La marche de l’opposition et d’autres sujets en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La marche de l’opposition et d’autres sujets en exergue

Dakar, 13 oct (APS) - Les quotidiens parvenus jeudi à l’APS traitent principalement de la marche annoncée de l’opposition, suscitée par la polémique sur le pétrole et le gaz, sujet qui fait les choux gras de la presse ces derniers jours.
 

Le Front pour la défense du Sénégal/Mankoo Wattu Sénégal (FDS/MWS) "a maintenu sa marche du 14 octobre prochain", initiative par laquelle il "compte engager une série d’actions de défense des intérêts du Sénégal", en relation avec la polémique sur le pétrole et le gaz, rapporte L’Observateur.
 
Celle-ci est partie d’allégations de l’opposition sénégalaise sur le rôle présumé d’Aliou Sall, maire de Guédiawaye (banlieue dakaroise) et frère du président Macky Sall dans l’installation et les opérations de Pétro Tim au Sénégal. 
 
Aliou Sall, indexé par l’opposition et la Société civile, serait au centre d’une "nébuleuse" dans la filière du pétrole et du gaz trouvés au Sénégal. Ces allégations ont amené l’homme d’affaires Frank Timis, président-directeur général de Timis Corporation, à porter plainte contre 11 personnalités sénégalaises.
 
Selon Le Quotidien, "les personnalités de l’opposition visées par la plainte de Frank Timis persistent dans leurs position" et "voient dans la sortie de l’homme d’affaires roumain, une exécution des menaces proférées récemment par le Premier ministre".
 
"L’opposition ne se courbe pas à Timis", affiche ainsi ce journal. Enquête de noter dans la même perspective que le Front pour la défense du Sénégal/Mankoo Wattu Senegaal "a décidé de braver toute interdiction par les autorités étatiques de sa marché prévue le vendredi 14 octobre 2016".
 
"Comme si elle était dopée par les menaces de Frank Timis, la coalition Manko Wattu Senegaal se dit prête au combat. Elle affine ses plaintes qu’elle compte déposer contre Alou Sall, Frank Timis, etc.", écrit Le Témoin quotidien.
 
Le Populaire signale de son côté que "l’opposition enfonce le clou dans l’affaire Petro Tim" et argumente : "Timis ne maîtrise pas ce dossier, il y a trop de contrevérités dans ce qu’il dit".
 
La Tribune annonce que cette marche décidée par l’opposition "a été autorisée avec une modification de l’itinéraire afin de permettre à ceux qui le désirent de vaquer à leurs occupations". "L’opposition dont les ardeurs sont dopées par la marche de demain, n’aura pas à braver les forces de sécurité pour effectuer sa marche unitaire", ajoute ce journal. 
 
L’As se fait l’écho d’une sortie du garde des Sceaux, en forme de mise en garde à l’opposition. "Il ne faut pas embraser le Sénégal", déclare le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, à l’endroit des opposants. 
 
Il assure que "le pétrole servira à booster le développement en assurant la formation des jeunes", d’où son appel à la classe politique en général et à l’opposition en particulier, invitée "à épargner le Sénégal de la malédiction du pétrole, en se gardant (sur ce sujet) de faire des déclarations (…) qui pourraient enflammer le pays".
 
Aussi des quotidiens comme le Soleil annoncent-ils la création d’un comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (COS-PETROGAZ) dont la mission sera d’assister le chef de l’Etat "dans la définition, la supervision, l’évaluation et le contrôle".
 
Il sera composé du Premier ministre, du ministre en charge de l’Energie, du ministre de l’Industrie et des Mines, entre autres, des représentants d’institutions de la République ainsi que d’autres structures intervenant dans la secteur de l’énergie, précise Le Soleil.
 
"Toutefois, en dehors des acteurs, +le président de la République peut inviter aux travaux du COS-PETROGAZ toute personne ou compétence utile à la réalisation de ses missions+", relève le journal. Cette précision n’empêche pourtant pas Le Témoin d’afficher : "Macky Sall zappe la société civile et l’opposition" du COS-PETROGAZ.
 
De cette manière, le président de la République "rate l’occasion de décrisper la tension notée dans ce pays" sur ce sujet, commente le même journal, selon qui Macky Sall avait l’occasion de faire montre de sa volonté "d’associer dans une démarche de transparence toutes les forces vives de la nation dont la société civile et l’opposition restent des segments importants".
 
BK/PON