Le duel à distance entre Idrissa Seck et Aminata Touré en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le duel à distance entre Idrissa Seck et Aminata Touré en exergue

Dakar, 18 nov (APS) – Les quotidiens commentent, pour leur édition de mercredi, la querelle par presse interposée entre l’ancienne présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Aminata Touré, et son successeur, Idrissa Seck.
 
EnQuête flaire ‘’un parfum de vendetta’’ entre les deux personnalités. ‘’Entre Idrissa Seck et Aminata Touré, la vieille inimité se transforme en guerre ouverte. Depuis 2013, Mimi (Aminata Touré) s’est fait un point d’honneur de répondre à toutes ses attaques contre Macky Sall. Idrissa Seck, désormais en position de force, se montre intraitable’’, rapporte EnQuête.
 
Lii Quotidien affirme que M. Seck ‘’désavoue’’ Mme Touré, en ce qui concerne la gestion du CESE. ‘’La presse fait état d’une prétendue chasse aux sorcières au sein du Conseil économique, social et environnemental (…) Il n’en est absolument rien’’, écrit le même journal, citant des collaborateurs du nouveau président du CESE.
 
‘’Il n’a reçu de son prédécesseur aucune information sur les plans administratif et financier, ni un document de passation de service détaillé, formel et signé’’, ajoute-t-on dans l’entourage d’Idrissa Seck, un farouche opposant qui a rejoint la majorité présidentielle début novembre.
 
Selon Sud Quotidien, le ralliement des opposants Idrissa Seck et Oumar Sarr, nouveau ministre des Mines, ‘’indispose la majorité’’. Le journal évoque une ‘’installation subreptice d’un véritable (…) malaise au sein de la majorité qui voit des fruits de la victoire de 2019 captés par certains de ses adversaires’’.

WalfQuotidien a cherché à percer l’‘’énigme Idy (Idrissa Seck)’’. ‘’Personnalité incontournable de la scène politique sénégalaise, Idrissa Seck est un sérieux cas d’école (…) La raison du ralliement d’Idrissa Seck au pouvoir de Macky Sall, dont il était le farouche opposant, est un cas d’école. Alors que certains l’accusent de ravaler ses crachats, d’avoir trahi le peuple, d’autres se disent que l’homme est allé à Canossa parce qu’il est complètement endetté et poursuivi par les banques qui étaient prêtes à vendre sa villa’’, lit-on dans WalfQuotidien.
 
La pollution de la Falémé, le fleuve qui longe la ville de Kédougou (sud-est), est l’un des autres sujets qui préoccupent les quotidiens.

‘’La Falémé est polluée par les activités minières (...) Des deux côtés de ce fleuve jadis très poissonneux, le cœur des villageois saigne’’, rapporte Le Quotidien dans un dossier consacré à la détérioration du cours d’eau, l’un des plus importants du pays.

Le Soleil évoque le ‘’satisfecit’’ que le Fonds monétaire international a décerné au Sénégal. ‘’Une équipe de l’institution de Breton Woods a effectué une mission virtuelle au Sénégal, du 5 au 16 novembre. A l’issue de cet exercice, les services de Kristalina Georgieva ont décerné à notre pays un satisfecit…’’ lit-on dans le même journal.
 
Le Témoin Quotidien signale la nomination de ‘’médiateurs douteux’’, par le ministre des Finances, comme membres de l’Observatoire de la qualité des services financiers. ‘’Les frères Ndao, Habib et Momar, siègent dans le même observatoire’’, révèle le journal.
 
Au sein du même observatoire, ‘’les nominations d’Amadou Kane Diallo, directeur général du Conseil sénégalais des chargeurs, et de Banda Diop, maire de la Patte d’Oie, comme médiateurs [sont] fortement décriées’’, ajoute Le Témoin Quotidien.

ESF/ASG