La suite des échauffourées de Touba, un des sujets en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La suite des échauffourées de Touba, un des sujets en exergue

Dakar, 20 juin (APS)) - Les quotidiens parvenus mardi à l’APS traitent principalement de la suite des échauffourées de Touba et de divers autres sujets liés aux prochaines législatives du 30 juillet prochain.
 
Dans la capitale du mouridisme, la police a été accusée d’avoir tiré sur une foule qui manifestait dimanche contre les mauvais traitements infligés par des agents de "Safinatoul Amane" (police parallèle) aidés par les agents de sécurité de proximité (ASP).
 
À l’origine des incidents, le passage à tabac d’un jeune commerçant par un membre de "Safinatoul Amane". Une trentaine de personnes ont été interpellées, 4 blessées dont 2 par balle, ont rapporté lundi différents médias.
 
Plusieurs quotidiens sont donc revenus mardi sur ces évènements, dont Enquête qui livre la "part de vérité" de la police. "Accusée d’avoir tiré sur une dame lors des incidents survenus dimanche dernier au marché Ocass de Touba, la police se disculpe et indexe un certain A. Dieng qui est activement recherché pour avoir ouvert le feu sur la foule", écrit le journal. 
 
"Les munitions utilisées sont de 6,6mm et ne proviennent pas de nos éléments", précise le Bureau des relations publiques de la police dont le communiqué est repris par le journal Le Quotidien. "La police dégage sa responsabilité", note cette publication.
 
"Contrairement à la thèse qui s’est répandue ces dernières heures dans la presse, la police réfute avoir ouvert le feu sur les deux dames qui prenaient part à une manifestation à Touba", rapporte le quotidien Le Soleil.


Mystères autour des évènements de Touba

 
La police "n’a pas mis du temps pour se laver à grande eau et +mouiller+ les éléments de +Safinatoul Amane+, la +police religieuse+ de Touba. Toutefois, Amnesty International Sénégal réclame l’ouverture d’une enquête indépendante", souligne Le Témoin quotidien.
 
"Mystères autour du tireur de Touba", affiche La Tribune, selon lequel la police et Safinatoul Amane "se rejettent les balles". Walfquotidien estime pour sa part que la police "explique sans convaincre". 
 
"Vingt-quatre heures après les évènements de Touba, la police nationale confirme l’usage d’arme à feu et de balles réelles sur des populations civiles. Sans convaincre, elle en impute la responsabilité à un ’indic’ du nom de Abdou Dieng qui se réclame de Safinatoul Amane", écrit Walfqotidien.
 
Cette affaire, d’une brûlante actualité si l’on peut dire, peine tout de même à faire oublier aux quotidiens la perspective des prochaines législatives. Le mode d’organisation pratique de ces consultations électorales intéresse par exemple certains journaux, à l’image de Vox Populi.
 
"Les 4 solutions de la société civile pour sortir du pétrin" lié à la pléthore de listes (47) en compétition pour ces élections, affiche ce dernier journal, affirmant qu’avec le système actuel et compte tenu du nombre important de listes, "seuls 150 électeurs pourront voter par bureau en raison de 5 mn par personne".
 
Ainsi la société civile a-t-elle formulé "4 propositions qui devraient régler ce problème", à savoir le bulletin unique, la possibilité pour l’électeur de prendre quelques bulletins, le fait de placer tous les bulletins au niveau de l’isoloir et la confection des bulletins prédécoupés.
 
Le Quotidien évoque lui "3 solutions", jugées consensuelles : permettre à l’électeur de prendre 3 à 5 bulletins avant d’aller accomplir son droit de vote, installer un grand isoloir et y mettre les 47 bulletins en compétition, l’électeur ne devant prendre qu’un seul bulletin correspondant à celui de son choix de vote.
 
"Enfin, signale Le Quotidien, la dernière solution émise est le vote multiple où 3 à 5 électeurs seront dans un isoloir. +On veut gagner du temps+" de cette manière, justifie le professeur Babacar Guèye de l’ONG 3 D, à l’initiative d’un séminaire sur le sujet. 


Pour des solutions au nombre pléthorique de listes aux législatives 

 
La tenue de ce panel, dont le but était "d’apporter des suggestions", rend compte de ce que le nombre pléthorique de listes aux prochaines législatives continue de "susciter un débat", observe le quotidien Enquête. 
 
Selon Le Quotidien, suite à ce panel, à charge pour le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo, de réunir les acteurs du processus électoral pour de plus amples concertations sur la question.
 
Plusieurs autres quotidiens ouvrent sur les précisions du garde des Sceaux, ministre de la Justice, Sidiki Kaba au sujet de l’éligibilité ou non du maire de Dakar, Khalifa Sall, en détention depuis le 7 mars dernier pour des soupçons de mauvaise gestion. 
 
L’édile de la capitale, investi par une coalition de l’opposition, "jouit de tous ses droits civiques", précise Me Sidiki Kaba dans des propos rapportés par le quotidien L’As. De cette manière, le ministre de la Justice "donne raison aux avocats" de Khalifa Sall, selon Walfquotidien.
 
"Le pouvoir cherche-t-il à se débarrasser de la patate chaude dans le dossier l’opposant au maire de Dakar ? Tout porte à le croire avec le garde des Sceaux et ministre de la Justice qui a mis de l’eau dans son vin en donnant raison aux avocats de Khalifa Sall sur le respect des droits civils et politiques du maire de Dakar", écrit le journal.
 
A la Une de Sud Quotidien, le ministre de la Justice insiste toutefois sur le fait que Khalifa Sall reste éligible seulement tant qu’il n’est pas condamné. "Il n’y a pas encore de décision de justice définitive, il bénéficie donc de tous ses droits", dit le garde des Sceaux, cité par L’Observateur.
 
Le Témoin quotidien, Enquête et Vox Populi se font l’écho du braquage d’une agence du Crédit mutuel du Sénégal (CMS) à Liberté 6, à Dakar. "Les malfaiteurs frappent en plein jour…" et emportent plus de 7 millions de francs CFA, renseigne le premier journal cité.
 
 
"8 millions emportés", selon Vox Populi. "Trois hommes armés ont attaqué hier, en plein jour, puisqu’il était 10 heures du matin, l’agence du Crédit mutuel (CMS) de Liberté 6. Les malfaiteurs sont entrés dans la compagnie bancaire pour mettre à terre toutes les personnes trouvées sur place", relate Vox Populi.
 
"Sous la menace de leurs armes, ajoute-t-il, ils ont dévalisé la banque en emportant avec eux environ 8 millions de francs CFA, selon la première estimation des responsables de l’agence. Ils ont ensuite pris la fuite à travers les ruelles du quartier".
 
"Les braqueurs vident les caisses, tirent sur un cheval et se taillent la route", renchérit Enquête, parlant d’une "scène digne d’un film hollywoodien". La police de Dieuppeul a ouvert une enquête et entamé l’audition des témoins oculaires notamment.

BK/PON