La victoire de Modou Lô sur Lac 2 en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La victoire de Modou Lô sur Lac 2 en exergue

Dakar, 29 jan (APS) - La victoire du lutteur Modou Lô sur Lac 2 à l’issue de leur combat de dimanche, est l’un des sujets en exergue dans la livraison de lundi de la presse quotidienne.
 
"La déborde du Lac", affiche par exemple L’Observateur, pour évoquer la victoire du lutteur de l’écurie Rock énergie sur Lac 2, de son vrai nom Omar Cissé, champion de l’écurie Walo.
 
"Boxé, poussé à la sortie à trois reprises, envoyé chez le médecin autant de fois, Lac 2 a écopé de 4 avertissements et perdu son combat contre Modou Lô", désigné vainqueur par l’arbitre, rapporte le journal.
 
Il note que le chef de file de l’écurie Rock Energie "remporte ainsi le duel doté du drapeau du président de la République". "Quand il a pris ma jambe, ça m’a amusé comme à l’entraînement", déclare le vainqueur dans des propos rapportés par L’Observateur, évoquant une phase de son combat avec Lac 2.
 
"Pour ses retrouvailles avec le puncheur du Walo, écrit le journal Le Quotidien, Modou Lô l’a cette fois-ci remporté. S’il n’y a pas eu de chute, à la grande déception des amateurs, le chef de file de l’écurie Rock Energie a pris le dessus sur son adversaire, par décision arbitrale (avertissements 4-1)".
 
"Lô de consolation, Lac de déception", titre ainsi le journal Le Quotidien, résumant le sentiment des amateurs au sujet de ce combat organisé au stade Senghor par le promoteur Pape Abdou Fall et doté du drapeau du chef de l’Etat sénégalais Macky Sall.
 
Cette victoire "aux points et aux points du Rock des Parcelles" assainies, la commune d’arrondissement dakaroise d’où est originaire Modou Lô, n’élude cependant pas totalement d’autres sujets se rapportant notamment à la politique et à la situation du front social.
 
Le quotidien national Le Soleil donne la parole à l’opposition à sa Une, avec Mamadou Diop Decroix qui dit "ses convictions" sur de nombreux sujets. "Nous exigeons un audit du processus électoral et non celui du fichier électoral", précise cet ancien ministre, actuellement un des responsables les plus en vue de l’opposition.
 
M. Diop revient ainsi sur un point représentant une revendication forte de l’opposition en lien avec le "dialogue politique" lancé par le pouvoir suite aux dysfonctionnements notés lors des dernières législatives de juillet dernier.
 
Dans cette interview au Soleil, Mamadou Diop Decroix revient aussi sur "l’état de l’opposition, Karim Wade, Khalifa Sall, la Casamance", toutes choses qui devraient faire partie des thèmes de la prochaine présidentielle, sujet qui occupe Walfquotidien.
 
"Les prémices d’un passage en force de Macky", titre ce journal, estimant que le pouvoir, non content d’avoir "embastillé de potentiels adversaires à la prochaine élection présidentielle", manœuvrerait "pour en éliminer d’autres, à travers notamment le système de parrainage".
 
"Macky veut ainsi choisir lui-même les candidats qui vont lui faire face en 2019. Des manigances qui sonnent comme les prémices d’un coup de force", ajoute Walfquotidien.
 
Tribune, entre politique et justice, ouvre sur "le dossier disparu de Khalifa Sall", le maire de Dakar, en détention préventive depuis mars dernier pour malversations présumées portant sur 1,8 milliard de francs CFA et dont le procès se déroule actuellement.
 
"Dans l’affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, informe le journal, les avocats de Khalifa Sall sont dans tous leurs états. A cause de la +disparition+ de plusieurs pièces liées à la demande de liberté provisoire et au cautionnement déposé à cet effet".
 
"Pour Me Ciré Clédor Ly et Cie, c’est le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, qui doit rendre compte après que le doyen des juges d’instruction Samba Fall a dégagé sa responsabilité. En attendant, note Me Ly, cet épisode est la confirmation que +le complot d’Etat contre le maire de Dakar est une réalité".
 
Les avocats de l’édile de Dakar font régulièrement valoir que les ennuis judiciaires de leur a des soubassements politiques et serait en lien avec la volonté du pouvoir d’écarter un potentiel candidat à la présidentielle 2019.
 
Sur un tout autre sujet, Sud Quotidien rappelle à sa une que l’école et les universités sénégalaises sont "dans....l’impasse", à la faveur du réchauffement du front social, avec la grève que les syndicats d’enseignants comptent organiser ce mardi.
 
"La sortie de crise entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants est loin de connaître son épilogue. Conséquence : le front social entre en ébullition demain, 30 janvier, avec la grève de trois jours enclenchée par les syndicats les plus représentatifs de l’école sénégalaise (...)". écrit le journal.
 
Et Sud Quotidien d’ajouter que dans "les divers ordres d’enseignement (le supérieur compris avec l’entrée en mouvement du SAES pour 48 heures de débrayage), on n’est pas loin de...l’impasse".
 
L’As enfin rapporte que les francs-maçons "menacent" après l’annulation de leur meeting de Dakar. Le journal se fait l’écho d’un communiqué du Grand Orient de France, dans lequel cette loge "dénonce ce qu’elle appelle des +manœuvres liberticides+ de la part de +forces obscurantistes+".
 

BK/PON