Le sommet de Paris sur le financement des économies africaines à la une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le sommet de Paris sur le financement des économies africaines à la une

Dakar, 19 mai (APS) – La presse quotidienne s’est saisie du sommet organisé à Paris pour le financement des économies africaines, en même temps qu’elle a commenté quelques sujets politiques.

Plusieurs dirigeants africains, dont le Sénégalais Macky Sall et le Rwandais Paul Kagame, ont pris part au sommet qui s’est tenu à Paris. 

A cette occasion, ‘’le président Macky Sall a (…) mis le doigt sur les [obstacles] au financement des économies africaines (…) Il a proposé un paquet de réformes qui facilitera l’accès de nos pays aux ressources nécessaires au financement de leurs efforts de relance post-Covid’’, rapporte WalfQuotidien.

L’Observateur estime que ‘’l’espoir est permis’’ dans la mesure où ‘’les conclusions de cette rencontre (…) ouvrent les portes aux pays d’Afrique’’. 

L’Afrique a besoin de 400 milliards de dollars US pour surmonter les conséquences du Covid-19, lit-on dans EnQuête. Macky Sall a réclamé aux 20 pays les plus industrialisés du monde une ‘’injection de liquidités’’ dans les économiques africaines, sans quoi ‘’tous les efforts’’ fournis en vue de l’‘’émergence’’ du continent ‘’resteront vains’’, ajoute le même journal.

‘’L’Afrique a surtout besoin d’une réforme de la gouvernance économique et financière mondiale, avec des mécanismes innovants nous permettant d’accéder aux marchés de capitaux, à des coûts soutenables’’, rapporte Sud Quotidien, citant Macky Sall.

Tribune y va d’un ton nettement différent en déplorant que ‘’malgré toutes les richesses dont ils bénéficient, le Sénégal et le reste du continent cherchent encore la [voie] de leur essor économique à Paris’’.

Le même journal estime que les solutions au déficit de financements du continent sont à chercher ailleurs. ‘’Le véritable développement commencera par la lutte contre la corruption, la concussion, les détournements de deniers publics, l’enrichissement illicite et les contrats léonins qui ne profitent qu’à des lobbies’’, soutient-il.

L’info salue ‘’le vibrant plaidoyer de Macky Sall à Paris’’, Le Quotidien estimant, pour sa part, que ‘’l’Europe et le monde ont intérêt à aider l’Afrique à se relever’’.

‘’La présence de nombreux chefs d’Etat africains dans la capitale française montre toujours cette dépendance du continent envers l’Occident, qui détiendrait les clés de notre développement’’, commente Le Quotidien.

‘’Les vérités de Macky Sall aux puissances occidentales’’, écrit L’As, Le Témoin Quotidien soulignant, lui, que le chef de l’Etat sénégalais ‘’a fustigé le système financier mondial tel qu’il fonctionne actuellement’’.

Le Soleil, citant Macky Sall, souligne que ‘’les attentes du sommet de Paris dépassent une simple aide à la relance des économies africaines éprouvées par la pandémie de Covid-19’’.

L’élection des membres du conseil municipal des Parcelles Assainies, l’une des principales mairies du pays, est largement commentée par les journaux. ‘’Pour les prochaines élections locales, l’ancien ministre Amadou Ba, l’ex-maire Mbaye Ndiaye et Moussa Sy (l’actuel maire de ladite commune) ne se feront pas de cadeaux’’, commente Tribune.

Amadou Ba, ancien ministre de l’Economie et des Finances, puis des Affaires étrangères, a déclaré sa candidature au poste de maire, selon plusieurs journaux. 

Krtitik’ affirme qu’‘’aucune discipline de parti ne tient devant la vocation et le destin politique’’ de l’ex-grand argentier de l’Etat, qui a décidé de ‘’voler de ses propres ailes’’, en dehors de la bannière de l’APR, le parti de Macky Sall dont il est membre.

Mais un communiqué publié par l’entourage de M. Ba dément sa candidature. ‘’L’information [publiée par] certains sites et radios annonçant la candidature du ministre Amadou Ba [aux] élections locales est totalement infondée’’, soutient le communiqué relayé par le journal Alerte.

EnQuête est préoccupé par ‘’l’équation Rewmi’’. ‘’Son entrée a permis d’élargir la majorité, elle est également source de conflits’’, écrit le journal, concernant le parti d’Idrissa Seck, le président du Conseil économique, social et environnemental. 

‘’Les élections à venir devront consolider l’alliance ou l’affaiblir’’, affirme un analyste politique avec lequel EnQuête s’est entretenu.

ESF