Le rapport d’Amnesty et d’autres sujets à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le rapport d’Amnesty et d’autres sujets à la Une

Dakar, 23 fév (APS) – Le rapport d’Amnesty international sur la situation des droits de l’homme au Sénégal et d’autres sujets dont le procès du maire de Dakar sont à la Une des quotidiens reçus vendredi à l’Agence de presse sénégalaise (APS).

Enquête ouvre sur l’exercice des libertés au Sénégal et titre : "Amnesty international fait le procès du régime". 
 
"Procès inéquitable, restriction des libertés de réunion pacifique et d’expression, dures conditions de détention, impunité…Telle est la situation des droits de l’homme au Sénégal d’après Seydi Gassama qui présentait (jeudi) le rapport 2017-2018 d’Amnesty international. L’organisation de défense des droits de l’homme a toutefois distribué un point positif à notre pays grâce au procès de Hissène Habré", selon Enquête.
 
Seydi Gassama est le Secrétaire exécutif de la section sénégalaise d’Amnesty international.
 
Concernant ce rapport, La Cloche écrit : "Le régime du président Macky Sall devrait changer de démarche. Amnesty international relève dans le rapport de 488 pages qu’il a rendu public hier que depuis son arrivée au pouvoir, les citoyens du pays ne sont pas traités de manière égale".
 
Pour Vox Populi, "Amnesty accable le pouvoir", relevant que la police et la justice sont "au banc des accusés" dans le rapport 2017-2018.
 
Réagissant à la publication du rapport, le ministre de la Justice Ismaïla Madior Fall déclare : "Il faut d’abord prendre le temps de lire le rapport de façon sereine pour identifier tous les points soulevés et formuler les réponses adéquates".

"Mais je pense que ce rapport critique sur l’état des droits humains n’est pas crédible, parce que notre pays s’illustre par sa vocation à respecter et à sacraliser les droits. Un rapport sur le Sénégal ne peut être que laudateur, parce que notre pays s’illustre par sa stabilité", ajoute t-il.
 
Sud Quotidien s’intéresse au procès de Khalifa Sall et cie et titre : "dernier baroud des avocats". Les avocats du maire de Dakar ont réitéré jeudi leur demande d’une relaxe pure et simple de leur client au troisième et dernier jour des plaidoiries de la défense, qui annoncent le dernier virage du procès pour malversations présumées de l’édile de la capitale sénégalaise.
 
Ce vendredi, après les avocats de la défense et de la partie civile, c’est au tour du procureur de la République de reprendre la parole une dernière fois. Il avait déjà requis 7 ans contre le maire de Dakar, accusé pour entre autres, d’un détournement présumé de 1,8 milliards de francs CFA de la caisse d’avance de la Ville de Dakar.
 
Le Soleil fait le point sur les engagements des bailleurs de fonds dans le financement du Plan Sénégal émergent (PSE), 4 ans après la réunion du Groupe consultatif de Paris. "Le pari de Paris réussi à 124%", titre le quotidien gouvernemental.
 
"3729 milliards de francs CFA ont été promis, 4 610 milliards ont été décaissés", relève le journal.
 
Et dans un éditorial, le directeur général du quotidien écrit : "En somme, osons le dire : avec le président Macky Sall, l’antithèse des Cassandres et bavards, le Sénégal s’installe avec assurance et modestie dans la logique du +wax lu tutti, jef lu bari+ (que l’action prime sur le bavardage)".
 
Le journal L’As évoque les mesures contre les accidents de la circulation et affiche à sa Une : "Abdoulaye Daouda Diallo sort la cravache". Le ministère des Transports a annoncé l’interdiction, prochaine, de la circulation inter-urbaine la nuit, l’instauration du permis à points suite à l’accident sur la route du Magal de Porokhane qui a fait une dizaine de morts.
 
Dans la course à la présidentielle de 2019, Le Témoin note que si Idrissa Seck, le leader de Rewmi est "favori", Malick Gackou du Grand Parti aussi "y croit". Dans un éditorial intitulé "Idy 5th président", la publication explique pourquoi Idrissa Seck "peut amener Macky Sall au second tour" et expose "les atouts et faiblesses du président du Grand Parti".
 
En politique toujours L’Observateur relève que "l’opposition s’arme contre le Macky à l’intérieur du pays". 
 
"C’est dans l’air du temps. Les leaders de l’opposition ont presque la même stratégie pour conquérir le pouvoir : investir l’intérieur du pays, notamment le Sénégal des profondeurs à travers des tournées politiques. Une stratégie qui avait propulsé Macky Sall en 2012 à la magistrature suprême", écrit L’Obs.
 
La publication ajoute : "Une stratégie qu’Idrissa Seck, le plus en vue, Malick Gackou, Khalifa Sall (freiné dans son élan par l’affaire de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar), Abdoul Mbaye et dernièrement Thierno Bocoum ont adoptée pour faire face à l’adversaire commun : Macky Sall".
 
Le Quotidien évoque un "renforcement" de la surveillance épidémiologique à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) et affiche à sa Une : "Le Sénégal se barricade". "Pour lutter contre la fièvre jaune, le gouvernement exige désormais un carnet de vaccination à tout voyageur dès l’arrivée à l’AIBD (…..)", écrit le journal.
 

OID/ASB