Les quotidiens continuent de commenter le bilan des heurts
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les quotidiens continuent de commenter le bilan des heurts

Dakar, 12 mars (APS) – Les heurts meurtriers consécutifs à l’arrestation d’Ousmane Sonko continuent de faire les choux gras des quotidiens.
 
Le leader de Pastef/Les patriotes a été inculpé lundi et placé sous contrôle judiciaire. Il est accusé de ‘’viols répétés’’ et de ‘’menaces de morts’’ par une employée d’un salon de massage, Adji Sarr.
 
Arrêté mercredi 3 mars et placé en garde à vue pour trouble à l’ordre public et participation à une manifestation non autorisée, le député, candidat à l’élection présidentielle de 2019, a ensuite été libéré. De violentes manifestations à l’origine de la mort d’une dizaine de personnes ont eu lieu à Dakar et dans plusieurs parties du pays, à la suite de son arrestation.
 
‘’S’il a bien compris les jeunes manifestants, Macky Sall doit poser des actes forts. Et les changements devraient commencer par un remodelage de son équipe, pour lui insuffler du sang neuf (…) en écartant ces anciennes gloires comme Aminata Mbengue Ndiaye, Idy (Irissa Seck), Niasse… qui ne sont là que pour la gloire’’, commente WalfQuotdiien. 

Il estime que ce serait faire ‘’œuvre de salubrité publique’’ que d’écarter de la gestion actuelle du pays les ‘’anciennes gloires’’ de la politique.

Procéder de la sorte permettrait d’‘’éviter que l’accalmie ne soit finalement qu’une trêve’’, affirme WalfQuotidien à la suite des violences consécutives à l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko.
 
Tribune estime que le rapport de forces entre l’opposition et la majorité présidentielle est d’ordre générationnel. ‘’Macky Sall et ses papys face à l’équation d’une opposition jeune’’, titre-t-il sur sa une.
 
Le Quotidien se fait l’écho de la réaction des lébous, une composante de la société sénégalaise. ‘’Tensions dans le pays : les lébous prient pour la paix’’, écrit-il.
 
EnQuête donne un bilan des violentes manifestations après quatre jours d’accalmie : ‘’Au moins 10 morts, plus de 500 blessés et des dizaines d’arrestations : rarement, pour ne pas dire jamais, le Sénégal n’a connu des émeutes aussi violentes, du côté des forces de l’ordre comme chez les manifestants.’’ 
 
‘’Pendant que les défenseurs des droits de l’homme réclament justice, d’autres estiment qu’il y a de quoi être fier du professionnalisme de la Gendarmerie et de la Police’’, ajoute le même journal.

Le Témoin Quotidien évoque ‘’la note salée du saccage des entreprises françaises’’ à la suite des heurts.
 
‘’L’heure des comptes a sonné après les violentes manifestations (…) Les enseignes françaises, Total et Auchan en particulier, ont été prises pour cibles. Quelles sont les conséquences des dégâts sur ces biens ?’’ lit-on dans le même journal.
 
Le Témoin Quotidien est également préoccupé par les suites des violentes manifestations et dénonce les arrestations consécutives aux heurts. ‘’Ou bien on veut la paix, ou bien on crache là-dessus. Il y a un paradoxe à vouloir traquer des pilleurs pendant que des criminels circulent librement. Il nous faut transcender certains clivages si nous voulons bien sûr reprendre le cours normal de la vie et nous occuper de l’essentiel’’, commente-t-il.
 
‘’Les milliards perdus par des multinationales, que des sociétés d’assurances rembourseront, valent-ils plus que ces morts ? Des centaines de jeunes arrêtés. Il faut arrêter ces arrestations, libérer les prisonniers politiques et instaurer la paix. Ces jeunes exigeaient plus de liberté et criaient leur misère. Le temps de l’apaisement, c’est mettre également fin à cette traque’’, soutient le journal.
 
Kritik’ évoque les indemnisations des familles de la dizaine de personnes qui ont péri dans les manifestations. Un membre du ‘’collectif des familles des victimes des évènements de mars 2021’’, rapporte-t-il, a mis ‘’en garde les politiciens contre toute tentative de récupération politique’’. ‘’Les familles renoncent à toutes poursuites judiciaires et sont en phase avec le chef de l’Etat qui a décidé de les indemniser’’, écrit Kritik’.
 
L’As évoque ‘’les défis politiques de Sonko’’, à savoir les élections locales, la mise en place d’une coalition, etc.
 
‘’L’Etat à la rescousse des stations-service’’ endommagées lors des heurts, écrit Le Soleil, ajoutant qu’elles ont perdu 20 à 30 % de leur chiffre d’affaires.

ESF/ASG