Les mises en garde du SG adjoint de l’ONU parmi les sujets en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les mises en garde du SG adjoint de l’ONU parmi les sujets en exergue

Dakar, 4 juin (APS) - Les quotidiens parvenus lundi à l’APS traitent de divers sujets, dont la mise en garde du secrétaire général adjoint de l’Organisation des Nations unies (ONU), le Sénégalais Adama Dieng, concernant la recrudescence de discours haineux à connotation confrérique au Sénégal.


"Le vice-patron de l’ONU alerte", souligne ainsi Walfquotidien à sa Une, en citant des extraits de la déclaration de M. Dieng. "Pour avoir parcouru le monde depuis 36 ans, dit-il, je vous rappelle les dangers du discours de haine et d’incitation".
 
"Nous devons nous garder de croire qu’il existe un seul pays au monde qui soit immunisé d’atrocités criminelles et que ce pays se nommerait le Sénégal", a-t-il encore prévenu dans d’autres propos rapportés par Vox Populi.
 
"Le secrétaire général adjoint des Nations unies, conseiller spécial pour la prévention du génocide, Adama Dieng, est préoccupé par la polémique née de la sortie de Idrissa Seck sur La Mecque et le conflit israélo-palestinien. Adama Dieng a adressé une lettre ouverte aux Sénégalais pour les appeler à la retenue", note le quotidien L’As.
 
Une autre "alerte" est venue du droit-de-l’hommiste sénégalais Alioune Tine, qui s’émeut de l’absence de consensus autour de la gestion des ressources naturelles et du processus électoral au Sénégal. 
 
"Un consensus fort autour des questions liées aux ressources naturelles que sont le gaz et le pétrole, tout comme sur le processus électoral, reste plus qu’absolu au vu de ce qui se passe un peu partout en Afrique", écrit Sud Quotidien, citant M. Tine, expert indépendant des Nations unies pour les droits de l’homme au Mali.
 
Les journaux évoquent par ailleurs "les vérités" de l’ancien ministre des Finances et ex-Premier ministre Mamadou Lamine Loum, au sujet notamment de tensions financières qui existeraient au Sénégal.
 
A la Une du quotidien La Cloche, l’ancien Premier ministre affirme qu’il y a bel et bien "tension budgétaire", en dépit du démenti des services du ministère en charge du budget. Mamadou Lamine va plus loin en évoquant un "cadre macroéconomique actuel un peu mitigé".
 
"Pour Mamadou Lamine Loum, les eurobonds contractés en mars dernier par le gouvernement, montrent que les finances publiques sénégalaises ne se portent pas bien", souligne le journal Le Quotidien.
 
"Il y a une tension financière au Sénégal. Les écoles privées, les étudiants, les entreprises, les bailleurs de l’Etat la sentent", insiste M. Loum dans les colonnes du quotidien L’As, lequel commente : "Les autorités qui veulent coûte que coûte faire croire à l’opinion que le Sénégal se porte bien sur le plan financier, ne seront pas satisfaites des propos de Mamadou Lamine Loum".
 
Plusieurs autres quotidiens reviennent en outre sur le mémorandum que le député-maire de Mermoz Sacré-Cœur, une commune d’arrondissement dakaroise, a adressé au congrès américain, sur la justice sénégalaise. "Barthélémy Dias vilipende Macky Sall auprès du Congrès américain", rapporte ainsi le quotidien Enquête.
 
Barthélémy Dias, un soutien du maire de Dakar Khalifa Sall, a été condamné à six mois de prison pour notamment "outrage à magistrats et appel à l’insurrection", suite à ses commentaires sur le procès de l’édile de la capitale sénégalaise, condamné en mars dernier à 5 ans de prison dans une affaire de détournement de fonds portant à 1,8 milliard de francs CFA.
 
De sa cellule, Barthélémy Dias "a adressé un mémorandum au Congrès américain, pour attirer son attention sur l’état de la justice sénégalaise souvent +instrumentalisée+, selon lui, par le président de la République, dans le but d’écarter ses adversaires politiques de la course à la présidentielle de 2019", écrit Enquête.
 
Vox Populi évoque le même sujet et signale la lettre "salée de dénonciation de Barthélémy Dias au Département d’Etat, au Sénat et à plusieurs institutions américaines".

Dans sa lettre, Barthélémy Dias "dénonce les dérives politiques et surtout judiciaires du pays de Macky Sall. A rappeler qu’il a écrit cette lettre en qualité de citoyen sénégalais pour dénoncer les +dérives+ du régime en place auprès des institutions américaines", signale Tribune.
 
Le Soleil, suivant une toute autre perspective, fait sa Une sur le "bilan social inégalé" du président Macky Sall, en une quinzaine de "mesures d’une portée sans précédent" en 6 ans, au profit de la femme, de l’enfant et du travailleur, mais également en termes de promotion de l’habitat et de l’entreprenariat.
 
 

BK/PON