Le crash d’un hélicoptère de l’armée, sujet le plus en vue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le crash d’un hélicoptère de l’armée, sujet le plus en vue

Dakar, 15 mars (APS) - Le crash d’un hélicoptère de l’armée sénégalaise, mercredi, dans la région de Fatick, est le principal sujet traité par la livraison de jeudi de la presse quotidienne.
 
 
"Six morts, quatorze rescapés à Missirah", dans la région de Fatick, suite au crash d’un hélicoptère Ml17 de l’armée sénégalaise, affiche le quotidien national Le Soleil, selon lequel le président Macky Sall a demandé la création d’une commission d’enquête.
 
L’appareil, "immatriculé 6WHTA, ralliant Ziguinchor-Dakar, s’est écrasé, hier, près de Missirah (dans la zone des mangroves), région de Fatick, lors d’une mission de service social. Il y a eu 6 morts et 14 blessés dont 3 grièvement", rapporte Le Soleil.

"Les passagers étaient partis enterrer à Ziguinchor un proche décédé à Dakar. Le crash s’est produit au retour", explique Le Témoin quotidien. "L’appareil convoyait la dépouille du frère de Robert Sagna", précise Tribune.
 
Ce quotidien, de même que Le Témoin quotidien, Vox Populi et le journal Le Quotidien, évoquent le même bilan, à savoir 6 morts et 14 blessés-rescapés. 
 
"Au retour, aux environs de 20 heures, l’hélicoptère s’est subitement mis à tourner sur lui-même avant de plonger dans la mangrove", raconte un rescapé cité par le quotidien Enquête, qui s’accorde avec les précédents journaux sur le bilan de cet accident qualifié de "tragédie" par Libération. 
 
"Catastrophe !", s’exclame L’Observateur à sa Une, affirmant que le bilan "s’est alourdi dans la nuit", passant de 6 à 7 morts, chiffre également avancé par le quotidien L’As.
 
"Un an seulement après le naufrage de Bettenty ayant fait 21 morts, un autre drame s’est produit hier dans le même arrondissement de Toubacouta, cette fois-ci dans les airs, plus précisément au village de Djinack Bara près de Missirah", relève ce journal.
 
Pour le reste, les quotidiens annoncent que l’Etat du Sénégal a été débouté par la justice française de sa demande de saisie des biens de Karim Wade, le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade condamné pour enrichissement illicite.
 
"La France freine le Sénégal" (La Cloche), "Karim Wade gagne à Paris" (Walfquotidien), "La Cour d’appel de Paris déboute l’Etat" sénégalais, des titres parmi d’autres relatifs à cette annonce.
 
"Un arrêt, deux interprétations", titre pourtant Sud Quotidien, pour dire que les avocats de Karim Wade et ceux de l’Etat du Sénégal ne lisent pas cette décision judiciaire de la même façon.
 
Si les premiers se satisfont naturellement de l’arrêt rendu par le tribunal français, les autres affirment que M. Wade n’est en rien innocenté par cette décision judiciaire, ainsi que le fait observer Le Soleil.
 
"Après le collectif des avocats de l’ancien ministre Karim Wade qui a informé que l’Etat du Sénégal a été débouté par la justice française dans sa volonté de confisquer les biens de leur client, les avocats de l’Etat ont réagi hier. Dans un communiqué, ils ont précisé que la justice française n’a +nullement innocenté+ Karim Wade", écrit Le Soleil.

BK/PON