Le retour au bercail de Assane Diouf en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le retour au bercail de Assane Diouf en exergue

Dakar, 30 août (APS) – Les quotidiens parvenus mercredi à l’APS reviennent largement sur le retour au bercail de "l’insulteur public" Assane Diouf, arrivé la veille à Dakar, en provenance des Etats-Unis, où il s’était fait remarquer par des enregistrements vidéo hostiles et des attaques verbales contre des personnalités sénégalaises.

 
Assane Diouf, "célèbre pour ses +live+ incendiaires à l’encontre de hautes autorités" sénégalaises, "chassé des Etats-Unis pour séjour illégal, était attendu hier nuit à Dakar", rappelle Le Témoin quotidien.
 
"Il est arrivé", finalement, annonce L’Observateur, au sujet de celui que la presse a appelé "l’insulteur public numéro un" et qui résidait jusque-là aux Etats-Unis où il avait été appréhendé après avoir publié une série d’enregistrements vidéo dans lesquels il s’en prenait, y compris par l’injure, à différentes personnalités politiques religieuses sénégalaises ainsi qu’à des stars people.
 
"Assane Diouf, en jean noir et t-shirt bleu, a été cueilli par les éléments de la BIP (Brigade d’intervention polyvalente, NDLR) dans l’avion" qui l’a ramené à Dakar, mardi soir, rapporte ce quotidien. 
 
"Sorti de l’aéroport à 2h 18 mn à bord d’un véhicule Peugeot banalisé, il a été conduit directement à la DIC", la Division des investigations criminelles de la police judiciaire sénégalaise, ajoute le journal.
 
"Le taré du Web est sous le coup d’une enquête criminelle pour apologie du terrorisme, appel à, l’insurrection, outrage à chef d’Etat et aux institutions, troubles à l’ordre public, injures publiques", explique le quotidien L’As, confirmant également que Assane Diouf "a été +pris en charge+ par la police d’élite à bord d’une voiture banalisée" dès son arrivée à l’aéroport de Dakar.
 
De toutes les manières, l’Etat avait "décidé de ne pas l’arrêter à sa descente d’avion" (L’As) et de "le laisser renter tranquillement chez lui", ajoute le quotidien Enquête selon lequel le procureur "prend son temps" dans cette affaire.
 
"Assane Diouf aura ainsi la faculté de retrouver les siens après des années passées hors du territoire national". Il sera cependant "surveillé de très près par la force publique", relève Enquête, soulignant que l’Etat semble avoir souscrit à l’adage wolof : "Pour un voleur qui ne peut nullement s’échapper, il n’est point besoin d’interrompre son sommeil".
 
Il peut cependant compter sur des soutiens. Son avocat par exemple, Me El Hadj Diouf, dénonce déjà "une manipulation et tient l’Etat responsable de tout ce qui arrivera à son client", peut-on lire à la Une de Vox Populi.
 
Pour le reste, les sujets politiques semblent les plus en vue, avec notamment Le Témoin quotidien qui ouvre sur : "Ces dossiers chauds qui attendent Macky (Sall)", le président de la République, après les vacances gouvernementales.
 
Le journal évoque le remaniement du gouvernement, la formation du nouveau bureau de l’Assemblée nationale, le procès Khalifa Sall, du nom du maire de Dakar en détention provisoire depuis mars dernier en lien avec des soupçons de mauvaise gestion.
 
Il y a aussi la crise scolaire et universitaire, la question de l’emploi des jeunes, les inondations qui ont repris dans certaines localités du Sénégal avec l’hivernage, entre autres questions sur lesquelles les pouvoirs publics sont attendus, laisse entendre le même journal.
 
Sur ce dernier point, celui concernant les inondations et la gestion de ce phénomène, le quotidien national annonce de "nouvelles mesures pour soulager les victimes" de ces intempéries. 
 
Walfquotidien et Sud Quotidien reviennent sur la politique, le premier évoquant à sa une la question de la présidence de l’Assemblée nationale, pour le compte de la 13e législature. "La succession de Niasse en question", affiche-t-il.
 
"Ils sont nombreux les apéristes qui convoitent la place de Moustapha Niasse", secrétaire général de l’Alliance des forces de progrès (AFP), un parti allié du pouvoir et président de l’Assemblée nationale sous la dernière législature, avance Walfquotidien.
 
"Mais dans tous les cas, ajoute le journal, le dernier mot revient au chef de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (coalition de la majorité)", à savoir le président Macky Sall. "C’est lui qui impose son choix aux élus de sa coalition largement majoritaire", écrit le journal. 
 
Pour ce qui concerne le gouvernement, le Premier ministre actuel Mahammed Boun Abdallah Dionne va remplier, croit savoir Sud Quotidien qui assure dans le même temps que Niasse sera maintenu au perchoir de l’Assemblée nationale.
 
"Des sources dignes de foi ont confié à Sud Quotidien que le président de la République Macky Sall a décidé de reconduire Moustapha Niasse au perchoir et Mahammed Boun Dionne à la tête du gouvernement", écrit le journal.
 
 
 
 
 
 

BK/PON