Gambie : Dakar
APS
AFRIQUE-POLITIQUE-REACTION

Gambie : Dakar "rejette" la contestation des résultats du scrutin présidentiel par Jammeh

Dakar, 10 déc (APS) - Le Sénégal "rejette et condamne fermement" la contestation des résultats de l’élection présidentielle gambienne par Yahya Jammeh. 

 
"Le Sénégal rejette et condamne fermement cette déclaration qui remet en cause celle par laquelle le président sortant avait lui-même reconnu sa défaite après la publication des résultats du scrutin par la Commission électorale indépendante", soutient le ministère sénégalais des Affaires étrangères dans un communiqué reçu à l’APS.
 
Une semaine après avoir reconnu sa défaite et félicité le vainqueur Adama Barrow, Yahya Jammeh a rejeté vendredi les résultats du scrutin.
 
Selon lui, M. Barrow a obtenu la majorité des suffrages sur la base d’une erreur survenue au moment de la compilation des votes.
 
Selon la Commission électorale indépendante, Adama Barrow a obtenu 45,6 % des voix devant Yahya Jammeh, qui est crédité de 36,7 %.
 
Le gouvernement sénégalais dit être surpris d’apprendre, ce vendredi, la déclaration Yahya Jammeh "remettant en cause les résultats des élections présidentielles gambiennes du 1er décembre 2016, qui avaient consacré comme vainqueur le candidat Adama Barrow".
 
Le Sénégal "considère comme nulle et de nul effet cette déclaration qui constitue une grave atteinte aux principes élémentaires de la démocratie".
 
Dakar "exige que le président sortant respecte sans condition le choix démocratique librement exprimé par le peuple gambien, qu’il organise la transmission pacifique du pouvoir et assure la sécurité et l’intégrité physique du président nouvellement".
 
Le gouvernement "met solennellement en garde contre toute atteinte à la sécurité des ressortissants sénégalais vivant en Gambie".
 
Il "engage instamment la Cédéao, l’Union africaine et les Nations unies à œuvrer ensemble et à prendre toutes les mesures qu’imposent la sauvegarde des résultats du scrutin présidentiel en Gambie et le respect de la souveraineté du peuple gambien".
 
Arrivé au pouvoir en 1994 par un coup d’Etat, Yahya Jammeh a dirigé la Gambie d’une main de fer pendant 22 ans.
 
Les organisations de défense des droits de l’homme l’accusent d’avoir commis de nombreuses violations des droits de l’homme.

OID/ESF