La politique et l’élection des hauts conseillers territoriaux à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La politique et l’élection des hauts conseillers territoriaux à la Une

Dakar, 1er sept (APS) - L’élection, dimanche, des membres du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT), contribue à mettre davantage en exergue les sujets politiques dans la livraison de jeudi de la presse quotidiennne.
 
"De fortes menaces planent sur le scrutin du HCCT qui va se tenir dimanche. La coalition And Taxawu Dakar menace de boycotter le dit scrutin. Khalifa Sall et ses partisans l’ont dit hier", mercredi, rapporte walfquotidien.
 
Ils "soupçonnent une vaste entreprise de fraude et d’achats de conscience en raison du refus des autorités de leur remettre le fichier électoral de Dakar riche de 1.098 électeurs en y soustrayant les conseillers décédés" ou "partis à La Mecque", explique le journal.
 
"Le camp de Khalifa (Sall) dénonce une vaste fraude", affiche Le Populaire, selon lequel les partisans du maire de Dakar "agitent une menace sur la tenue du scrutin dans la capitale en cas de +non respect+ du Code électoral".
 
"Taxawu Dakar menace d’empêcher la tenue du scrutin dans le département" de Dakar, note également le quotidien L’As. Il précise que son mandataire "s’est rendu à la Direction générale des élections et à la préfecture pour avoir le fichier en vain".
 
En conséquence, écrit ce journal, "Khalifa Sall et compagnie ont saisi la Commission électorale nationale autonome (CENA) et la Commission électorale départementale autonome (CEDA) pour leur demander de prendre (leurs responsabilités), sinon il n’y aura pas d’élection à Dakar". 
 
"Khalifa et ses partisans exigent la publication du fichier électoral", indique La Tribune, évoquant dans ces conditions de possibles "troubles électoraux". "L’élection des membres du Haut conseil des collectivités territoriales pourrait bien virer au pugilat au niveau du département de Dakar", fait observer le commentateur du journal.
 
Il reste que le HCCT "va renforcer notre démocratie", assure le président de la République, Macky Sall, dans des propos tenus aux Sénégalais de Chine où il se trouve en déplacement. 
 
Selon Le Soleil reprenant une dépêche de l’APS, le président Sall rencontrait la communauté sénégalaise vivant à Guangzhou, en présence de l’ambassadeur du Sénégal en Chine, le général Abdoulaye Fall.
 
Dans le même temps, l’opposition au président Sall "fait monter la pression", selon la formule du quotidien La Tribune. Ce journal annonce que les adversaires du chef de l’Etat sénégalais comptent dévoiler ce jeudi un plan d’action contre le pouvoir.
 
"Après une première réunion tenue lundi, quelques heures après la radiation de l’ex-inspecteur des Impôts Ousmane Sonko, les leaders de l’opposition se retrouvent aujourd’hui pour finaliser le plan d’actions de l’initiative +Wallu Sénégal+", fait savoir le journal.
 
"Ils comptent croiser le fer avec le président de la République pour, disent-ils, dénoncer les dérives du pouvoir", ajoute Le Témoin quotidien. Cela fait que Macky Sall se retouve "entre deux feux", relève de son coté Sud Quotidien, pointant une "dynamique unitaire de l’opposition et de la société civile".
 
"De plus en plus, l’on constate une sorte de synergie entre acteurs politiques de l’opposition et/ou ceux de la société civile pour se liguer contre certains actes posés par l’actuel régime", analyse le journal.
 
"Macky Sall veut bâillonner les fonctionnaires" soutient pour sa part l’inspecteur des Impôts et Domaines Ousmane Sonko, dont les propos font la Une du quotidien L’Observateur qui lui donne la parole suite à sa révocation de la Fonction publique. Il est accusé d’avoir failli à ses obligations de "discrétion professionnelle".
 
Selon M. Sonko, "le combat contre le pouvoir en place n’est plus uniquement le sien, mais celui de tout un peuple. Et il se mènera face à un régime qui utilise l’Etat comme un moyen de domination et de contrainte".
 
 
 

BK/PON