L’ouverture officielle de l’AIBD au menu des quotidiens
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

L’ouverture officielle de l’AIBD au menu des quotidiens

Dakar, 8 déc (APS) - Les quotidiens parvenus vendredi à l’APS reviennent principalement sur l’ouverture officielle de l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diass.
 
"Ravi d’inaugurer l’aéroport international Blaise Diagne qu’il considère comme un joyau infrastructurel, le président Macky Sall a dit son ambition d’en faire un hub aérien et un pôle d’opportunités économiques", rapporte Tribune.
 
"C’est le Sénégal qui prend son envol", affiche le quotidien national Le Soleil, citant le chef de l’Etat sénégalais, qui a présidé jeudi la cérémonie officielle d’ouverture de ce nouvel aéroport international sénégalais, en présence de trois de ses homologues africains.
 
Il s’agit du président gambien Adama Barrow, du chef de l’Etat gabonais Ali Bongo Ondimba et du président bissau-guinéen José Mario Vaz.
 
"Une belle fête, mais que de ratés", affiche Le Témoin quotidien, selon lequel si la cérémonie d’inauguration de l’AIBD "a été riche en couleurs, hélas elle a été marquée par beaucoup de couacs, une grande désorganisation et beaucoup d’amnésie".
 
"Un moment riche en sons et couleurs", estime pour sa part Sud Quotidien, qui écrit : "L’armée a gratifié les officiels et l’assistance d’une bonne prestation avec un défilé d’aéronefs et une belle parade de commandos".
 
La star de la musique sénégalaise "Youssou Ndour, de son côté, a gratifié l’assistance d’une +bonne+ musique. Le tout, sous le regard des populations venues nombreuses prendre part à la cérémonie", ajoute le même journal.
 
"Diass dans l’air du temps", affiche L’Observateur, en référence à la nouvelle dimension que devrait prendre le village abritant le nouvel aéroport, à environ 40 km au sud-est de Dakar. "C’est l’aéroport de tout le Sénégal", précise toutefois Macky Sall dans des propos rapportés par ce journal.
 
Le président Macky Sall "en a profité pour rendre hommage à l’ancien président Abdoulaye Wade qui avait entamé le chantier ainsi que ses deux autres prédécesseurs pour la pierre qu’ils ont apportée à l’édification du Sénégal", rapporte L’As.
 
Sur ce point précis, Sud Quotidien relève que pour le chef de l’Etat sénégalais, "l’importance n’est pas de spéculer sur la paternité d’une infrastructure, car l’Etat étant une continuité, tout projet engagé par un dirigeant, peut être achevé par son successeur".
 
"Macky enrobe Wade", estime le journal Le Quotidien, signalant l’hommage du président à ses prédécesseurs, "de +Léopold Sédar Senghor à Abdoulaye Wade en passant par le président Abdou Diouf+".
 
"Abdoulaye Wade l’a commencé et nous l’avons continué jusqu’à finition. Mais nous avons dû procéder à quelques redressements, les projets d’Etat sont une continuité", déclare le président Sall dans des propos rapportés par Enquête.
 
Libération, également, ne perd pas de vue cet hommage de l’actuel président à ses prédécesseurs. Tribune retient que plutôt qu’un hommage Macky Sall "banalise" surtout Me Wade.
 
"Avec l’aéroport international Blaise Diagne, Macky Sall a fini par noyer Abdoulaye Wade dans un concert œcuménique qui a pour nom +continuité de l’Etat", écrit le commentateur de Tribune.
 
Il ajoute qu’en "rappelant les contributions des anciens présidents et de tous les Sénégalais à l’émergence de cette infrastructure aéroportuaire, le président de la République relativise du coup l’engagement décisif de son prédécesseur, sans qui l’AIBD de Diass ou Keur Massar serait peut-être encore dans les cartons du couple Senghor-Diouf". 
 
Walfquotidien retient principalement que "Tanor et Niasse ravalent leurs vomissures" et "s’extasient devant +l’éléphant blanc+ de Wade", en allusion à certaines railleries contre l’ancien président dont certains des projets étaient jugés irréalisables.
 
"A la pose de la première pierre de l’aéroport international Blaise Diagne, Ousmane Tanor Dieng et Moustapha Niasse", actuellement présidents respectivement du Haut conseil des collectivités territoriales et de l’Assemblée nationale, "avaient, dans une mortelle ironie, raillé ce qu’ils considéraient comme un +éléphant blanc+ de Me Abdoulaye Wade", rappelle le journal.
 
"Ce jeudi (à l’occasion de l’inauguration de l’AIBD), leur exaltation a été à la mesure de leurs acerbes critiques. Laudateurs, les deux anciens compères du Parti socialiste l’ont été à l’inauguration dudit aéroport", juge Walfquotidien.
 
Sur un tout autre sujet, Enquête annonce que Khalifa Sall se dirige vers un procès, après le rejet de sa caution par le doyen des juges, dans l’affaire qui lui vaut d’être maintenu en détention préventive depuis le 7 mars dernier, pour des malversations présumées portant sur 1,8 milliard de francs CFA.

’’Le doyen des juges d’instruction a rendu hier une ordonnance de renvoi en jugement correctionnel contre tous les inculpés pour les infractions initialement retenus contre eux. Khalifa Sall n’a pas non plus obtenu une annulation de procédure, puisque sa requête a été déclarée irrecevable par la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar’’, fait savoir Enquête.

Si l’on en croit L’Observateur, le procureur devrait enrôler le dossier de l’édile de Dakar ’’dans les prochaines heures’’. 

BK/PON