhna Aïda Diallo qui doit son salut "au concours de Mame Mbaye Niang, conseiller municipal de Touba-mosquée."
 
"Sokhna Aïda Diallo continue de faire l’actualité autour d’elle. Depuis plusieurs jours, la presse ne parle que d’elle. Cette fois, écrit Walfquotidien, il s’agit de son exfiltration de Ngabou, par la gendarmerie, pour échapper à la furie des talibés déchaînés."
 
"La débandade !", affiche le quotidien Enquête, selon lequel depuis la sortie de Serigne Bassirou Mountakha Mbacké, "on assiste à une vague de ralliements à Saliou Thioune, fils de Béthio", le défunt guide des thiantacounes.
 
Vox Populi, à l’instar de plusieurs autres journaux, rapporte que Sokhna Aïda Diallo, vu la tournure des évènements, "implore le pardon du khalife" et présente ses excuses à la communauté mouride et à l’ensemble de la Ummah islamique.
 
"Je me plie au ndigël du khalife", ajoute le même journal, citant des déclarations de la veuve de Béthio Thioune dont les excuses sont évoquées par de nombreux quotidiens (Enquête, L’Observateur, le Témoin Quotidien, L’As, etc.)
 
"Sokhna Aïda Diallo n’a pas résisté" longtemps "aux critiques et autres remarques (...). Au lendemain de la sortie musclée du khalife général des mourides Serigne Mountakha Mbacké lui demandant de se ranger, elle a fait son mea culpa, implorant ainsi le pardon du saint homme", écrit le dernier journal cité.
 
"Aïda Diallo exfiltrée de sa résidence de Ngabou, des ralliements par vagues à Saliou Thioune : tel est le décor à Touba, après la sortie du khalife général des mourides fustigeant le comportement de la veuve du regretté guide des thiantacounes", écrit Enquête.
 
"Sous l’emprise de quelques +dieuwrigne+ de Cheikh Béthio qui ont perdu leur influence avec le rappel à Dieu du guide des thiantacounes, Sokhna Aïda Diallo s’accroche, au prix de sa vie, au titre de +Cheikhette+ des thiantacounes", constate Kritik’.
 
Et ce journal d’ajouter : "Malgré le rappel à l’ordre du khalife général des mourides, la veuve de Cheikh Béthio Thioune tient à son statut usurpé comme à la prunelle de ses yeux. Si le pire a été évité, avant-hier nuit à Touba, la crainte de représailles demeure."
 
Surtout que "même à Dakar, Sokhna Aïda Diallo n’est pas encore sortie de l’auberge, sa vie mise à prix par des talibés fanatiques qui pensent appliquer la +fatwa+ du marabout", conclut Kritik’.
 
Pour le reste, Libération annonce que dans l’affaire des "94 milliards", le doyen des juges "a communiqué au procureur de la République les deux plaintes avec constitution de partie civile d’Ousmane Sonko (...), dans l’attente de son réquisitoire qui sera déterminant pour la suite des évènements."
 
Sud Quotidien évoque le débat "sur le supposé troisième mandat" du président de la République Macky Sall. Le journal s’étonne à ce sujet du silence des alliés du pouvoir.
 
Le Soleil consacre sa Une au sommet Russie-Afrique qui s’ouvre ce jeudi à Sotchi, en présence du chef de l’Etat Macky Sall. "Moscou veut doubler ses échanges (avec l’Afrique, NDLR) en 5 ans", peut-on lire en première page de ce journal.

BK/ASG