Les remous suscités par le dernier redécoupage administratif au menu
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les remous suscités par le dernier redécoupage administratif au menu

Dakar, 8 mai (APS) - Plusieurs quotidiens parvenus samedi à l’APS font état de remous suscités par le nouveau redécoupage administratif décidé par les autorités, un sujet parmi les plus en exergue dans la presse du week-end.

"Découpage de Dakar, Yeumbeul et Malika entrent en rébellion", affiche L’Observateur, un de quotidiens ayant traité de cette question dont la sensibilité tient probablement au fait que certains lui trouvent des dessous politiques inavoués.
 
"A peine rendu public, le nouveau redécoupage qui érige la désormais ex-commune de Keur Massar en département suscite une vague de protestations dans les communes de Yeumbeul-sud, Yeumbeul-nord et Malika où les populations ont dénoncé les incohérences", écrit L’Observateur.
 
Le journal explique pourtant que cette modification de la carte administrative de la région de Dakar est attendu pour désengorger "l’arrondissement de Bambilor qui couvre la plus large superficie de la région", ce qui est pour résoudre "la lancinante équation des limites entre les communes de Yenne et Diamniadio".
 
Il reste que ce projet suscite des remous, notamment à Bambilor, qui "s’enflamme" à l’annonce de ce redécoupage, les populations "en rouge" sortant dans les rues "pour manifester leur colère", avec des "pneus brûlés", des "cailloux jetés" et des brassards rouges.

"Des pneus brûlés, des véhicules en file indienne noyés dans la fumée, la route nationale numéro 6, fermée des heures durant. Bambilor est descendu dans la rue pour protester contre le découpage administratif", renchérit Walfquotidien.
 
Le journal Le Quotidien rapporte que le conseil municipal de Bambilor, réuni en session d’urgence, a voté contre ce projet de redécoupage, sous la houlette de son maire Ngagne Diop, "convaincu que l’ambition du ministre Oumar Guèye est de renforcer sa commune Sangalkam (...)".
 
Or, la commune dont le ministre des Collectivités territoriales Oumar Guèye est le maire, "devrait logiquement être rattachée à Bambilor et non l’inverse", ajoute Le Quotidien citant Ngagne Diop.
 
L’As pointe une conséquence de ce nouveau redécoupage administratif, soulignant que la carte électorale va être de facto "remaniée", avec "des milliers de cartes d’électeur à rééditer".
 
"La décision du gouvernement d’ériger la commune de Keur Massar en département et de corriger certaines incohérences territoriales à Rufisque (Sangalkam, Bambilor et Diamniadio) ne sera pas sans conséquences sur le processus électoral", avance le journal.
 
Il ajoute que "la carte électorale sera fortement remaniée dans les circonscriptions concernées avec des milliers de cartes d’électeur à rééditer et à distribuer".
 
Walfquotidien va plus loin, qui considère que le découpage administratif constitue "l’arme fatale" du président Macky Sall dont une photo illustre la une de ce journal.
 
Selon ce journal, "la concrétisation" de la promesse du président Sall de faire de la commune de Keur Massar le cinquième département de Dakar, induit de facto "le report des élections locales dont les protagonistes discutent toujours de la tenue".
 
Divers autres sujets sont au menu des journaux, à l’image de Sud Quotidien qui s’intéresse au sous-emploi et au chômage des jeunes de 25 ou 30 ans, dont la situation de précarité les place "sous tutelle parentale". "La grande déprime !", affiche à ce sujet le journal.
 
Enquête constate que les activistes sénégalais "dérangent et sont dans le collimateur des élus locaux", d’où les violences à leur encontre. Le journal évoque le cas des membres de "Frapp-France Dégage" (Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine), dont Guy Marius Sagna est le leader.
 
Ces activistes ont été récemment "attaqués à Nianing, Kafountine, Médina Wandifa et Chérif Lô", relève le quotidien Enquête selon lequel brimer les activistes est devenu "une spécificité bien africaine".
 
Le Soleil tente de rafraîchir la mémoire des cinéphiles sénégalais en revenant sur la vie et l’oeuvre du défunt cinéaste sénégalais Djibril Diop Mambéty, décédé en 1998. Le journal rend ainsi hommage à un "avant-gardiste qui a marqué son époque et son art par son audace dans la maestria".
 

BK