La radiation de l’inspecteur des Impôts Ousmane Sonko en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La radiation de l’inspecteur des Impôts Ousmane Sonko en exergue

Dakar, 30 août (APS) - L’annonce de la radiation de l’inspecteur des Impôts et Domaines Ousmane Sonko, accusé d’avoir failli à son obligation de réserve, est le sujet le plus en vue dans la livraison de mardi de la presse quotidienne.
 
Le leader du parti Patriotes du Sénégal pour la transparence, l’éthique et la fraternité (PASTEF, opposition) "a été révoqué, hier (lundi), de la Fonction publique", annonce le quotidien national Le Soleil, citant un décret signé par le chef de l’Etat, Macky Sall.
 
"La décision rendue publique hier intervient sur proposition du conseil de discipline de la Fonction publique", précise le journal. Elle signe "la fin de la procédure de discipline engagée contre l’inspecteur des Impôts et Domaines et président du parti politique PASTEF/Les Patriotes", souligne L’As.
 
Suite à sa première audition, le chef de l’Etat "a accéléré la cadence en révoquant l’inspecteur des Impôts et Domaines pour +manquement à son obligation de discrétion professionnelle", indique le journal Le Quotidien, affichant : "Sonko hors domaines".
 
Il "a été radié de la Fonction publique pour avoir eu des positions contraires au règlement, selon les autorités. Cependant, dans le décret signé par le président Macky Sall, il est indiqué que ses droits à une pension seront préservés", note L’As.
 
"Après sa suspension jugée +illégale+ par Ousmane Sonko et ses avocats, l’Etat a franchi le pas en révoquant, sans la suspension de ses droits, l’inspecteur des Impôts", rapporte le quotidien La Tribune.
 
"Macky réussit son …Ko", indique L’Observateur. "Ousmane Sonko décapité", tranche Le Témoin Quotidien à sa Une, avant d’écrire, dans ses pages intérieures : "Absent du pays, Macky liquide Ousmane Sonko et donne ses raisons".
 
Cet inspecteur des Impôts est "devenu l’ennemi public numéro un et l’homme à abattre avec ses sorties et graves révélations contre le régime en place", au point qu’il soit présenté "comme l’un des principaux opposants de Macky Sall", ajoute Le Témoin quotidien.
 
Les quotidiens, pour la plupart, annoncent par ailleurs que M. Sonko compte attaquer le décret présidentiel devant la Cour suprême. Il dit n’être "pas prêt à se laisser abattre", dans des propos rapportés par La Tribune.
 
Les avocats de Sonko "vont attaquer la décision qui, à les en croire, est entachée d’irrégularités", signale aussi Libération. Il reste que cette décision "n’a pas surpris le leader de PASTEF qui ne cesse d’accuser le chef de l’Etat de +tentative de liquidation d’un adversaire politique+".
 
Cette sanction "est à la mesure de la gravité de la faute", réagit Me Oumar Youm, directeur de cabinet du président de la République, à la Une de l’Observateur. Ce journal souligne dans le même temps que l’opposition "s’érige en bouclier et lance l’opération +Wallu Senegaal+".
 
Déjà, à la Une de Sud Quotidien, l’ancien député Doudou Wade, membre du comité directeur du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) juge que cette radiation "est un acte illégal, politique, pour liquider quelqu’un".
 
Le président du parti Les démocrates réformateurs/Yessal, Modou Diagne Fada, renchérit en première page du même journal : "Je n’ai jamais assisté à la radiation d’un haut fonctionnaire pour ses opinions".
 
 

BK/ASB