Les quotidiens s’alarment de la nouvelle vague de coronavirus
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les quotidiens s’alarment de la nouvelle vague de coronavirus

Dakar, 26 déc (APS) – Les quotidiens se sont surtout intéressés, pour leur édition du week-end, à la pandémie de Covid-19 et au plan mis en œuvre par le gouvernement pour l’éradiquer.

WalfQuotidien met en garde contre ‘’la pente dangereuse’’ dans laquelle le coronavirus risque d’entraîner le pays. La veille et le jour de Noël, ‘’huit patients ont succombé à la maladie, portant le nombre total de morts causées par le Covid-19 à 386’’, au Sénégal, fait remarquer le même journal, se basant sur les données fournies par le ministère de la Santé.

Le ‘’rebond épidémiologique’’ est d’autant plus ‘’meurtrier’’ que ‘’le taux de transmissibilité est très élevé’’, avec la ‘’nouvelle souche’’ du virus, ajoute WalfQuotidien.
 
‘’Cette vague est plus virulente que la première’’, avertit le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, dans une interview publiée par Le Quotidien.
 
Source A semble pessimiste, concernant la capacité des services sanitaires sénégalais à contenir la nouvelle vague de coronavirus. ‘’Cette deuxième vague de contaminations risque de mettre à nu les carences’’ du système de santé, affirme ce journal.
 
‘’On dirait que le virus a pris une énorme avance sur les autorités sanitaires et les forces de l’ordre qui sont chargées de faire respecter les gestes barrières’’, s’inquiète Source A.
 
Tribune se veut rassurant en faisant remarquer ‘’la présence massive’’ des forces de l’ordre dans les quartiers considérés comme ‘’les zones sensibles’’ de Dakar, pour y empêcher la tenue d’une quelconque manifestation festive, dans le but de réduire les contaminations.
 
‘’Pour éviter une explosion des cas’’ de Covid-19, poursuit Tribune, ‘’les forces de sécurité (…) ont totalement quadrillé Dakar’’. 
 
Le Soleil s’est surtout intéressé à la ‘’messe de minuit’’ à laquelle ont pris part des membres de la communauté catholique, à la cathédrale de Dakar, à l’occasion de Noël, qui commémore la naissance du Christ. 
 
Monseigneur Benjamin Ndiaye, s’adressant aux fidèles à cette occasion, voit la pandémie de Covid-19 comme ‘’un temps d’épreuves qui nous fait l’expérience de nos limites’’. ‘’Nous vivons des temps difficiles (…) avec la pandémie de coronavirus. Notre vie familiale et sociale en est profondément marquée’’, leur a-t-il dit, priant Dieu d’éloigner ‘’le mal’’, la maladie à coronavirus, des êtres humains, selon Le Soleil.
 
Sud Quotidien est préoccupé par la ‘’modification controversée’’ de la loi relative à l’état d’urgence et à l’état de siège. 
 
Si le projet de loi modifiant cette loi est adopté par l’Assemblée nationale, la possibilité sera alors donnée ‘’au ministre de l’Intérieur et à tout autre ministre de prendre des mesures opportunes en cas de catastrophe, sans passer par un état d’urgence’’, explique Sud Quotidien. Il ajoute que cette prérogative, jusque-là octroyée seulement au président de la République, sera donnée aux autorités administratives.
 
L’octroi de cette compétence à un plus grand nombre de représentants de l’Etat fait la controverse du projet de loi, selon le même journal.
 
La modification va servir à ‘’alléger la mise en œuvre de l’état d’urgence’’, en tenant compte, en même temps, de l’état de siège et de ‘’la gestion des catastrophes naturelles ou sanitaires’’, selon Le Quotidien. ‘’Il s’agit donc d’un toilettage pour s’adapter à des situations comme celle du Covid-19’’, ajoute le même journal, qui publie l’intégralité du projet de loi.
 
L’As annonce une mesure de l’Etat interdisant les exportations d’arachide. ‘’Par cette mesure, l’Etat veut régler la question relative au capital semencier et protéger la Sonacos (la principale usine de fabrication d’huile d’arachide du pays)’’, ajoute le journal, qui tient l’information du président du comité chargé du suivi de la campagne de commercialisation des graines d’arachide, Aliou Dia.
 
L’Observateur s’est intéressé à ‘’la bataille de leadership’’ qui, selon deux de ses journalistes, oppose Ousmane Sonko et Khalifa Sall.

Selon le journal, chacun des deux opposants tente de combler le vide laissé par Idrissa Seck, le candidat classé deuxième à l’élection présidentielle de 2019 et devenu allié du chef de l’Etat. ‘’Une bataille de positionnement qui s’annonce âpre’’ entre Ousmane Sonko et l’ancien maire de Dakar, qui se seraient rapprochés l’un de l’autre.

ESF