61,7 milliards CFA de la BID pour la finance islamique, la filière riz et les pistes rurales
APS
SENEGAL-ECONOMIE

61,7 milliards CFA de la BID pour la finance islamique, la filière riz et les pistes rurales

Dakar, 14 jan (APS) - Le Sénégal et la Banque islamique de développement (BID) ont signé lundi à Dakar quatre accords portant notamment sur le développement de la finance islamique, pour un montant total d’environ 61,7 milliards de francs CFA, soit 108 millions de dollars.
 
Ces accords paraphés par le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan Amadou Ba, et le président du groupe de la BID, Bandar Hajjar, témoignent selon ce dernier des "liens étroits" de coopération avec le Sénégal.
 
Bandar Hajjar a rappelé que le Sénégal avait jusque-là bénéficié de près de 3,2 milliard de dollars de financement de la part de la BID.
 
L’un des 4 accords de financement porte sur un projet de développement de la finance islamique, lequel sera doté de 34 milliards de francs CFA, en plus de 156 millions de francs CFA sous forme de don pour une opérationnalisation de la Haute autorité du Waqf au Sénégal.
 
Selon M. Hajjar, un des volets de ce financement consiste à soutenir "50.000 microentreprises et créera quelque 25.000 nouveaux emplois’’, sans compter qu’il devrait contribuer à "augmenter de 3 points le taux d’inclusion financière des populations défavorisées". 
 
Le deuxième projet à financer porte sur le développement de la chaîne de valeur du riz au Sénégal, pour un montant de 16 milliards de francs CFA.
 
Ce projet couvrant les principales zones de production, dans la vallée du fleuve Sénégal, les régions de Kolda, Sédhiou, Ziguinchor, Thiès, Kaolack et Fatick, ambitionne de permettre au Sénégal de "créer 20.000 emplois décents d’ici 2025 tout en augmentant sa productivité en riz en utilisant l’approche basée sur la chaîne de valeur", a indiqué M. Hajjar.
 
Le troisième accord vise à financer la construction de pistes rurales pour un montant de 11,2 milliards de francs CFA, a indiqué le président de la BID, évoquant la construction de "52 km de routes rurales dans les régions de Thiès, Diourbel et Kaolack (..)’’, à partir notamment de la "technologie de stabilisation des sols (...), afin de doter le Sénégal d’infrastructures de transport en milieu rural de bonne qualité et avec une meilleur durabilité".
 
Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ, saluant "le soutien constant" de la BID au gouvernement et au peuple sénégalais, estime que ces accords nouvellement signés vont "créer des opportunités d’emplois avec notamment l’augmentation de la production et la commercialisation de la chaîne de valeur du riz".
 
Il a également déclaré qu’avec ce soutien à l’endroit du Programme national pour la microfinance islamique au Sénégal, la BID va contribuer à faciliter l’accès des services financiers islamiques aux populations, tout en renforçant ses capacités opérationnelles.
 
De même va-t-elle aider par ce biais à identifier des projets Waqf à réaliser au Sénégal, selon Amadou Bâ.


SMD/BK/ASB