La COVID-19 et les contaminations dites communautaires en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La COVID-19 et les contaminations dites communautaires en exergue

Dakar, 10 août (APS) - Les craintes relatives à une possible explosion des contaminations à la COVID-19 est un des sujets les plus en vue dans la livraison de lundi des quotidiens dont plusieurs s’intéressent également à la commémoration de la Journée nationale de l’arbre.

Les autorités sanitaires et politiques avaient prévenu quant à un possible regain des contaminations à la COVID-19 avec l’intensification des déplacements de populations en lien avec la Tabaski, la grande fête musulmane commémorée le 31 juillet dernier.
 
"Dégâts d’une Tabaski communautaire", note à ce sujet le quotidien Tribune, lequel accrédite ces craintes en rappelant que 266 contaminations dites communautaires ont été enregistrées au Sénégal en 4 jours pour 14 décès.
 
Moins de dix jours après la célébration de la grande fête musulmane, "le Sénégal connaît une explosion des contaminations. Entre autres raisons qui avaient poussé les autorités à remettre les mesures restrictives en place pour contrer le virus", souligne le journal.
 
"La Tabaski fait exploser la COVID-19", constate L’As. "Depuis la Tabaski, signale ce journal, on a noté une explosion des cas communautaires qui touche la quasi-totalité des régions avec comme point d’orgue près de 200 cas communautaires en seulement 48 heures".
 
La conséquence, c’est que la propagation du coronavirus "a atteint une vitesse de croisière" au Sénégal, où la transmission communautaire de la maladie "constitue une grande menace", "même si le taux de létalité reste encore faible".
 
"Plus de 10 régions infectées", note le journal Le Quotidien, lequel évoque en particulier "un dimanche noir’’ ce week-end "avec 113 cas communautaires recensés" à travers le territoire sénégalais. 
 
"Ce record de personnes touchées via cette transmission montre une nouvelle fois la gravité de la situation qui risque d’échapper à tout contrôle si la chaîne de contamination n’est pas rompue dans les prochaines semaines", prévient le même journal.
 
L’Eglise, en ce qui la concerne, "demande aux fidèles de rester chez eux", rapporte Vox Populi, qui annonce qu’il n’y aura, par exemple, "pas de grand rassemblement pour la fête de l’Assomption du 15 août". 
 
Le journal reprend en première page les extraits des termes d’un communiqué de la Conférence épiscopale du Sénégal : "Ce qui prime, c’est la vie et la santé des personnes qu’il ne faut pas mettre en danger".
 
Ce que retient L’Observateur au sujet de la situation actuelle de la pandémie, n’est pas pour rassurer, le journal estimant la bataille de la communication perdue par le président Macky Sall.
 
"De l’assouplissement à la levée des mesures de l’état d’urgence aux polémiques sur la fiabilité des tests ou des vrais chiffres de la propagation, la stratégie incohérente contre la COVID-19 n’a jamais aidé les populations à prendre la maladie au sérieux".

Surtout que "maintenant les propos du président de la République se trouvent "en totale contradiction avec ses adresses passées", selon L’Observateur.
 
Dans la rubrique divers de cette actualité liée à la COVID-19, Libération revient sur le viol présumé d’une malade par un volontaire de la Croix-Rouge, à l’hôtel Novotel de Dakar, où étaient suivis certains cas dits asymptomatiques. 
 
Le journal parle d’une "déposition explosive" de la victime présumée dont elle cite des extraits des déclarations : "J’avais peur, personne ne pouvait m’entendre à cause des portes blindées. Je résistais mais…"
 
Dans ce contexte lourd d’inquiétudes, la Journée nationale de l’arbre est la bienvenue pour changer l’actualité liée à la COVID-19 et apporte fraîcheur et espoir dans un contexte de chaleur hivernale.
 
"Macky en mode écolo", lors de la Journée nationale de l’arbre commémorée dimanche à Diamniadio, avec comme enjeu selon Kritik’ : "rehausser le niveau de couverture végétale du Sénégal qui, après de longues années de sécheresse, fait face à une déforestation inouïe". 
 
"On ne parle presque plus de feux de brousse car dans une grande partie du pays, il n’y a plus de savane, encore moins de forêts", relève le même journal. 
 
"Virage écologique", annonce Sud Quotidien, en allusion à une réforme du code de l’urbanisme et du code de construire annoncée par le chef de l’Etat à l’occasion de cette journée de commémoration de l’arbre. 
 
Le Soleil précise qu’à la faveur de cette réforme, le permis de construire "sera assujetti à l’obligation de planter des arbres". "Plaidoyer de Macky pour des villes vertes", affiche le quotidien l’Info. Grand Place renchérit également à sa Une : "Le plan de Macky pour un Sénégal vert".
 
"Pour redonner un visage vert aux villes sénégalaises colonisées par le bâti, le président de la République, Macky Sall, prévoit d’inscrire dans les codes de la construction et de l’urbanisme une obligation de planter des arbres", indique le quotidien Enquête.
 
 
 
 
 

BK