Les relations entre le pouvoir exécutif et celui judiciaire au menu des journaux
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les relations entre le pouvoir exécutif et celui judiciaire au menu des journaux

Dakar, 11 fév (APS) – La démission du substitut général Ibrahima
Hamidou Dème du Conseil supérieur de la Magistrature à travers une lettre en date du 1er février et la précision du ministère de la Justice sur la "légalité" de la consultation à domicile ont amené les journaux du week-end parvenus à l’APS à revenir sur les relations entre les pouvoirs judiciaire et exécutif.

 

"L’UMS s’érige en bouclier pour le juge Ibrahima Dème" écrit à sa Une Vox Populi. Le journal rapporte que "l’UMS condamne fermement les menaces proférées contre les magistrats d’où qu’elles proviennent et rappelle que la justice ne saurait être gérée par de l’intimidation".

Le Quotidien titre : "L’UMS s’oppose à des sanctions contre le substitut général Ibrahima +Dou Dème+". La publication, exploitant le communiqué publié par l’Union des magistrats sénégalais (UMS), indique que "l’UMS fait dans la solidarité de corps pour défendre le substitut général près la cour d’Appel, qui entend déjà le souffle de la sanction réclamée par certains caciques du pouvoir après sa sortie au vitriol pour dénoncer le fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature".

Le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba avait soutenu, jeudi dernier devant les députés, que "l’article 11 du statut des magistrats dit qu’il leur est interdit de traiter dans les médias des sujets autres que ceux d’ordre professionnel ou technique".

"De même, l’article 14 dit que les magistrats même en position de détachement n’ont pas le droit d’adhérer à un parti politique", avait indiqué Me Kaba, faisant noter qu’"il n’appartient ni au chef de l’Etat ni au ministre de punir un magistrat".

Il avait estimé qu’il est essentiel "d’éviter une justice sensationnelle, une justice émotionnelle, il y a un cadre approprié pour débattre des questions importantes au sein de la magistrature".

"Nous sommes tous Ibrahima H. Dème", lit-on à la Une du journal L’AS, "Les magistrats recadrent Sidiki Kaba", renchérit WalfQuotidien alors que Enquête préfère chercher "Les racines du mal" se demandant "Pourquoi les politiques indisposent les magistrats, comment l’exécutif contourne l’inamovibilité des juges".

Loin de cette tension entre pouvoirs exécutif et judiciaire, le quotidien national Le Soleil a ouvert sur les activités touristiques,
informant ses lecteurs que "Plus de 465 milliards de frs CFA de recettes en 2015" ont été obtenues dont 63,8% pour les touristes internationaux et 36,2% pour les voyageurs locaux. Le journal de Hann analyse que "si cette tendance se poursuit, la contribution directe du secteur du voyage et tourisme du PIB (produit intérieur brut) devrait croître de 5% par an d’ici 2026, soit 762,3 milliards de frs CFA".

La politique n’a toutefois pas perdu de couleur sous nos cieux avec Le Soleil qui rapporte qu’en perspective des élections législatives du 30 juillet prochain, "Benno Siggil Sénégal sous la bannière de BBY (Benno Bokk Yakaar)". Sur le même sujet, Sud Quotidien écrit "Benno Siggil intronise Niasse et réclame son quota".

L’Observateur parle de "La grande bataille de l’intérieur" entre "Macky et l’opposition". Le journal explique que "Pape Diop (est) au Nord, le PDS au Sud, Gakou à l’Ouest, Abdoul Mbaye à l’Est…Macky en embuscade".

PON