Le sommet de la Cedeao sur le Mali au menu
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le sommet de la Cedeao sur le Mali au menu

Dakar, 21 août (APS) – Les conclusions du sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Cedeao sur le Mali et les prises de position du président Macky Sall sont largement commentées par les quotidiens reçus vendredi à l’Agence de presse sénégalaise (APS).
 
Selon Sud Quotidien, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest ‘’hausse le ton’’ sur la question malienne.

Le jounral souligne que les chefs d’Etat ont exigé "le rétablissement immédiat du président Ibrahim Boubacar Kéita en tant que Président de la République" du Mali, "conformément aux dispositions constitutionnelles de son pays".
 
Ils ont réaffirmé la "fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de toutes les transactions financières et de tous les flux économiques et commerciaux entre les membres et le Mali, sauf pour les denrées de première nécessité, les médicaments et autres produits et équipements de lutte contre la Covid-19, les produits pétroliers et l’électricité".
 
Selon Le Soleil, ‘’la Cedeao exige le rétablissement de IBK dans ses fonctions’’. Sur la question de l’embargo, le journal signale que le président sénégalais ‘’invite à tenir compte des impératifs humanitaires’’.
 
‘’Contre les jusqu’au-boutistes de la Cedeao menés par le président Ouattara, partisans de la fermeture totale des frontières, le président de la République a réussi à arracher un couloir humanitaire’’, raconte le Témoin qui salue un ‘’joli coup diplomatique’’ de Macky Sall qui ‘’sauve le Mali de l’asphyxie’’. 
 
En effet, Macky Sall qui a ‘’fermement condamné’’ le ‘’coup de force contre un Président démocratiquement élu (qui) constitue une violation du protocole de la Cedeao sur la démocratie et la bonne gouvernance’’ a appelé les chefs d’Etat ouest-africains à ‘’réapprécier les sanctions annoncées, pour tenir compte des impératifs humanitaires’’.
 
’’Ce matin, lors du sommet extraordinaire, j’ai appelé la CEDEAO à réapprécier les sanctions annoncées, pour tenir compte des impératifs humanitaires. Les denrées de première nécessité, les produits pharmaceutiques et pétroliers ne seront pas concernés par l’embargo’’, avait -t-il twitté.
 
Selon Vox Populi, ’’Macky Sall impose à ses pairs l’allégement de l’embargo sur le Mali’’.
 
Le Quotidien plonge ses lecteurs dans les ‘’coulisses’’ de ce sommet. Alors que les présidents Issoufou (Niger), Ouattara (Côte d’ivoire) et Condé (Guinée) étaient pour une intervention militaire, le chef de l’Etat sénégalais a ‘’dit niet’’, rapporte la publication.
 
Enquête voit dans les conclusions de ce sommet des ‘’dissensions’’ entre Macky Sall et Alassane Ouattara. ‘’Candidat controversé à un troisième mandat, Alassane Dramane Ouattara (ADO) représente l’aile dure qui veut mettre au pas les putchistes. Le président Sall ne veut pas de sanctions qui vont enfoncer le peuple malien dans la galère’’, souligne la publication.
 
L’Observateur parle du ‘’coup d’Etat de Macky Sall’’ à ses pairs. Selon le journal, ’’la requête du président Macky Sall devant ses pairs de la Cedeao (…) n’est pas anodine’’.

’’En demandant à la Cedeao de réapprécier les sanctions contre le Mali en tenant compte des impératifs humanitaires, le chef de l’Etat a réussi un joli coup en sauvant le business du Port autonome de Dakar où transite la quasi-totalité des produits à destination de Bamako’’, souligne L’Obs.
 
OID/AKS