Le Groupe cosultatif 2018 pour le Sénégal à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le Groupe cosultatif 2018 pour le Sénégal à la Une

Dakar, 17 déc (APS) - Les quotidiens parvenus à l’APS traitent principalement du passage du Sénégal devant le Groupe consultatif de Paris, ce lundi, un "grand oral financier" lors duquel le pays compte lever 4.684 milliards de francs CFA pour le financement de ses projets de développement pour 2019-2023, dans le cadre de la deuxième phase du Plan Sénégal émergent (PSE).

"L’objectif principal de ce Groupe consultatif, organisé avec l’appui de la Banque mondiale et du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), est de mobiliser tous les partenaires autour de la phase 2 du PSE et de converger vers un développement durable décliné dans le Plan d’actions prioritaires (PAP, 2019-2023), à en croire les services du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan", rapporte le quotidien Enquête.
 
Le président Macky Sall est arrivé dimanche à Paris en fin d’après-midi, "à la tête d’une forte délégation. Il va présider la consultation dans les locaux de la Banque mondiale avec les bailleurs internationaux", rapporte Le Soleil.
 
Selon Le Témoin quotidien, l’obtention des financements escomptés ne sera que "simple formalité, toute la question est de savoir la manne du surplus que va décrocher l’Etat à l’issue de sa rencontre avec les partenaires techniques et financiers aujourd’hui à Paris".
 
Pendant ce temps, l’ancien ministre d’Etat Karim Wade, candidat du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) à la prochaine présidentielle, "vilipende Macky (Sall) auprès des bailleurs de fonds" (L’As), en demandant notamment "un audit" des finances publiques sénégalais avant le Groupe consultatif (Tribune).
 
"Macky Sall a créé de la dette en toute illégalité sans autorisation de l’Assemblée nationale", écrit dans une lettre citée par plusieurs quotidiens dont L’As. Il ajoute que la situation monétaire actuelle du Sénégal "est caractérisée par une grave crise de liquidité bancaire qui affecte les banques".

"Macky cherche 4684 milliards, Karim joue à la torpille", affiche Vox Populi. Dans sa lettre ouverte aux bailleurs de fonds, note de son côté le journal Le Quotidien, Karim Wade "dénonce une gabegie +orchestrée+ par le régime actuel (...)" et "fait état d’une +situation alarmante+ que +les Sénégalais ressentent fortement dans leur vie quotidienne+".
 
A en croire Karim Wade dont les propos sont également relayés par Walfquotidien, "à quelques semaines de l’élection présidentielle du 24 février 2019 (...), Macky Sall +tente de dissimuler l’ampleur de la crise et la situation de quasi faillite+ dans laquelle il a plongé le Sénégal".
 
Après 2002, 2007 et 2014, le Groupe consultatif 2018 se présente comme un "exercice crucial que le chef de l’Etat et son équipe ont pris très au sérieux (...)", souligne le quotidien L’Observateur.
 
Au titre des autres sujets évoqués par la presse quotidienne, Sud Quotidien et Libération reviennent sur l’enquête sur "le scandale financier" à la PRODAC, Programme des domaines agricoles communautaires.
 
 L’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC) "mène la danse", affiche le premier journal cité. Une enquête "sans objet", estime Libération, l’Inspection générale des finances (IGF) ayant "déjà établi faits, montants en cause et aveux à l’appui (...)".
 
 

BK