L’OIM annonce une campagne d’information sur l’émigration irrégulière
APS
MONDE-SENEGAL-MIGRATIONS

L’OIM annonce une campagne d’information sur l’émigration irrégulière

Dakar, 13 mars (APS) - L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) annonce le lancement d’une campagne dont le but est d’informer les migrants de plusieurs pays africains, dont le Sénégal, "sur les dangers de la migration irrégulière à travers le désert du Sahara, la Libye et la mer Méditerranée".
 
Dénommée "Aware Migrants", cette campagne "vise à informer les migrants de 15 pays’’ d’Afrique de l’Ouest notamment, en plus de la Tunisie et de l’Egypte, "sur les dangers de la migration irrégulière à travers le désert du Sahara, la Libye et la mer Méditerranée", explique l’OIM dans un communiqué parvenu lundi à l’APS.
 
"La campagne est lancée dans les pays cibles de transit et d’origine en Afrique, à travers les médias sociaux, la télévision et des spots radio", écrit-elle, précisant que dans ce cadre, une conférence de presse en ligne se tiendra "mercredi 15 mars à 10h00 GMT".
 
"Certains des migrants qui arrivent en Europe et partagent leur épreuve avec l’Organisation internationale pour les migrations révèlent que leur voyage était beaucoup plus dangereux que prévu. Beaucoup ignorent les dangers et les risques de migrer avec l’aide de passeurs, non seulement en mer ou dans le désert, mais aussi dans des pays de transit tels que la Libye", poursuit l’OIM.
 
Elle fait observer que pour ces migrants, le fait d’évoquer "les risques qui ont menacé leur vie le long de leur voyage est souvent très pénible". Pour cette raison, la plupart d’entre eux souhaitent "oublier et aller de l’avant avec leur vie et ont donc tendance à ne pas partager leur expérience avec les pairs qui sont encore à la maison", explique l’OIM.
 
Cette organisation affirme que "19.567 migrants sont arrivés en Italie par la mer, en 2017".
 
Ils viennent essentiellement du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Nigeria et de la Gambie.
 
Après le dernier naufrage de ce week-end, "521 sont morts en mer - 50 de plus par rapport à la même période en 2016", signale cette organisation spécialisée des Nations unies.


BK/ESF