Le rejet du recours de l’opposition contre la loi sur le parrainage à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le rejet du recours de l’opposition contre la loi sur le parrainage à la Une

Dakar, 11 mai (APS) - Le rejet, par le Conseil constitutionnel, du recours de l’opposition contre la loi sur le parrainage électoral à l’occasion de la présidentielle, est l’un des sujets les plus en vue dans la livraison de vendredi de la presse quotidienne. 
 
"Le Conseil constitutionnel a rendu, ce mercredi 9 mai, sa décision concernant les recours introduits par l’opposition aux fins d’annulation de la loi constitutionnelle sur le parrainage", rapporte Sud Quotidien.
 
Il annonce que les sept juges constitutionnels, "sous la houlette de Papa Oumar Sakho, ont rejeté toutes les requêtes en se déclarant incompétents pour statuer sur la conformité de ce nouveau texte de la Constitution".
 
"Sans surprise, le Conseil constitutionnel s’est déclaré incompétent pour étudier la requête introduite le 25 avril 2018 par les députés de l’opposition demandant l’abolition de la loi sur le parrainage, adoptée le 19 du même mois par la treizième législature" de l’Assemblée nationale, relève Enquête.
 
"Comme tout le monde s’y attendait, la requête de l’opposition (...) n’a pas trouvé d’écho favorable auprès des +sages+ du Conseil constitutionnel", qui "ont sacrifié à leur rituel d’incompétence légendaire pour rejeter la saisine de l’opposition à propos de la loi sur le parrainage", écrit Le Témoin quotidien.
 
Walfquotidien renchérit : "Encore, diront certains. En tous cas, le Conseil constitutionnel dans sa décision explique qu’il n’a pas compétence pour statuer sur la conformité à la Constitution du parrainage au regard du règlement intérieur de l’Assemblée nationale".
 
"Mais cette +incompétence récurrente+ n’entame en rien la détermination de l’opposition qui se tourne vers les juridictions sous-régionales qui ne se sont pas +prosternées+ devant l’exécutif sénégalais", ajoute Walfquotidien.
 
Tribune confirme cette idée en parlant d’une internationalisation du "combat" de l’opposition contre la loi sur le parrainage électoral, lequel quotidien signale par exemple que l’avocat Abdoulaye Tine, président de l’Union sociale libérale (USL) "compte attaquer la loi sur le parrainage devant le comité de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur les droits civils et politiques et devant la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)".
 
Selon Me Tine cité par le même journal, "rien ne surprendra les Sénégalais" concernant le Conseil constitutionnel,, ce qui n’empêche pas le Grand Parti de s’insurger contre la décision des "sept sages", selon Vox Populi.
 
L’Observateur, également, assure que Cheikh Bamba Dièye et Cie, représentant une mouvance de l’opposition, sont "toujours en ordre de bataille" pour l’annulation de la loi sur le parrainage.
 
Sans compter que des juristes "proposent une Cour constitutionnelle pour régler le +déni de justice+" associé au fait que le Conseil constitutionnel se déclare souvent incompétent s’il est appelé à trancher certains contentieux notamment politiques.
 
Pour le reste, plusieurs journaux, à la suite de Sud Quotidien, annoncent une pénurie d’eau à Dakar "à partir de samedi". "Du samedi 12 au mercredi 16 mai, Dakar et sa banlieue, Louga, Thiès, Rufisque et environs seront privés du liquide précieux", précise Vox Populi.
 
Une mauvaise nouvelle qui en cacherait une autre, si l’on en croit L’Observateur qui évoque une hausse prochaine "des prix de l’huile, du lait, des légumes, des boissons non alcoolisées...".
 
Cette perspective, annoncée par l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (UNACOIS), résulterait d’une augmentation des taxes à l’importation des produits alimentaires, selon L’Observateur.
 
De nombreux journaux reviennent également sur un "drame familial" touchant un couple sénégalais établi au Canada. Amadou Bamba Mbaye, dont l’épouse s’était enfuie avec ses enfants, a mortellement poignardé son épouse en voulant récupérer ces derniers, rapporte plusieurs quotidiens.
 
"Triste fin pour ce couple", commente Enquête, selon qui M. Mbaye, inculpé pour meurtre, se présentera devant le juge mercredi prochain. "C’est une histoire d’amour (...) qui a viré au drame", note Source A.
 
Ce quotifdien rapporte que le couple, "qui ne s’entendait pas depuis un certain temps, était en instance de divorce au Canada", La Cloche soulignant que la communauté sénégalaise dans ce pays "est en deuil" suite à ce drame.
 

BK