La justice et la nationalité des anciens présidents en exergue dans les quotidiens
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La justice et la nationalité des anciens présidents en exergue dans les quotidiens

Dakar, 8 août (APS) – Les quotidiens reçus lundi à l’APS traitent de sujets liés à la justice à travers la dernière assemblée générale de l’Union des magistrats du Sénégal (UMS) et le surpeuplement dans les prisons sénégalaises et les confidences de Macky Sall sur la nationalité de ses prédécesseurs .

Le Soleil s’intéresse à l’Assemblée générale de l’Union des magistrats du Sénégal (UMS), qui s’est tenue ce week-end en reprenant les assurances du ministre de la Justice, Sidiki Kaba, qui déclare : ‘’Nous avons une justice de qualité’’.


Le ministre a également annoncé que le Sénégal disposera bientôt d’une Ecole de la magistrature à Diamniadio pour un coût de 2 milliards de francs Cfa, rapporte encore Le Soleil. Le journal souligne que l’UMS, au cours de son AG, a décidé de défendre l’indépendance de la justice ‘’et surtout [de] ne point céder à aucune menace, ni injonction’’.


Au sujet de l’UMS toujours, Le Témoin quotidien titre : ‘’Les magistrats défient le pouvoir’’. ‘’Le président de l’UMS, Maguette Diop, a assuré lors de leur assemblée générale ordinaire (…) que les magistrats ne céderont à aucune pression, aucune injonction encore moins de menaces dans l’exercice de leurs fonctions.’’


Le quotidien L’As note que cette Assemblée générale ‘’a été une belle tribune pour le président de l’UMS de rappeler à l’ordre les pourfendeurs des magistrats et de la justice’’. ‘’Se faisant menaçant, il soutient que l’UMS va s’ériger en bouclier contre toute tentative de diabolisation de la justice. Par ailleurs, il a exhorté ses collègues au renforcement de l’indépendance de la justice’’, écrit L’As.


Pour Le Quotidien, ‘’l’UMS a sorti une ordonnance pour mettre fin aux attaques dirigées contre les magistrats. Ce sera désormais œil pour œil pour arrêter la diabolisation des juges’’.


S’agissant de la Justice toujours, Enquête ouvre un dossier sur les longues détentions préventives et les dossiers en souffrance sous le titre : ‘’L’injustice de la justice’’.


‘’Sans ambages, avocats et militants des droits de l’homme déclarent que 50% des personnes placées sous mandat de dépôt ne devraient pas l’être. Les robes noires dénoncent ces placements +quasi-systématiques+. Il s’y ajoute les centaines de dossiers en souffrance’’, souligne le journal.


Et d’ajouter : ‘’L’administration pénitentiaire, dans son rapport, rendu public en mars 2015, a fait état de 428 détenus provisoires ayant purgé 3 ans en prison, et attendant de connaître leur sort. La même année, la population carcérale a été évaluée à 36 028 dans les 37 prisons du Sénégal’’.


Dans le journal, un inspecteur de l’administration confie : ‘’D’après les statistiques, on constate que nos prisons sont plus remplies de détenus provisoires que de condamnés. Les personnes en attente de jugement sont plus nombreuses que celles déjà jugées’’.


Dans sa livraison du jour, Le Quotidien livre ‘’les confidences’’ du président de la République sur la nationalité de ses prédécesseurs. ‘’Macky valide Diouf et recale Wade’’. ‘’Le président de la République s’est prononcé sur le débat sur la nationalité du candidat à la présidentielle. Devant ses alliés de Bennoo Bokk Yaakaar (BBY), il a opposé les cas de Abdou Diouf et de Abdoulaye Wade qui, selon lui, auraient dirigé tous les deux le pays en ayant des statuts différents’’, écrit le journal.


‘’Macky Sall a affirmé à ses interlocuteurs que son prédécesseur (Abdoulaye Wade) n’a jamais renoncé à sa nationalité française. Et mieux, c’est en tant que citoyen français que Me Wade résiderait en France’’, ajoute Le Quotidien. Au cours de la même rencontre, Macky Sall a révélé avoir reçu du président Diouf sa carte de séjour en France ainsi que celle de son épouse.

OID/ASG