L’univers carcéral toujours en vedette
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

L’univers carcéral toujours en vedette

Dakar, 22 sept (APS) – Le milieu carcéral préoccupe toujours les quotidiens reçus jeudi à l’APS après la mutinerie qui a causé mardi la mort d’un détenu, à la prison centrale de Dakar.
 



Enquête ouvre sur ‘’la situation explosive dans les prions sénégalaises’’, en titrant : ‘’L’Etat et ses contradictions’’.


‘’La construction de nouvelles prisons est l’une des options prises par l’Etat pour désengorger les établissements pénitentiaires. Mais celle-ci semble avoir pris du plomb dans l’aile. Le gouvernement a aussi initié une réforme du Code pénal et du Code de procédure pénale qui peine à aller à son terme’’, écrit la publication.


‘’Cette volonté de soulager les détenus se heurte aussi à des écueils que sont la Loi Latif Guèye (sur la répression de la drogue) et les mandats de dépôts systématiques qui sont très critiqués (…)’’, souligne le journal qui estime que le gouvernement ‘’a du pain sur la planche’’.


L’As signale qu’après Rebeuss, ‘’Thiès se révolte’’ contre les longues détentions préventives. Citant des sources, le journal fait état d’une ‘’grève de la faim observée par certains prisonniers pour dénoncer les longues détentions préventives’’. Abondant dans le même sens, La Tribune titre : ‘’La MAC de Thiès sur les traces de Rebeuss’’.


De son côté, Le Populaire titre : ‘’Ce que risquent les mutins de +100+ (Rebeuss)’’. ‘’Ils vont être présentés au Procureur ou devant
le Juge d’instruction pour de nouvelles inculpations ; ils pourraient être poursuivis pour associations de malfaiteurs, tentative d’évasion, coups et blessures volontaires, mutinerie en lieu de détention…’’, informe le journal.


L’Observateur signale que le procureur de la République a ouvert une ouverte sur la mutinerie de Rebeuss. Serigne Bassirou Guèye, qui s’est entretenu avec L’Obs, déclare entre autres : ‘’Les mandats de dépôt ne sont pas systématiques ; une détention, longue ou non, ne peut pas concerner le parquet ; un projet de loi sur les chambres criminelles est ficelé’’.


Dans sa livraison du jour, Libération relève que 5 mois après le scandale d’évasion fiscale à grande échelle dit ‘’Panama papers’’, ‘’les +Bahamas leaks+ touchent le Sénégal’’. Ces documents portent sur 175 480 structures offshore enregistrées dans ce paradis fiscal des Caraïbes entre 1990 et 2016.


Ce nouveau scandale a encore été mis au jour par le Consortium international des journalistes d’investigation (CIJI). Libération signale que les documents confidentiels laissent apparaître les noms de plusieurs structures étrangères basées au Sénégal mais aussi l’existence de liens entre des sociétés offshore et des hommes d’affaires.


Après la déclaration du Premier ministre sur les contrats pétroliers, Le Soleil souligne que ces contrats ont été publiés sur le site du gouvernement commis promis par Mahammed Boune Abdallah Dionne.

OID/ASG