L’affaire Khalifa Sall de plus belle au-devant de l’actualité
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

L’affaire Khalifa Sall de plus belle au-devant de l’actualité

Dakar, 24 nov (APS) - Les quotidiens parvenus vendredi à l’APS traitent en priorité des dernières informations relatives à l’examen de la demande de levée de l’immunité parlementaire du député-maire de Dakar Khalifa Sall.
 
Plusieurs journaux laissent entendre que le sort du maire de Dakar serait scellé samedi, à l’image de Walfquotidien titrant : "Khalifa dépouillé samedi", en allusion à la levée de l’immunité parlementaire de l’édile, alu député à l’issue des dernières législatives du 30 juillet dernier.
 
"La conférence des présidents de l’Assemblée nationale s’est réunie, hier – a fixé la date de la plénière pour la levée de l’immunité parlementaire du député Khalifa Babacar Sall au samedi", annonce Vox Populi.
 
Walfquotidien affirme que la majorité parlementaire "ne veut pas perdre de temps pour lever l’immunité et faire juger le maire de Dakar", en détention depuis mars dernier pour des malversations présumées portant sur 1,8 milliard de francs CFA dans le cadre de la gestion de la "caisse d’avance" de la municipalité de la capitale,
 
Les députés de la majorité ont "fixé dans la nuit de ce samedi la levée de l’immunité parlementaire de Khalifa Sall", ajoute Walfquotidien, au grand dam de leurs collègues de l’opposition qui se braquent d’autant, selon L’Observateur.
 
Le journal annonce que les députés du groupe des non-inscrits et ceux du groupe parlementaire +Liberté et démocratie+ ont uni leurs forces pour apporter leur total soutien à Khalifa Sall, non sans dénoncer "la +cabale+ politico-judiciaire dont le maire de Dakar est victime, à 24 heures (samedi) de la plénière devant examiner son dossier".
 
Les avocats de M. Sall ont toujours soutenu que le député, en détention, doit bénéficier au préalable d’une liberté provisoire pour être entendu, autrement il ne pourrait déférer qu’à une convocation du juge.
 
L’édile devait être auditionné par ladite commission, mercredi, dans le cadre de la procédure de levée de son immunité parlementaire, mais il avait fait savoir, par l’entremise de ses avocats, qu’il ne comptait pas donner suite à cette convocation.
 
La commission ad hoc chargée de la levée de son immunité parlementaire, qui n’a pu l’auditionner, a donc recouru à la plénière, une décision prise par la conférence des présidents de l’Assemblée nationale, réunie jeudi.
 
"Les choses semblent se préciser. Et se précipiter. Le maire de Dakar va droit vers un procès", souligne Le Témoin quotidien. Tribune annonce que l’opposition a l’intention de d’internationaliser cette affaire, comme suggéré par sa manchette : "Vers un tour du monde pour libérer Khalifa Sall".
 
"Désavouant la commission ad hoc chargée de statuer sur la levée de l’immunité parlementaire du maire de Dakar, les députés non-inscrits et ceux du groupe libéral et démocratie entendent internationaliser le combat pour sa libération (…)", écrit le journal.
 
Il ajoute que dans cette perspective, ces derniers ont décidé de saisir "+les chancelleries représentées au Sénégal, les parlements sous-régionaux ou encore l’Union internationale des parlementaires".
 
Les députés de l’opposition "ont aussi dénoncé les nombreuses failles notées dans la mise en place de la commission ad hoc chargée d’entendre leur collègue ainsi que la démarche adoptée par ladite structure pour entendre Khalifa Sall", rapporte le journal Le Quotidien.
 
S’y ajoute un argumentaire réitéré par le député Déthié Fall du parti Rewmi (opposition), pour justifier la position de l’opposition. "Macky Sall définit la politique de liquidation de ses adversaires politiques et Niasse (le président de l’Assemblée nationale) l’exécute", déclare-il dans des propos rapportés par le quotidien L’As.
 
Pour rester sur l’actualité politique, en lien avec d’autres sujets, le journal Enquête revient sur le soutien des khalifes au président en exercice, de Senghor à Macky Sall. "Une si longue tradition", affiche le journal.
 
"Du soutien de Serigne Fallou à Senghor à celui de Serigne Mbaye Sy Mansour à Macky Sall", écrit le journal, une manière de revenir sur les dernières déclarations de l’actuel khalife des tidjanes prédisant un deuxième mandant pour le président Sall à l’issue de la présidentielle de 2019.
 
L’Observateur, très loin de ce sujet, annonce le rappel à Dieu de Serigne Bass Bara Mbacké, vice khalife général des mourides, l’une des principales confréries musulmanes sénégalaises.
 
Le défunt, jeune frère de l’actuel khalife, "s’est éteint hier, à 17h, à Touba, à l’âge de 86 ans. Il était connu sous le surnom de Serigne Bass Building à cause des activités qu’il menait au Building administratif où il était chargé de la gestion des ascenseurs", écrit Le Soleil.
 

BK/PON