La recomposition de la majorité présidentielle et d’autres sujets en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La recomposition de la majorité présidentielle et d’autres sujets en exergue

Dakar, 17 nov (APS) – La recomposition de la majorité présidentielle, survenue le 1er novembre, continue de préoccuper les quotidiens.
 
‘’Le grand brouillard’’, écrit EnQuête, selon lequel ‘’Macky Sall a brouillé toutes les pistes qui mènent vers l’élection présidentielle de 2024’’. 
 
‘’Certains vantent son génie politique, d’autres parlent d’un ‘infanticide’ contre son parti, alors que [d’autres encore] y voient une simple utilisation de l’appareil d’Etat pour pêcher, tels des poissons, quelques adversaires éprouvés par les rigueurs de l’opposition’’, ajoute le même journal, qui pose la question de savoir à quoi joue le président de la République.

Des analystes politiques interrogés par le journal répondent à la question.

Kritik’ considère Macky Sall comme un ‘’maître dans l’art de l’esquive’’ et un ‘’manœuvrier solitaire, qui avance ses pions sans état d’âme’’. 

Sa démarche, ajoute Kritik’, consiste à ‘’affaiblir l’adversaire, ne pas lui laisser un temps de répit, diviser ses rangs et recruter le maximum de personnalités possible’’.

Tribune, pour sa part, estime que Macky Sall a pris ‘’le chemin qui a perdu [Abdoulaye] Wade’’, son prédécesseur. ‘’Il risque de tomber dans ses propres pièges’’, avertit le même journal.

‘’Macky Sall recycle, sous prétexte de retrouvailles, des gens qui se dédisent (...) On peut dire qu’il est en train d’emprunter le chemin qui a perdu Wade’’, commente-t-il.

On apprend de L’Observateur qu’Idrissa Seck, l’un des nouveaux alliés du président de la République, nommé président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), a envoyé ‘’une mission de vérification’’ à cette institution et a retardé sa prise de fonctions.
 
‘’Idrissa Seck a fait interdire l’accès des locaux du CESE au DAF (directeur administratif et financier) et au DRH (directeur des ressources humaines) qui devaient faire le point [de la situation de l’institution] à ses collaborateurs’’, soutient dans L’Observateur son prédécesseur, Aminata Touré.

L’As annonce que le député Issa Sall, candidat à l’élection présidentielle de 2019, va créer un parti politique, son ‘’divorce’’ avec le Parti de l’unité et du rassemblement étant déjà ‘’presque acté’’. Des proches de M. Sall confient au journal qu’il se rapproche de la mouvance présidentielle.
 
Les quotidiens évoquent d’autres sujets, dont la gestion du Covid-19.

‘’Un succès sans frontières’’, écrit Le Quotidien, selon lequel l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne louent les efforts du Sénégal en matière de lutte contre la pandémie de coronavirus.
 
‘’Le Sénégal est un cas d’école dans la gestion du Covid-19 (…) Les ambassades de la France, de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne à Dakar ont unanimement salué la méthode sénégalaise, qui est un vrai miracle. Il faut (…) sauter de joie et savoir en même temps que les acquis restent très fragiles’’, écrit Le Quotidien.

Il fait allusion au bilan de la pandémie de Covid-19 au Sénégal, où 15.801 cas positifs, 329 décès et 15.421 patients guéris ont été recensés, selon le dernier bulletin du ministère de la Santé, un bilan nettement meilleur que ceux de nombreux pays touchés par cette maladie.

Le Témoin Quotidien relaye la mise en garde d’un ressortissant sénégalais vivant aux îles Canaries, concernant les vagues de migrants, dont des Sénégalais, qui arrivent dans cette partie du territoire espagnol. Il ‘’alerte le gouvernement du Sénégal et l’invite à prendre ses responsabilités, pour éviter une éventuelle chasse à l’homme…’’. En clair, une chasse aux migrants sénégalais, selon le journal.

Libération évoque également la migration irrégulière en annonçant qu’une pirogue transportant des migrants a pris feu au large du Cap-Vert. ‘’Des passagers grièvement brûlés’’, ajoute le journal, faisant état de ‘’plusieurs morts’’ sans autre précision. Soixante-cinq Sénégalais et un Gambien ont survécu à l’incendie de l’embarcation, selon Libération.

De Sud Quotidien on apprend que la mission d’information sur les inondations, menée par l’Assemblée nationale, a publié un rapport de 332 pages, selon lequel les inondations de cette année ont absorbé 1,8 milliard de francs CFA. Un financement destiné seulement aux ‘’contingences et urgences liées aux inondations’’, précise le journal. Et 762 millions de francs CFA, plus que le tiers du montant global, a été dépensé dans la région de Dakar.
 
WalfQuotidien est préoccupé par ‘’les émeutes de l’eau’’ à Diamalaye et Grand-Yoff (Dakar), dont les habitants ‘’ont donné de la voix’’, protestant devant un siège local de la société chargée de la distribution de l’eau. 

Source A évoque le litige foncier qui oppose les populations de Ndingler (région de Thiès) au groupe avicole Sedima. ‘’Une chose est sûre : nous ne sommes pas prêts à céder nos terres’’, soutient le chef du village de Ndingler.
 
Le Soleil s’est entretenu avec le nouvel ambassadeur de la Chine au Sénégal, Xiao Han, qui déclare que ‘’la coopération pragmatique sino-sénégalaise ne cesse de s’étendre et de s’approfondir’’.

ESF/ASG