La démission du juge Dème et le rappel à Dieu de ’’Diop le maire’’ en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La démission du juge Dème et le rappel à Dieu de ’’Diop le maire’’ en exergue

Dakar, 27 mars (APS) - Plusieurs sujets d’actualité font le menu de la livraison de mardi de la presse quotidienne, parmi lesquels la démission du juge Ibrahima Dème de la magistrature semble avoir l’écho le plus retentissant.

’’Charivari dans la magistrature", affiche L’Observateur au sujet du magistrat démissionnaire, dont il cite un extrait de la lettre de démission. "Je démissionne d’une magistrature qui a démissionné", écrit ainsi l’intéressé.

"C’était dans l’air du temps, l’on sentait venir, sans savoir quand cela allait se faire", écrit L’Observateur en évoquant le départ du juge de la magistrature. Ibrahima Dème "a ensuite interpellé ses collègues sur le mal profond qui ronge la magistrature, ruine le peuple sénégalais", ajoute le même journal.

"Le juge Ibrahima Dème claque la porte et accuse", souligne Walfquotidien. "Tout le monde se rappelle sa fracassante démission du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), l’instance qui décide de la carrière des juges et des procureurs", avance le journal.

"C’était pour s’insurger contre le manque d’indépendance de la justice et son acte d’alors, perçu par le pouvoir comme un défi à l’autorité, lui avait valu une affectation punitive", écrit le journal.

Et d’ajouter : "Cette fois, constatant que le régime de Macky Sall continue de s’illustrer de fort belle manière dans les mêmes travers, le magistrat Dème va au-delà de la simple démission du CSM. Il quitte définitivement la magistrature, comme en atteste" sa lettre de démission.

"Réquisitoire magistral", renchérit le journal Le Quotidien, au sujet de ce message adressé par le juge Dème également à ses compatriotes et dans lequel il "fait état d’une justice qui vit +une crise sans précédent+ et +qui a perdu sa crédibilité et son autorité+".

Walfquotodien note qu’au passage, le juge Dème, avocat général à la Cour d’appel de Dakar, dénonce par ailleurs "la gestion du pays" et déplore "la crise morale qui le traverse actuellement".

"Même si de par ses convictions, il était à l’étroit au temple de Thémis, Ibrahima H. Dème a été poussé à la démission par l’attitude du procureur général de Dakar", au sujet d’un mémoire d’appel concernant un présumé terroriste relaxé, croit savoir le quotidien L’As.

"Le parquet de la Cour d’appel voulait faire un appel et l’avocat général Ibrahima Hamidou Dème a été chargé de faire le mémo d’appel. Mais puisqu’il n’avait pas d’éléments factuels pour motiver, il ne l’a pas réussi suscitant ainsi le courroux du procureur général Lansana Diabé", écrit le journal.

Enquête, Sud Quotidien, Le Témoin quotidien, Tribune, tous reviennent sur la démission du juge Dème mais évoquent aussi le rappel à Dieu de l’ancien maire de Dakar, Mamadou Diop, à l’âge de 82 ans.

"Ancien maire, ancien député, ancien ministre, avocat général, M. Diop a consacré plus de 60 ans de sa vie au service de l’Etat", rappelle le journal Le Quotidien. "La République perd un de ses meilleurs serviteurs", confirme Le Témoin quotidien.

Tribune signale que "Dakar perd son +maire+", "maire honoraire", précise L’As. Enquête salue pour sa part, la mémoire d’un "administrateur né", considéré par le journal comme le "premier +vrai+ magistrat de la ville de Dakar, depuis l’Acte II de la décentralisation".

"Champion de la décentralisation, ministre, député, intellectuel, politique, professeur et ancien maire de Yoff", une commune d’arrondissement de la capitale, Mamadou Diop sera inhumé aujourd’hui", mardi, précise Enquête.

Le Soleil, sur un tout autre sujet, annonce que le gouvernement a satisfait "six des sept revendications" du syndicat des médecins, qui "tournent la page" de la grève, selon Sud Quotidien.

"Le gouvernement a apporté des réponses concrètes aux revendications relatives aux indemnités, aux prêts DMC, aux prêts pour les équipements, au relèvement de l’âge de la retraite à 65 ans, entre autres", détaille Le Soleil.

"Les patients sénégalais peuvent désormais pousser un ouf de soulagement", après l’annonce de la suspension du mot d’ordre de grève du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (SAMES), note Sud Quotidien, précisant que "la reprise du travail par les blouses blanches est prévue" mercredi au lieu de jeudi.

BK/SBS