Les divergences sur le parrainage à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les divergences sur le parrainage à la Une

Dakar, 14 avr (APS) – Les divergences entre pouvoir et opposition au sujet de la loi sur le parrainage populaire des candidats à l’élection présidentielle dont le vote est prévu le 19 avril sont au cœur de la livraison des quotidiens reçus samedi à l’APS.

 

Après les menaces de l’opposition sur le parrainage, ‘’l’Alliance pour la République (APR, la formation présidentielle) contre-attaque’’, selon Enquête. Selon le journal, ‘’le Secrétaire national chargé de la Jeunesse de l’APR, Mame Mbaye Niang, a averti hier l’opposition qu’il n’y aura pas de reculade sur le parrainage et que force restera à la loi’’.
 
Selon Vox Populi, ‘’Mame Mbaye Niang jette de l’huile sur le feu’’ en déclarant : ‘’Il n y’aura pas de recul, ni de reculade. Le parrainage sera maintenu. Nous avons les moyens de faire face, nous ferons face. Ils ne sont pas plus déterminés que nous. Quand on doit décider, on décide’’.
 
Au sujet du parrainage, Walfadjri parle de ‘’l’inévitable confrontation’’. ‘’Macky Sall est déterminé à faire voter son projet de loi contre la volonté de l’opposition et de la société civile qui sont aussi déterminées que lui. Ainsi, l’APR avec ses forces de l’ordre fera face à la République, jeudi prochain, à la place Sowéto’’, écrit Walf.
 
Sud Quotidien note une ‘’jonction’’ des forces politiques et sociales contre le parrainage et affiche à sa Une : ‘’Avis de tempête sur le Macky’’.
 
‘’La croisade entamée par l’opposition, relayée par moult mouvements citoyens contre le parrainage et les +dérives+ du processus électoral ne risque-t-elle pas à plus ou moins terme , d’être fortement rédhibitoire au régime de Macky Sall ?’’, s’interroge Sud.
 
La publication ajoute : ‘’D’autant qu’à moins de 10 mois de de la présidentielle, les crispations politiques côtoient des tensions sociales exacerbées avec le bras de fer Etat-syndicats d’enseignants et/ou de santé voire un état du monde rural qui se ressent d’une campagne arachidière lourde de bradage des récoltes. Une situation qui recèle bien des similitudes avec celle de 2011-2012 ayant conduit à la défaite de Me Wade’’.
 
L’Observateur se fait écho de la sortie du Médiateur de la République Me Alioune Badara Cissé qui appelle opposition et pouvoir au dialogue sur la question du parrainage.
 
‘’En restant barricadés dans nos positions, le plus grand perdant dans cette affaire est le Sénégal. J’invite à nouveau le président de la République à convoquer l’opposition’’, a déclaré Me Cissé.
 
Dans Libération Macky Sall parle du ‘’drame de cette opposition’’.

Le journal rapporte ainsi des propos qu’a tenus le chef de l’Etat lors de la réunion du Secrétariat national de son parti l’APR, le 10 avril.

‘’Lorsqu’ils étaient au pouvoir, ses tenants ne me connaissaient pas assez. Aujourd’hui, ils ne me connaissent toujours pas. Je suis un géologue de formation, je préfère plutôt agir que de bavarder. Je suis ouvert à toutes les opinions. Mais après avoir écouté, je suis le seul à décider’’, affirme Macky Sall.
 
Le Quotidien s’intéresse à la participation politique des jeunes et titre : ‘’C’est pas féminin !’’. ‘’Bien que présentes sur le terrain politique, les jeunes militantes sont souvent reléguées au second plan dans les partis malgré leur militantisme ambiant (…)’’, note le journal.
 
Le Soleil met en exergue la rationalisation des dépenses de l’Etat depuis 2012 qui a permis d’économiser 133, 051 milliards de francs Cfa. 

Le journal salue ‘’les actes et chiffres qui illustrent la gestion sobre et la réduction du train de vie de l’Etat’’ et note qu’à ‘’l’opposé, les 105 milliards de francs Cfa de dettes délaissées par le Festival mondial des arts nègres (FESMAN) illustrent le passif chaotique de l’ancien régime’’.
 
OID