Le départ de Nafi Ngom Keïta de l’OFNAC  en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le départ de Nafi Ngom Keïta de l’OFNAC en exergue

Dakar, 26 juil (APS) – Le départ de Nafi Ngom Keïta de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC) est largement commenté par les journaux reçus mardi à l’APS.

Le Soleil annonce la nomination de la magistrate Seynabou Ndiaye Diakhaté à la tête de l’OFNAC en remplacement de Nafi Ngom Keïta.

Le mandat de Mme Keïta a expiré, indique Enquête qui parle de ‘’clap de fin entre (elle) et l’exécutif’’. D’après ce journal, ‘’son départ ne surprend guère au regard des ses relations heurtées avec l’exécutif et son chef en premier lieu’’.

‘’Durant son mandant de trois ans, l’ancienne responsable de l’Inspection générale d’Etat (IGE) a subi différents quolibets, attaques de la part de hauts responsables du pouvoir au premier rang desquels le chef de l’Etat qui l’a nommée’’. A titre d’exemple, le journal rappelle que ‘’le président Macky Sall n’avait pas apprécié la sortie de Nafi Ngom Keïta quand celle-ci dénonçait au cours d’une rencontre le retard dans le démarrage de l’OFNAC’’.

Le rapport 2015 de l’OFNAC a suscité le courroux de nombreux responsables de l’Alliance pour la République (APR), dont le directeur de cabinet du chef de l’Etat, qui dénonçait la ‘’violation d’une obligation de réserve’’, rappelle encore Enquête. Le journal présente la nouvelle patronne de l’Office, comme ‘’la juge des dossiers sulfureux’’, dont l’affaire des chantiers de Thiès, qui ont valu à Idrissa Seck une inculpation et l’affaire des pots de vin sur les chantiers de la Corniche ouest.

L’As évoque quant à lui ‘’les dessous du départ précipité de Nafi Ngom’’. ‘’Nafi Ngom Keïta, qui a récemment présenté le rapport 2015 de l’OFNAC dans lequel sa structure avait épinglé plusieurs organismes publics, n’a pas résisté à la vague d’indignation des autorités qui s’en est suivie. D’aucuns pensent qu’elle perd aussi son poste à cause de certaines sorties et de son franc parler dérangeant’’, écrit L’As.

Pour Le Témoin quotidien, ‘’Macky Sall décapite Nafi Ngom Keïta’’, alors que La Tribune estime que la patronne de l’OFNAC a été ‘’emportée par son rapport’’ de 2015.

Evoquant ‘’ce qui a perdu la présidente de l’OFNAC’’, Le Populaire cite des motifs allant ‘’des violations du droit de réserve, à la rupture de confiance avec le président de la République en passant par sa gestion des dossiers très décriée’’.

Selon Sud quotidien, ‘’Nafi Ngom Keïta commençait sérieusement à déranger le Palais’’.


En économie, Enquête relève que la société Senhuile , prise en flagrant délit de fraude, a transigé pour 1, 1 milliard, tandis que Le Soleil revient sur la visite d’hommes d’affaires polonais au Sénégal en titrant en une : ‘’Un projet de raffinerie d’or annoncé’’.

Libération s’intéresse à la lutte contre le terrorisme avec en manchette : ‘’CICO, l’arme fatale de Macky Sall’’.

‘’Afin de prendre des mesures anticipatrices qui permettront non seulement d’assurer la prévention et la protection du Sénégal contre le terrorisme, mais également l’efficacité de l’intervention en cas de survenance d’attaques terroristes, le président Macky Sall a pris un décret créant le cadre d’intervention et de coordination interministériel des opérations de lutte anti-terroriste (CICO) placé sous l’autorité directe du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique’’, explique le journal.

OID/ASG