La politique revient en force dans les quotidiens
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La politique revient en force dans les quotidiens

Dakar, 25 oct (APS) - Divers sujets sont au menu des quotidiens parvenus vendredi à l’APS, parmi lesquels les perspectives faisant état de la gestation d’un nouveau cadre de l’opposition.

’’Nouveau front dans l’opposition’’, annonce par exemple le journal Le Quotidien à sa Une. ’’Idy, Issa Sall, Madické, Gackou, Pape Diop et Hadjibou font bande à part’’, indique cette publication.
 
’’C’est dans un contexte de retrouvailles Wade-Macky que les camps se multiplient dans l’opposition. Trois des quatre candidats malheureux à la dernière présidentielle peaufinent un +cadre de concertation+. Il s’agit de Idrissa et ses alliés Gackou, Pape Diop et Hadjibou Soumaré, Madické Niang et Issa Sall. Sonko, lui, a choisi sa coalition Jotna’’, écrit Le Quotidien.
 
’’Une grande alliance en gestation avec Idy et Cie’’, annonce également Vox Populi. Il estime que cette branche de l’opposition sénégalaise ’’semble sortir de sa torpeur’’ et ’’est en passe de mettre en place une grande alliance politique pour faire face au pouvoir de Macky Sall."
 
Tribune note que là où le Congrès de la renaissance démocratique (CRD) ’’cogne’’ au sujet de situation politique et économique du Sénégal, ’’Idy-Gackou et Cie manœuvrent."
 
S’agissant des perspectives de "décrispation" du champ politique suite à la dernière présidentielle de février, Sud Quotidien pointe ’’le double jeu de Macky (Sall)’’. 
 
’’Plus de huit mois après une présidentielle dont les résultats ont été validés et acceptés à contrecœur par son opposition, le président Macky Sall qui a rempilé à la magistrature suprême pour un autre bail de cinq années cette fois, s’est engagé dans une initiative de décrispation d’un champ politique tendu, en facilitant ses retrouvailles avec Me Abdoulaye Wade et en accordant une grâce présidentielle à l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall’’, rappelle le journal.
 
Il ajoute : ’’A contrario, toute une procédure de musèlement est enclenchée contre l’un de ses plus farouches opposants, en l’occurrence Ousmane Sonko, arrivé troisième à la dernière présidentielle avec 15,67% de suffrages exprimés". 
 
"Suffisant pour pousser certains esprits à se demander si Macky Sall n’est pas dans le double jeu face à une opposition qui peine vraisemblablement à se relever des coups subis avant, pendant et après le scrutin de février 2019’’, conclut le même journal.
 
Enquête également pointe "les calculs’’ du président Sall à travers l’idée du couplage des locales et des législatives en 2022, émise au lendemain de la présidentielle par Me Aïssata Tall Sall, une alliée du camp du pouvoir.
 
’’Macky Sall, seul maître du jeu, a les coudées franches pour dérouler son agenda’’, relève le journal, avant d’ajouter : ’’Alors que le spectre d’un troisième mandat du président Macky Sall prend progressivement forme, le report des élections législatives, passé sous silence par la classe politique, présage d’un couplage des élections locales et législatives en 2022."
 
Walfquotidien évoque pour sa part ’’la tentation du troisième mandat", contre laquelle la conférence des leaders du Congrès pour la renaissance démocratique (CRD) annonce que "le peuple se dressera’’.
 
Les quotidiens reviennent aussi sur les suites de la "fatwa" prononcée par le khalife général des mourides contre Sokhna Aïda Diallo, une des veuves du défunt guide des "thiantacounes".
 
’’Le khalife absout Aïda Diallo’’, cette dernière ayant fait son mea culpa et "sollicité la mansuétude du guide spirituel des mourides’’, selon Enquête. Vox Populi, de son côté, note que le khalife "pardonne à Sokhna Aïda Diallo et lui demande de se garder à jamais de poser des +actes prohibés par l’islam et en déphasage avec les enseignements de Serigne Touba+’’.
 
Kritik’ laisse entendre que dans cette affaire, ce qui serait en cause, c’est l’héritage de Cheikh Béthio Thioune, d’où sa manchette : ’’Les comptes bancaires, le commun diviseur ?"
 
En attendant, Sokhna Aïda Diallo ’’se bunkérise’’, elle qui disputait au fils aîné de son défunt époux le khalifat des ’’thiantacounes’’, dont l’accession à cette stature a été bénie par le khalife des mourides.
 
Libération affirme même qu’elle ’’prend le chemin de l’exil’’. Selon le journal, Sokhna Aïda Diallo ’’a décidé de quitter le Sénégal à la fin de la semaine pour une destination inconnue’’, manière, selon le journal, de ’’se faire oublier."

BK/ASG